flechePublicité

Test Dragon Ball : Raging Blast 2 (PS3, Xbox 360) : 6/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 05 Novembre 2010 , PS3 , Xbox 360

Les +

  • Gameplay en béton armé
  • Plus de persos et d’arènes que dans le 1er
  • Contenu copieux
  • Un OAV cadeau
  • Vendu à 60 euros en standard

Les -

  • Très (trop ?) proche du précédent
  • Rendu visuel "plastique"
La note de jeuxvideo.fr
6.0
bon
La note des internautes
8.4

(1077 votes)
Publiée le 18/11/2010 à 17:11, par Damien

Vidéo-Test de Dragon Ball Z - Raging Blast 2 : Et bis repetita ?

La saga Dragon Ball revient sur PS3 et Xbox 360 avec une suite de Raging Blast, solide mais très (trop ?) proche de son ainé.

Dragon Ball : Raging Blast 2
Vous commencez à connaître l'histoire : après des années d'adaptations globalement insipides, la série nippone Dragon Ball a durablement surfé sur la vague du succès critique à son arrivée sur PS2, via la saga Budokai. Ensuite, c'est avec la saga Tenkaichi que les adaptations vidéoludiques de l'oeuvre de Toriyama ont vraiment créé la sensation, en se payant le luxe d'apporter des pierres au genre des jeux de baston. Cependant, cet élan glorieux s'est stoppé net avec l'arrivée du premier épisode HD (Burst Limit), franchement décevant. Puis, la franchise Dragon Ball a su indéniablement relever la tête grâce à l’opus Raging Blast. Ce dernier a en effet porté, sans briller pour autant, l'agréable série Tenkaichi sur PS3 et Xbox 360. Environ un an après, Raging Blast 2 a pour ambition de continuer sur cette lancée positive, en apportant davantage de contenu et un mode solo remanié. Cela suffira-t-il pour autant ? La réponse dans notre Vidéo-Test !

Dragon Ball, qu'est-ce que Tsuful ?
Après une récente déclinaison sur PSP, baptisée Tag Team, la saga Dragon Ball Tenkaichi revient sur consoles Xbox 360 et PS3. Après un premier volet juste satisfaisant, car agréable à jouer mais encore insuffisant au niveau de la technique et du contenu, Raging Blast 2 se devait donc de corriger les défauts de son aîné tout en incluant bien plus de choses sur la galette. Au niveau du contenu, justement, on peut dire que Spike (développeur) et Namco Bandai (éditeur) ont agi de manière positive. On constate en effet pas moins de 20 personnages jouables de plus que dans Raging Blast, pour un total de 90. Un casting colossal pour un jeu de baston, donc. Relativisons tout de même en énonçant que la plupart des combattants étaient déjà inclus dans Tenkaichi 3 sur PS2/Wii (ce dernier possédait d'ailleurs 97 persos jouables !). Idem pour les quatre arènes supplémentaires de cette suite HD (qui s'ajoutent aux 10 du précédent volet), lesquelles apportent cela dit une plus grande variété au niveau des paysages, ce qui est appréciable.

Dragon Ball : Raging Blast 2
Toujours dans cet esprit « ++ », on note la présence d'un OAV d'environ 30 minutes (film d'animation reprenant le monde et les personnages tirés d'un manga tout en traitant d'une histoire ou une trame différente) nommé « Dragon Ball : Plan to Eradicate the Super Saiyans ». Peu (ou pas) connu des Français, car jamais diffusé dans notre beau pays, il s'agit en fait d'un film sorti en 1993 au Japon (étroitement lié au jeu éponyme débarquant la même année sur Famicom), qui bénéficie aujourd'hui d'une version remaniée (nouveau montage et traitement en Haute-Définition). L'histoire conte la vengeance d'un scientifique du peuple Tsuful, le Dr. Raichi, sur les Saiyens. Il faut dire que les Tsufuls, pacifiques et accueillants par essence, se sont tout simplement fait exterminés par le père de Vegeta et sa clique qui ont souhaité prendre possession de leur planète. Forcément, ça laisse des traces.

