flechePublicité

Test Dragon Ball Xenoverse (PS4, Xbox One, PS3, Xbox 360) : 6/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 27 Février 2015 , PS4 , Xbox One , PS3 , Xbox 360 , Plus de tests sur PC

Les +

  • Concepts rafraîchissants
  • Un effort de cohérence
  • Personnalisation gratifiante
  • Expressions faciales et fluidité
  • Assez fun en multi
  • Le côté connecté, optionnel
  • Contenu assez solide
  • Fan service et humour

Les -

  • Les lacunes techniques
  • I.A. et difficulté perfectibles
  • Certaines phases discutables
  • Des soucis d'ergonomie
  • Interactions sociales limitées
  • Casting un peu chiche
  • Combats peu techniques et parfois bien brouillons
La note de jeuxvideo.fr
6.0
bon
La note des internautes
8.1

(269 votes)
Publiée le 26/02/2015 à 18:02, par Damien

Test de Dragon Ball Xenoverse : l'improbable fusion des genres

Dimps nous propose un jeu assez original, à mi-chemin entre un MMORPG et un jeu de combat. A la clé, quelques bonnes idées, mais aussi, des lacunes certaines.

Dragon Ball Xenoverse
Un an après le très perfectible - mais pas inintéressant - Battle Of Z, la lucrative série Dragon Ball s’offre un nouvel opus nommé Xenoverse. Au programme, Dimps nous propose un mélange assez surprenant entre MMORPG et jeu de combat, le tout baigné dans un univers bien connu, sensiblement « modifié » pour les besoins d’un scénario inédit. Quels sont les fruits de ces mariages improbables et périlleux ?

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le titre semblait plutôt mal parti pour nous séduire. Outre un nom peu avenant, n’ayant aucun rapport avec l’univers de Toriyama, cet opus pâtit d’une apparence en Cel-Shading trop reluisante pour que les fans de l’anime puissent s’extasier (à l’inverse des derniers jeux Naruto).

De plus, il offre un scénario inédit - l’expérience nous a appris que c’était rarement une bonne chose - dans lequel nous aurons une place de choix. En effet, notre avatar (créé au préalable, selon une race et un sexe donnés) combattra aux côtés des héros de la série pour rétablir le cours normal du Temps. En outre, Towa et Mira, des méchants apparus uniquement dans Dragon Ball Online, ont réussi à altérer plusieurs événements clés du passé, en apportant implicitement leur aide aux principaux vilains de la série : à savoir Raditz, Freezer, Cell, Buu et compagnie. Prétexte par excellence, cette histoire a tout de la promesse marketing, visant à justifier l’existence de ce nouvel épisode.

Dragon Ball Xenoverse
Pourtant, manette en mains, on s'aperçoit heureusement que ces « special features » témoignent d’une réelle envie d’apporter un vent de fraîcheur à la série, et une bonne cohérence - très appréciable - au jeu. Ainsi, la trame scénaristique, ni envoutante ni barbante dans l’absolu, a le mérite de nous donner envie de finir la quête principale. Elle nous propose un mélange assez malin entre des moments cultes, fidèlement reproduits, et quelques retouches narratives permettant de nous y inclure. Le tout avec des cinématiques in-game, où notre avatar est représenté avec ses accoutrements du moment, accompagnées de passages de dessins animés, pas toujours irréprochables, mais globalement plaisants.

Que l’on soit connecté au net ou non, toutes les activités se retrouvent incluses dans Tokitoki, une sorte de HUB segmenté en trois zones. Par ailleurs, différents PNJ et avatars de joueurs peuplent la Cité en temps réel ; c’est une bonne chose, car cela rend le titre plus « organique ». Dommage que les nombreux déplacements faits dans cet espace soient sans saveur : course un peu lente, pas de téléportation ou de vol du dragon, level design ultra basique, temps de chargement courts mais fréquents...

Tokitoki, nous voici !Retour au sommaire
Dragon Ball Xenoverse
Parlons davantage du gameplay, loin d’être sensationnel ou irréprochable, mais assez original et doté de certaines qualités indéniables. Encore une fois, les bases, mêlant éléments des Budokai et Tenkaichi, ne font pas forcément rêver. Les éléments de RPG sont assez communs, les interactions avec les PNJ et les autres joueurs s’avèrent relativement limitées, l’interface aurait pu être plus intuitive, etc. Le système de combat, lui, demeure moins technique et gratifiant qu’un Tenkaichi 3, donc plus bourrin et répétitif. Mais rassurez-vous, il comporte suffisamment de subtilités pour que l’on puisse s’amuser.

