flechePublicité

Test Dragon Ball : Raging Blast (Xbox 360, PS3) : 6/10 sur JeuxVideo.fr Xbox 360, PS3

Sortie le 13 Novembre 2009 sur Xbox 360, PS3

Les +

  • Gameplay accrocheur et profond
  • Fluide et propre techniquement
  • Quelques nouveautés et remaniements
  • Agréable seul comme à plusieurs
  • Durée de vie satisfaisante
  • 60 euros

Les -

  • Caméra parfois catastrophique
  • Techniquement très proche d'un Tenkaichi PS2 en HD
  • Moins de contenu que dans Tenkaichi 3
  • Quelques lourdeurs au niveau ergonomie
La note de jeuxvideo.fr
6.0
bon
La note des internautes
8.9

(198 votes)
Donner votre avis
Publiée le 13/11/2009 à 10:11, par Damien

Partager ce test

Vidéo-Test de Dragon Ball - Raging Blast : le Tenkaichi dénaturé ?

Après trois Dragon Ball Z Budokai Tenkaichi (dont le dernier est sorti en 2007), les développeurs de chez Spike prennent le relai de ceux de Dimps avec l'ambition de faire mieux que le bien fade Burst Limit (ayant officié l'an passé sur PS3 et Xbox 360). Alors, cette suite spirituelle de la saga Tenkaichi sur consoles HD va-t-elle faire remonter Dragon Ball dans notre estime, ou en garde-t-elle encore trop sous le coude pour convaincre ? La réponse, tout de suite, avec notre Vidéo-Test !

It's Raging man ! Alleluia ?

Dragon Ball : Raging Blast
Revenons dès à présent et rapidement sur l'évolution de la série Dragon Ball Z en jeu vidéo. Après de nombreux épisodes globalement peu marquants (mis à part certains opus SNES) ou dont l'achat se justifiait exclusivement par le fait qu'ils étaient adaptés d'une série à succès - plutôt que par leurs qualités intrinsèques par rapport aux autres titres du genre -, Dragon Ball a réussi à vraiment prendre son envol à partir de l'ère PS2. Tout d'abord, avec la série des Budokai qui a apporté de solides pierres à l'édifice avec une réalisation agréable et dynamique ainsi que quelques trouvailles de gameplay bien sympathiques.

Mais c'est sans aucun doute avec les Tenkaichi que l'aura des adaptations DB a le plus évoluée/pris d'ampleur. Les Tenkaichi sont en effet des jeux de combat à part entière qui se paient même le luxe d'être les seuls du genre à exploiter autant un environnement en 3D : nombreux éléments destructibles, arènes grandes et offrant des possibilités de cachettes, des combats sur terre, dans les airs ou dans l'eau, etc. Ils pouvaient par conséquent s'avérer intéressants même pour des joueurs (aimant les jeux de combat) qui n'étaient pas forcément des fans purs et durs de l'univers d'Akira Toriyama. Ajoutons à cela une pléiade impressionnante de personnages (disposant pour la plupart de coups et d'animations propres), une grande durée de vie, des voix japonaises pour les puristes ainsi que de nombreux effets spéciaux rappelant l'anime... Vous l'aurez compris, il s'agissait du pain béni pour beaucoup de joueurs, du moment qu'ils acceptaient ses concepts de base atypiques, bien sûr.

Dragon Ball : Raging Blast
Même si son nom ne le montre clairement pas, Raging Blast suit clairement la saga Tenkaichi - d'où la petite piqûre de rappel fournie par votre humble serviteur -. Le choix de l'appellation « Dragon Ball » (tout court et non « Dragon Ball Z ») est d'ailleurs un brin trompeur. En effet, l'histoire couverte et les personnages présents dans la galette ne font que référence à la série Dragon Ball Z (contrairement à Tenkaichi 3 qui proposait de jouer avec certains personnages de Dragon Ball ou Dragon Ball GT en plus de ceux de DBZ). Le scénario du mode Histoire commence donc par l'arrivée de Raditz sur Terre et finit avec le combat final contre Majin Buu, sans oublier quelques références aux OAV (Broly et Janemba). Après le rappel du contexte de ce Raging Blast, passons désormais à son gameplay et à ses nouveautés.