Sans trop en dire sur le « scénario », disons que Raichi décide grosso modo d'utiliser la haine que certains individus possèdent à l'encontre des Saiyens pour anéantir Goku et compagnie... Si l'OAV s'avère loin d'être époustouflant au niveau qualitatif, et donc pas indispensable par extension, sa présence demeure un bonus suffisamment rare pour être saluée. Sans compter que l'on débloque le personnage Hachiyack, une fois le film entièrement visionné. Encore un petit plus puisque Hachiyack est inédit en jeux vidéo, même si votre humble serviteur le trouve franchement moche.

Vidéo-Test de Dragon Ball : Raging Blast 2

Vidéo-Test de Dragon Ball : Raging Blast 2, commenté par Benoît et Damien


Un petit plaisir solo ?
Revenons justement, et dès à présent, sur le contenu du jeu en lui-même (et non plus du « disque » au sens large du terme). Si l'on ne se retrouve pas forcément dépaysés par les modes disponibles dans le menu principal, on observe tout de même une refonte au niveau du solo. Le traditionnel mode Histoire a en effet cédé la place à deux modes distincts : « Zone de Combat » et « Galaxie ». Le premier, simpliste, nous invite à vaincre un à un les guerriers d'une zone de combat (d'où le nom de la rubrique) afin de pouvoir entrer dans une nouvelle. Le second s'avère plus intéressant et copieux puisqu'il nous propose d'accomplir un grand nombre de missions à conditions variables. On y retrouve bien sûr du Versus simple mais aussi des combats en temps limité, avec fluctuation possible des points de vie, du Ki ou de la difficulté par exemple. Chaque héros dispose de missions propres qu'il doit enchaîner... enfin, dans la mesure du possible.

Dragon Ball : Raging Blast 2
En effet, certains défis ne pourront être réussis d'emblée car trop corsés. Rien de rebutant pour autant, il suffira alors de se lancer dans la quête d'un autre combattant, de débloquer une ou plusieurs nouvelles compétences (tel que celle - bien pratique - qui évite que l'on débute le combat avec aucun point de vie) ou bien encore d'augmenter le nombre d'équipements que l'on peut porter. Un côté « jeu de rôle » qui offre une profondeur appréciable au titre et un aspect « personnalisation » agréable, en plus du côté « attrape-collectionneur » qui incitera les plus téméraires à rester de longues heures durant sur leurs consoles afin de dénicher tous les bonus (certains sont tout à fait dispensables, à l'image des captures de l'anime... souvent laides).

Vous l'aurez compris, cette partie « Galaxie » apparaît ainsi comme indispensable à parcourir pour profiter pleinement du titre, puisque c'est principalement elle qui fera la durée de vie du jeu en solo (entre 20 et 30 heures, voire plus si l'on veut finir les deux modes à 100%). Pourtant, il est important de rappeler qu'il ne s'agit pas d'un mode Histoire. Les missions n'ont en outre pas de liant scénaristique et leur enchaînement, tout comme les confrontations qu'elles relatent d'ailleurs, n'est pas forcément fidèle à l'oeuvre de Toriyama. Ceux qui connaissent la trame de Dragon Ball Z par cœur (et ils sont nombreux) apprécieront d'enchaîner rapidement - sans trop de dialogues et temps morts - les défis. À l'inverse, d'autres regretteront de n'avoir aucun rappel de l'histoire, pourront trouver cet enchaînement de missions assez impersonnel et regretteront ce manque de fidélité.

Dragon Ball : Raging Blast 2
Dragon Ball : Raging Blast 2
Dragon Ball : Raging Blast 2


Du multi solide mais pas novateur pour un zéni
Au-delà du solo pur et dur, Raging Blast 2 propose bien évidemment des modes Versus, que ce soit offline ou online, qui viennent allonger - potentiellement à l'infini - la durée de vie. Dans les deux cas, on aura la possibilité de se battre en un contre un ou par équipe. Chaque équipe pouvant compter jusqu'à cinq participants, personnalisés ou non, comme cela était déjà le cas dans le premier opus. Également présent dans Raging Blast, le mode « Combat de Puissance » obligera à former son équipe en fonction de la puissance de chaque combattant (eh oui, tous ne se valent pas : il n'y a qu'à comparer Broly ou n'importe quel Saiyen à Videl et Saibaiman...).