On note en outre différentes combinaisons en alternant attaques faibles et fortes, la possibilité de casser la garde avec certains coups - qui peuvent d’ailleurs être chargés -, l’accès à la téléportation offensivement comme défensivement, la transformation de certains héros, sans oublier le choix stratégique des objets et techniques à disposition. Ce dernier point est crucial puisque, au-delà de l’aspect personnalisation toujours sympathique, la plupart des équipements auront un impact (tantôt positif, tantôt négatif) sur les caractéristiques de notre combattant. A nous d’anticiper au mieux nos besoins, en fonction de la situation.

Précisons également qu’il faut user avec parcimonie des jauges de Ki et d’endurance, maîtriser impérativement le timing de nos actions sous peine de manquer lamentablement notre objectif, ou encore se déplacer judicieusement - et librement - dans des arènes relativement vastes. Tous ces éléments ne font assurément pas de Xenoverse un grand jeu de combat, évidemment ; mais ils lui apportent une profondeur salutaire qui permettent d’avoir quelques bons moments en dépit de ses lourds défauts.

Première mission contre Raditz


Des lacunes qui foutent les boulesRetour au sommaire
Car des griefs vis-à-vis de Xenoverse, nous en avons ! D’abord, les batailles ont régulièrement un côté brouillon, surtout en combat de groupe, avec une caméra qui a parfois bien du mal à nous donner une vision optimale - et on ne parle pas des imprécisions pour attraper la queue d’un saiyen transformé en singe géant. Ou même, avec un ciblage (ou lock), extrêmement utile au demeurant et désactivable au besoin, qui peine à nous donner l’adversaire voulu lorsque plusieurs ennemis nous entourent de près.

Dragon Ball Xenoverse
Ensuite, toutes les techniques ne se valent pas (certaines sont extrêmement puissantes et faciles à sortir, d’autres nettement moins), ce qui n’encourage pas forcément à varier les approches. Autre choix de game design très discutable : l’ajout de phases de recherche d’objets cachés, souvent optionnelles heureusement, via le mode détecteur en vue à la première personne. C’est affreusement mou, peu maniable, et ça casse vraiment le rythme de certaines missions.

Que dire de la gestion de la difficulté, étonnamment aléatoire, et de l’intelligence artificielle, tantôt stupide tantôt intraitable ? Certaines missions sont en effet de longs calvaires, alors que celles qui les précèdent, ou les suivent, s’avèrent aussi courtes que ridiculement aisées. Et qu’il est rageant, quand on affronte des ennemis très coriaces, que les alliés prennent un malin plaisir à attendre la mort, en restant figés devant l’adversaire alors qu’un énorme kikoha leur arrive sur la figure ! D’autant que l’on peut perdre quelques épreuves lorsqu’un équipier est K.O., et qu’il est impossible de recommencer instantanément un combat (il faudra passer les cinématiques).

Et comme si cela ne suffisait pas, certaines missions paraissent inutilement longues ou poussives, à l’image de celle prenant place dans le vaisseau de Freezer (un combat en groupe dans un espace aussi restreint et avec une flopée d’ennemis lambda, quelle bonne idée !). Vous l’aurez compris, Xenoverse a tout du petit jeunot, très (trop ?) ambitieux et doté d’un potentiel certain, mais qui cumule les maladresses.

Une réalisation qui fait le grand écartRetour au sommaire
Des maladresses, il y en a aussi du côté de la réalisation, elle aussi mitigée, et pas à la hauteur des supports PS4 / Xbox One / PC. Certes, les héros sont aisément reconnaissables et bien animés (mention spéciale aux expressions faciales), la fluidité est au rendez-vous, et les enchaînements d’attaques sont assez spectaculaires. Certains effets de la version PS4 de test font plaisir à la rétine, et les voix japonaises sont présentes dans les options.