« Les habitués devront obligatoirement passer par la case "Entraînement" »

Car, en dépit d'un nom totalement déconnecté des précédents titres de Spike, Raging Blast suit l'évolution de la série Tenkaichi et reprend notamment les plus récentes modifications initiées par le troisième opus. Pour rappel, ce dernier prônait des combats plus rapides, où les phases de cache-cache dans les arènes étaient fortement réduites, voire quasi absentes (du fait principalement du ciblage automatique de l'adversaire et de la disparition du radar). Et assez paradoxalement, si les concepts demeurent globalement similaires à ceux du 3ème opus, les habitués devront obligatoirement passer par la case « entraînement » pour appréhender convenablement ce Raging Blast.

Déjà, tout simplement, parce qu'ils constateront des changements assez conséquents au niveau des commandes (il est cela dit possible de personnaliser ces dernières si besoin). Les touches nécessaires pour effectuer les prises, la parade et même les attaques spéciales ont effectivement été modifiées. Citons par exemple le fait que seul le stick analogique gauche nous permette de déplacer notre combattant et le fait d'utiliser le stick droit pour lancer les attaques spéciales ou ultimes. Il faudra donc un petit temps d'adaptation et d'apprentissage, aussi bien pour les nouveaux arrivants - il sera plus conséquent pour eux - que pour les amateurs de la série, avant de pouvoir se lancer dans les combats de manière sereine.

Dragon Ball : Raging Blast
Dragon Ball : Raging Blast
Dragon Ball : Raging Blast


Un gameplay riche avec quelques nouveautés à la clé


Une fois les différents concepts et possibilités acquis, on se retrouve avec un jeu de combat plutôt agréable, riche en combinaisons (chaque personnage ayant une palette de coups propres assez copieuse ainsi que des animations distinctes) et bien plus technique qu'il n'y paraît de prime abord. On constate en effet au fil des combats, une certaine technicité ainsi qu'une marge de progression appréciables. En effet, pour avoir une chance de gagner en ligne ou dans le niveau de difficulté le plus élevé, il faudra tout d'abord avoir une bonne connaissance de son personnage ainsi que de celui de l'adversaire, afin d'avoir le bon timing au niveau des esquives et attaques (possibilité de faire des cancels). On pourra d'ailleurs au fur et à mesure, « customiser » ses héros fétiches grâce aux nouvelles aptitudes (techniques, renforcement au niveau de l'attaque simple ou spéciale, amélioration du rechargement du Ki et de la défense, etc.).

Dragon Ball : Raging Blast
En plus de cela, il est nécessaire de connaître le terrain afin d'utiliser au mieux les reliefs (planques potentielles notamment, afin de charger sa jauge de Ki en toute tranquillité... ou presque). Le Ki (jauge permettant de réaliser les attaques spéciales) est, en outre, également un élément important à prendre en compte car il nous permet de faire des dégâts bien plus importants ou bien de fuir sans trop de dommages. Même les attaques les plus puissantes ont un revers de médaille : elles demandent un certain temps d'exécution, infligent bien souvent un petit délai d'inactivité voire parfois des dégâts (ex : Tenshinhan, Chaozu, Majin Vegeta) à son porteur. La stratégie a donc encore une fois une bonne place dans les affrontements, et c'est tant mieux.

Parmi les principales nouveautés de gameplay de ce Raging Blast, on note la possibilité de faire des combats par équipe de 4 combattants (on peut changer à tout moment en combat, du moment que l'on a le Ki suffisant), celle de pouvoir éviter le changement de personnage (via une phase de QTE), l'attaque renversante (pour renverser un ennemi aplati au sol), les feintes consécutives, la déviation d'attaque spéciale et l'annulation (cancel pour les intimes). Enfin, Spike a eu la bonne idée de dynamiser les combats du mode Histoire avec des petits défis annexes, demandant de réaliser certaines commandes pendant un temps limité. Le développeur nippon a également souhaité limiter les frustrations en rendant la quête de déblocage de tous les personnages plus aisée - il faut dire aussi qu'il y a moins de combattants que dans Tenkaichi 3, ça aide -, en proposant (ENFIN !) de rejouer une mission échouée dès la fin de cette dernière.