Les matchs en ligne ont l'avantage de nous donner la possibilité d'affronter en plein écran des joueurs du monde entier, que ce soit en match simple - avec ou sans classement - ou en Championnat du Monde (sorte de tournoi), là où les parties sur la même console nécessitent soit de partager l'écran avec un ami, soit de combattre l'I.A... laquelle s'avère vite limitée. Les habitués ne seront pas dépaysés, et pour cause : il n'y a absolument rien de neuf au niveau du multijoueur, par rapport au précédent opus. Cela dit, l'ensemble fonctionne bien : le plaisir de jeu est là et aucune tare technique ou lag ne vient ternir l'expérience. Il faut dire que le gameplay demeure des plus solide, même s'il n'a que très peu évolué.

Dragon Ball : Raging Blast 2
Dragon Ball : Raging Blast 2
Dragon Ball : Raging Blast 2


« À part de timides petits ajouts, les bases du gameplay de ce Raging Blast 2 se révèlent en effet identiques à celles de son aîné »

À part de timides petits ajouts (au niveau esquives et téléportation notamment), les bases du gameplay de ce Raging Blast 2 se révèlent en effet identiques à celles de son aîné. À tel point que le didacticiel s'avère dispensable pour les habitués ; d'autant que l'on est obligé de se farcir les règles/commandes de base avant d'avoir accès à celles plus avancées. À l'inverse, cet apprentissage - plutôt bien fichu car interactif - est absolument obligatoire pour les nouveaux venus. Rappelons qu'il s'agit toujours d'un jeu de combat exploitant « vraiment » la 3D, puisque l'on peut se déplacer, se cacher et bien sûr se battre librement (sur terre, sous l'eau ou dans les airs) dans de vastes arènes en partie destructibles. Les combinaisons d'attaques sont nombreuses et la notion de timing demeure cruciale, au même titre que l'analyse du placement de l'adversaire, le niveau du Ki (permettant l'utilisation de kikohas plus ou moins dévastateurs mais aussi des transformations) ou bien encore les propriétés de chaque personnage.

Dragon Ball : Raging Blast 2
Précisons au passage que les transformations (en appuyant sur deux touches en simultané) comme le changement de combattant (en réussissant un QTE) peuvent intervenir en plein combat... comme dans Raging Blast premier du nom. Vous l'aurez compris : bien que très agréable, le gameplay de Raging Blast 2 ne suffira pas à justifier l'achat auprès de ceux qui possèdent son grand frère. La saga connaît clairement une stagnation dans ce domaine, que nous devons naturellement pointer du doigt. En effet, il y a vraiment moyen d'aller plus loin dans l'exploitation de certains concepts ; notamment au niveau du combat par équipe (la preuve : Spike et Namco Bandai ont justement mis ce créneau en avant dans le récent Tenkaichi Tag Team sur PSP), qui ne se résume qu'à une succession de bataille en un contre un, où aucun coup combiné ni aucune fusion n'auront cours sur le terrain. Bref, on attend de voir plus d'efforts à l'avenir.

Une réalisation qui fout les boules ?
Le constat est à peu près le même au niveau de la réalisation, d'ailleurs. On retrouve effectivement, là aussi, les composantes du moteur de Raging Blast. Des bases qui demeurent assez solides. En outre, la modélisation et l'animation des personnages sont toujours impeccables ainsi que fidèles, les arènes demeurent plutôt vastes et bien construites, l'ensemble ne souffre d'aucun ralentissement et les temps de chargement s'avèrent être d'une durée acceptable (d'autant qu'il y a un petit mini-jeu pour faire passer la pilule). Revers de la médaille (fortement lié au fait que le gameplay n'ait quasiment pas changé) : ceux qui possèdent le premier volet de Spike auront forcément un gros air de déjà-vu. Et ce, malgré quelques nouveaux plans (lors des attaques ultimes notamment) et un petit effort au niveau des zones de combat (un poil plus détaillées, ces dernières offrent une profondeur de champ plus grande). De même, la caméra - pointée du doigt avec insistance dans Raging Blast - se veut un brin moins capricieuse qu'auparavant, même s'il lui arrive toujours d'être prise à défaut.