Dragon Ball Xenoverse
Cependant, les personnages sont trop reluisants (notamment Trunks, qui brille comme s’il venait de sortir du lave-vaisselle), les textures souvent bien pauvres, et les temps de chargement assez fréquents. L’aliasing est également très perceptible, et les musiques d’ambiance laissent toujours à désirer. Le titre paie ainsi le « grand écart » consenti par le studio, en sortant son bébé à la fois sur l’ancienne génération et la nouvelle.

Ce qui sauve le jeu, c’est principalement son aspect « connecté à Internet » (facultatif) et ses nombreux modes multijoueurs en ligne. Ainsi, il arrive régulièrement que l’on nous propose un défi contre un avatar adversaire durant une quête annexe, ou qu’un joueur nous invite à intégrer son équipe. De même, le titre comporte du Versus en 1 contre 1, 2 contre 2, 3 contre 3, et un mode championnat du monde. Et si le online n’est pas trop votre truc : vous pouvez toujours affronter l’I.A., ou même un(e) pote venu(e) boire une bière, en 1 vs. 1 uniquement, sans partage de l’écran.

Car dans cet usage, bien des défauts évoqués précédemment s’estompent : l’I.A. et la difficulté paraissent moins gênantes, y compris durant les quêtes annexes où l’on est accompagné de l’I.A. (cette dernière étant étonnamment réactive pour réanimer un héros K.O.). Par extension, le jeu à plusieurs crée une émulsion toujours très agréable, même si les affrontements tournent parfois à la « boulette écervelée », et que certaines actions de nos alliés gênent les nôtres. Et pour couronner le tout, nous n’avons eu aucun souci de latence ou de ralentissement ; tout au plus avons-nous eu quelques déconnexions de serveurs (hors des combats) sans doute dues au lancement récent du jeu en Europe.

Première partie en ligne (coop)


DBX avant un vrai bon DBZ ?Retour au sommaire
Le contenu nous paraît suffisamment solide pour captiver sur la durée, avec un bon lot de quêtes, de succès, d’objectifs annexes, d’objets et de techniques en tous genres. On dénombre également 21 arènes, et un casting d’un peu moins de 50 figurants, dont Goku SS4, Goku SS God, Super C-17, Bills, Whis et Jaco… C’est loin d’être le plus gros roster de la série, mais les principales têtes sont là, et vu qu’il a fallu retravailler aussi bien la modélisation que les animations de chaque héros, on passe l’éponge pour cette fois. Et puis, avouons humblement qu’avoir un héros personnalisé, bien intégré dans l’univers de Toriyama, concrétise un vieux fantasme de bon nombre d’entre nous.

Dragon Ball Xenoverse
Dernier point positif, qui limite un brin la frustration ressentie par la difficulté mal dosée : on gagne un peu d'argent et d’expérience en échouant une mission ; utiles pour monter certaines compétences et s’offrir quelques techniques ou équipements capables de changer significativement l’issu du combat. Sans pour autant casser l’équilibre du jeu, cette largesse récompense la prise de risque et la persévérance ; une bonne chose vu qu’il faudra recommencer des quêtes pour arriver à terminer la trame principale.

Il est donc encore plus dommage que le game design et la technique ne collent pas avec l'ambition de départ, ni avec la bonne volonté des développeurs qui transparaît au global. Cela aurait rendu le jeu bien plus intéressant, et donc, plus facilement recommandable à tous les fans de l’univers. Gageons à ce que Bandai Namco prenne note de nos remarques et nous propose un prochain titre complètement à la hauteur des attentes.

Au final, malgré un bon nombre de lacunes de game design et de réalisation, DB Xenoverse n'est pas la catastrophe que l'on pouvait redouter. Il est capable de procurer quelques bons moments, principalement en multi, et s'avère suffisamment riche pour amuser sur la durée, si ses concepts de gameplay vous intéressent. Malheureusement, il n'a pas les moyens de son ambition et est trop perfectible à tous niveaux pour représenter un grand DBZ, ou même grand jeu, tout court.

Tous les commentaires

  • MrFurieux
    06/03/2015 16:14:06

    Rho PUTAIN !!!! Le scandale !!!!! J'ai fait un sayen comme perso, je peux enfin me transformer en super sayen.... Depuis le début, jme demande comment ses cheveux vont se relever, si je vais avoir la classe...... Ben ils restent pareils !!!!! Ils deviennent juste jaune et voilà !!!! CARTON ROUGE BORDEL !!! Rien que pour ça, je virerai un point !!!