Vidéo #15 - Echantillons de gameplay



« Un élément problématique déjà visible dans Tenkaichi 3 mais encore plus dommageable [...] : la gestion de la caméra »

Vous l'aurez compris, le gameplay est toujours aussi agréable et s'avère suffisamment riche pour nous intéresser. Et pourtant, certains éléments au niveau réalisation et contenu nous font un peu grincer des dents. Dès le lancement d'un combat, on a effectivement l'impression de retrouver visuellement une sorte de Tenkaichi PS2 en HD. Les décors sont certes vastes mais demeurent assez simples au niveau de leur design, leurs textures ne sont pas très détaillées (l'herbe au sol se résume notamment à une grosse texture plate jonchée de petites herbes en 2D), l'ensemble n'est souvent pas très vivant, etc. Les effets lumineux ne sont pas forcément exceptionnels et certains éléments de la mise en scène paraissent un peu trop légers/ordinaires pour enthousiasmer les amateurs de jeux en haute définition. De même, en plus de quelques bugs de collision, il reste un élément problématique déjà visible dans Tenkaichi 3 mais encore plus dommageable dans Raging Blast : la gestion de la caméra. Un problème directement lié au choix de ciblage (lock) automatique, sans possibilité de désactivation.

Pour faire simple, disons qu'il arrive parfois que notre adversaire, placé juste au-dessus de nous, ne soit pas visible car la caméra est restée placée trop bas et trop près de notre héros. Pire, la caméra se met parfois à tourner en rond si ce même adversaire se déplace au-dessus de notre tête ! Même si ce genre de soucis arrive aléatoirement et pas suffisamment fréquemment pour nous faire lâcher la manette, il nuit clairement à l'expérience de jeu. On ne comprend vraiment pas pourquoi les développeurs n'ont pas au moins conservé la possibilité de « dé-locker » un adversaire et pourquoi ces derniers ont supprimé les différentes vues présentes dans Tenkaichi 3. Ne pas corriger un défaut reconnu est déjà un tort, mais supprimer un élément qui permettait de limiter ce souci... c'est franchement étonnant ! Signalons qu'il est malgré tout possible de limiter la durée de cette gêne liée aux problèmes de caméra en réalisant des dash (en l'air ou sur un côté), ou bien encore en choisissant l'autre orientation de l'angle de caméra disponible (soit à gauche de notre héros, soit à droite) en appuyant sur la croix directionnelle.

Cela dit, le jeu reste agréable à regarder et surtout très fluide, les contours des personnages sont nets (là où la PS2 nous proposait de l'aliasing à la pelle) et les tons colorés rappellent clairement le dessin animé. Les combattants sont bien modélisés et immédiatement reconnaissables ; ils disposent d'ailleurs d'animations propres plutôt soignées et fidèles. C'est justement cette fidélité que l'on apprécie finalement, en comparaison avec un Burst Limit qui ne lésinait pas sur les effets mais qui perdait en cohérence avec l'oeuvre animée.

Vidéo #16 - Un moment culte de l'histoire



Des manques de A à Z

Au niveau sonore, le constat est assez similaire à celui des précédents volets. Si l'on apprécie la présence des voix japonaises (qui accompagnent les voix anglaises sur la galette) ainsi que leur efficacité indéniable et si l'on se satisfait largement des bruitages fidèles à ceux de la série animée, on ne peut que déplorer les musiques insipides (voire énervantes) du jeu. Présentes aussi bien pendant les combats que dans les menus (votre humble serviteur a fait une indigestion du thème « Raging Blast » diffusé dans le menu principal), ces dernières sont toujours à des années-lumière des thèmes originaux. Aucune évolution de ce côté-là et c'est bien dommage (surtout quand on a pu voir ce que ces musiques de l'anime donnaient sur les versions japonaises des Tenkaichi).

Puisque nous avons commencé à parler des manques par rapport au précédent opus, évoquons également la disparition de certains personnages (adieu le Roi Vegeta, Janemba, Tapion, Sangoku petit, etc.), arènes (celle dans l'espace par exemple) ou modes de jeux (le mode Dragon Sim). De même, on n'a à disposition qu'un seul mini-jeu pour patienter durant les temps de chargement. Cependant ce dernier est moins exigeant/agressif que les traditionnels matraquages de touche et permet de gagner des points D, utiles pour s'offrir des éléments de personnalisation.

Cependant, malgré ces quelques manques, la durée de vie de ce Raging Blast reste tout à fait honorable. Le mode Scénario est plutôt copieux (on y retrouve les sagas Saiyen, Freezer, Cell, Buu ainsi que des histoires alternatives), les possibilités de Versus sont multiples que ce soit offline(Super Championnat, Championnat du Monde, Survival, Time Attack, Destruction, Score Max, match par équipe ou en un contre un...) ou online (Versus 1 contre 1 avec classement, Championnat du Monde, Matchs entre amis). Bien qu'assez classiques, ces modes ont le mérite de rallonger/varier l'expérience de jeu. Quant aux traditionnels bonus (personnages, tenues, améliorations...), ces derniers donneront envie aux joueurs les plus acharnés de relancer Raging Blast afin disposer de tous les éléments inclus dans la galette.

Vidéo-Test de Dragon Ball : Raging Blast



Conclusion :

Loin d'être parfait et aussi riche en contenu que Tenkaichi 3, Dragon Ball : Raging Blast n'en demeure pas moins un bon jeu articulé autour d'un gameplay efficace, comprenant suffisamment de remaniements et de qualités pour satisfaire les fans. À 60 euros, il constitue un achat envisageable du moment que l'on adhère à ses concepts atypiques, qui demeurent encore inédits dans le genre. Il faudra malgré tout que Spike nous offre bien plus à l'avenir afin de nous satisfaire complètement.

Signalons enfin que la version collector est quant à elle vendue à environ 70 euros et comprend le jeu, une boîte du jeu en métal, un artbook de 52 pages (contenant une multitude d'informations sur le titre de Spike ainsi que des images de pré-production), un CD avec les 29 pistes de la bande-son du jeu et une carte donnant accès à du contenu téléchargeable exclusif permettant de débloquer de nouvelles capacités pour Goku et Vegeta, mais aussi de jouer avec le personnage de Broly en version Super Saiyen 3 (!).




Ce jeu vous intéresse ? Retrouvez-le dans le
gif : petite Flèche orange
Comparer les prix de Dragon Ball : Raging Blast sur PS3
gif : petite Flèche orange
Comparer les prix de Dragon Ball : Raging Blast sur Xbox 360

Dragon Ball : Raging Blast
Dragon Ball : Raging Blast
Dragon Ball : Raging Blast
Dragon Ball : Raging Blast
Dragon Ball : Raging Blast
Dragon Ball : Raging Blast
Dragon Ball : Raging Blast
Dragon Ball : Raging Blast
Dragon Ball : Raging Blast
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 8.9
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Très bon
dragon ball z raging blast je vous conseil de jouer a se jeu car le graphique est bien les personnage et etc aussi vous pouvez avoir une aureol sur la tete du personnage que vous adopter en plus d'avoir l'aureol vous avez plus de puissance jouer a se jeu !!!!! :):)
Cet avis vous a-t-il été utile ? oui / non
1 BONNE RAISON DE NE PAS Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Bof
raging blast 1 je ne sais pas mais ça serait bien en ps2 ;( ;( ;( ;( ;( ;( ;( ;( ;( ;( ;( ;( ;( ;( ;( ;( ;( ;( ;( ;( je ne sais pas mais ça serait bien en ps2 ;( ;( ;( ;( ;( ;( ;( ;( ;( ;( ;( ;( ;( ;( ;( ;( ;( ;( ;( ;(
Cet avis vous a-t-il été utile ? oui / non
Dragon Ball : Raging Blast
Neuf à partir de 11.99€
Jeux d'occasion à partir de 9 €
flechePublicité

Idées cadeaux JV

Partenaires Jeuxvideo.fr

Partenaires Jeuxvideo.fr

Partenaires Jeuxvideo.fr

flechePublicité

>Les meilleures offres jeux vidéo

flechePublicité