Dragon Ball : Raging Blast 2
On observe également un remaniement, on ne peut plus visible pour le coup (sans doute pour faire davantage next-gen), au niveau du « rendu visuel » des protagonistes. Le hic, c'est que ce « lifting » de façade (comme on l'a dit plus haut, les bases du moteur sont les mêmes que dans l'opus précédent) n'est pas forcément très heureux... il pourra même rebuter certains joueurs. Pourquoi ? Tout simplement parce que les combattants ont un côté « plastique reluisant », vraisemblablement dû aux trop nombreux effets de relief (brillances et ombres notamment) portés sur leurs corps, voire sur leurs vêtements. Plus ou moins prononcé en fonction du héros, cet effet de rendu semble très (trop ?) en décalage avec l'œuvre de Toriyama... à moins que les développeurs n'aient voulu être fidèles qu'aux figurines Dragon Ball, et là, c'est franchement réussi. Bien que l'ensemble demeurera acceptable aux yeux de bon nombre de joueurs, il y avait sans doute mieux à faire avec la technique du Cel-Shading... surtout quand on se souvient de l'impressionnant degré de fidélité du récent Naruto Shippuden : Ultimate Ninja Storm 2 sur les mêmes supports.

Mais cessons de parler du visuel et partons rapidement du côté du domaine sonore. « Rapidement » car le constat est presque identique à celui énoncé l'an passé à propos de Raging Blast ainsi que, par extension, à celui des précédents volets Tenkaichi. En effet, on retrouve et on apprécie clairement la présence des voix japonaises officielles de la série (petit tour obligatoire dans le menu des options pour désactiver les voix anglaises, donc) ainsi que des bruitages fidèles à ceux de l'anime. Par contre, on déplore encore et toujours des musiques insipides aux sonorités techno ; même si l'on constate que le jingle japonais créé pour l'introduction du jeu - un peu plus digeste tout de même - s'immisce cette fois dans les combats pour atténuer la dissonance. Un tout petit mieux et un ensemble honnête qui ne font pourtant pas oublier que, comme à quasiment tous les niveaux de sa structure, Raging Blast 2 demeure globalement trop proche de son prédécesseur pour convaincre à coup sûr les possesseurs de son aîné de passer à la caisse.

Conclusion :
Avec son gameplay technique et son contenu plutôt copieux, Raging Blast 2 apparaît comme un titre tout à fait viable pour les fans. Pourtant, il est loin d’être indispensable car très proche du précédent opus, aussi bien dans le fond que dans la forme (même si le rendu visuel, encore - fidèle à l’œuvre qu’auparavant, a changé en façade). Il va falloir que Spike et Namco Bandai se décident vraiment à faire évoluer le concept et la réalisation de leur série à l’avenir. Sinon quoi, cette dernière va inévitablement décliner jusqu’à perdre l’intérêt/la confiance des amateurs de l’œuvre de Toriyama.



Dragon Ball : Raging Blast 2
Dragon Ball : Raging Blast 2
Dragon Ball : Raging Blast 2
Dragon Ball : Raging Blast 2
Dragon Ball : Raging Blast 2
Dragon Ball : Raging Blast 2
Dragon Ball : Raging Blast 2
Dragon Ball : Raging Blast 2
Dragon Ball : Raging Blast 2
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 8.4
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : kenmasters
Bon
bon pour un fan le possitif - realisation correct un peu audessus du 1er -beaucoup plus de perso -plus de decor -des combat plus immersif et intense que le 1er -beaucoup de temp a passer pour tout debloquer - negatif peu encoore mieu faire ( bug des camera pas encore tout enlever meme si le plus genat a coter des mur invible a ete enlever plus de senario en meme temp il aurait repris celui du db d avant donc suite ...
1 BONNE RAISON DE NE PAS Y JOUER
L'avis de : Anonyme
A éviter
flechePublicité

LES OFFRES

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité
i = {'st': true, 'ap': 'Tellement + sur JeuxVideo.fr :'}; (function(){var s=document.createElement('script');s.async="async";s.type="text/javascript";s.src='http://tcr.tynt.com/ti.js';var h=document.getElementsByTagName('script')[0];h.parentNode.insertBefore(s,h);})(); } -->