  • Archimage
    05/03/2015 19:35:16

    Je n'ai pas le jeu, mais je souhaite donner mon avis. Le jeu est pas mal du tout quand même. En faire un jeu mi-MMO mi-action, je trouve que cela crée une nouveauté dans la licence DBZ. Créer son propre personnage n'est pas nouveau, c'était le cas avec Ultimate Tenkaichi, mais ici la personnalisation est plus poussée je trouve. Le faire évoluer dans un monde pas persistant mais au moins dans lequel on peut faire de multiples choses, surtout en online, je trouve que cela créer un vent de fraicheur, car à force de refaire toute la saga avec les personnages emblématiques, à la longue cela peut lasser.. Or ici, c'est avec son propre personnage.  Ensuite, niveau scénario, remonter dans le temps pour rétablir les évènements est une idée sympa. Je pense que pour mieux exploiter cette idée, plutôt que de voir en guise d'intro de mission l'évènement qui change pour ensuite retourner dans le passé quelques instants auparavant, cela aurait été mieux que Tokitoki soit sur Terre et qu'on évolue dans une ligne temporelle marquée par ces évènements clés qui ne se sont pas déroulés comme prévu. Là on aurait eu un truc génial, et la cinématique d'intro de mission aurait été l'explication de la conséquence de la présence de celle ligne temporelle, qui faudrait alors remettre dans le bon sens et la faire concorder avec la ligne "officielle".  Reprenons. Concernant les graphismes, le cell-shading est pas mal mais c'est trop lumineux. Niveau combat, c'est un peu brouillon, tant au niveau de la matérialisation des coups qu'au niveau de la gestion des combats face à plusieurs guerriers et la caméra fait des siennes quelques fois. Mais les combos semblent assez nombreux et on peut sortir quelques enchainements sympas. Petit bémol: les esquives, non pas sous la forme d'une fuite, mais bien telles qu'on pouvait voir dans Tenkaichi (et Budokai) (celles ou le personnage bougeait de droite à gauche rapidement sur place en évitant les coups de pieds et/ou de poings). La durée de vie semble bonne, je ne sais pas combien de temps on peut terminer le jeu, mais avec toutes les quêtes parallèles, il y a de quoi faire (et j'ai vu sur le site JV.Com les conditions de certaines quêtes, et elles me semblent vraiment difficile (boucler en 3 minutes cela m'a l'air vraiment chaud, surtout si on est pas un pro dans ce genre de jeu).:etonne: Bref, un bon jeu, pas excellent pour autant mais il y a de quoi se défouler et de partir à la recherche des trophées.

  • Poussin1er
    04/03/2015 17:22:42

    6nia Une mise à jour a été faites cet après midi pour l'Europe (d'après eux). J'espère que ça fonctionnera normalement maintenant.

  • Player972
    03/03/2015 05:16:47

    Pareil kyuubi xD!!!

  • Player972
    03/03/2015 05:13:15

    Budokai 3 est le meilleur DBZ adapté en JV pour moi!

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 8.1
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : detrios
Très bon
un peu de fraicheur c'est a double tranchant, beaucoup voulant un tenkaichi HD, ils mettent donc une note sanction... mais créer et faire évoluer son perso à été poussé a l'extreme... les combats a plusieurs sont une belle prise de risque... ce jeu ne peut que se bonifier, en esperant des patchs pour corriger les petits défauts ( persistance des degats, coupe super sayen quand cheveux pl suite ...
1 BONNE RAISON DE NE PAS Y JOUER
L'avis de : MrFurieux
Bof
Oui mais.... non.... Il est vrai que la magie de l'univers DBz fonctionne, cependant tout cela est lourdement gâché par des errances de gamedesign et une lourdeur de gameplay qui auraient pu être évités avec un peu plus de soins.... La ville de Tokitoki est absolument insupportable et s'y déplacer un vrai calvaire... Quitte à faire ça, autant faire un simple menu, clair, vu que cette ville ne sert à rien... Il faut vr suite ...
flechePublicité

LES OFFRES

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité