flechePublicité

Test Don't Starve (PS4) : 7/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 08 Janvier 2014 , PS4 Sortie le 26 Mars 2013 , PC , Mac

Les +

  • Cruel mais prenant
  • Grande marge de progression
  • Nombreuses difficultés à surmonter...
  • ... et beaucoup de craft pour le faire.
  • Visuellement réussi

Les -

  • Un peu trop routinier et rébarbatif
  • Tout en anglais
La note de jeuxvideo.fr
7.0
bon
La note des internautes
8.7

(28 votes)
Publiée le 15/01/2014 à 18:01, par Virgile

Test de Don't Starve sur PS4 : une édition qui ne console pas pour autant !

Cruel et déprimant, mais aussi addictif et gratifiant, Don't Starve ne fait heureusement aucune concession pour son arrivée sur console.

A l'origine de l’excellentissime Mark of The Ninja, Klei Entertainment a surpris son monde en juin de l'année dernière avec l'étonnant Don't Starve. Sous ses atours joliment crayonnés, les joueurs curieux ont eu la surprise de découvrir un titre sans pitié, où la survie est une préoccupation de chaque instant et où une petite erreur de jugement peut être sanctionnée de conséquences radicales. Pour son arrivée sur console, Don't Starve n'a rien perdu de sa cruauté et peut de surcroît compter sur une jouabilité intelligemment adaptée au support.

C'est fin, c'est très fin, ça se mange sans faimRetour au sommaire
Don
Quand il s'agit de survie, on a plutôt l'habitude de se frotter à des jeux en quête de réalisme, qu'il soit cosmétique, physique et même physiologique. Oubliez tout ça, Don't Starve se présente le plus simplement du monde sous la forme d'un titre au parti pris visuel presque enfantin, avec son allure de cartoon burtonien, son héros court sur pattes et son interface presque mignonne.

L'introduction minimaliste expédiée - « tiens, pas de bol mon vieux, un dandy démoniaque a décidé que tu allais en baver jusqu'à ton inévitable trépas ! » - Don't Starve abandonne le joueur à l'urgence de de ses préoccupations vitales. Vite, il faut trouver de quoi manger et faire un feu. Alors commence le labeur qui rythmera chacune des journées de notre pauvre bougre : cueillir, couper, creuser, construire, chasser, et crapahuter, encore et encore, jusqu'à la mort. Et elle arrivera, tôt ou tard. Pris dans une sorte d'éternel recommencement, façon Un jour sans fin - mais sans Bill fucking Murray - le joueur a donc pour seul horizon ce moment fatidique qu'il cherchera sans cesse à repousser. Avant de renaître, plus affûté, malin et méthodique mais dans un monde redessiné et sans un caillou en poche.

Mais revenons-en à nos moutons. L'heure tourne, le soleil décline, et toutes les ressources comptent. Car en plus de se soucier de sa pitance quotidienne, il faudra, pour survivre sur le long terme, s'arracher à la précarité de cet état de nature. Et le plus vite sera le mieux, car il n'y a pas que l'estomac de notre personnage qui se rabougrisse : son moral et sa santé flétrissent.

Don
Pour maintenir notre malheureux debout et sain d'esprit, il faudra donc aller au-delà de la survie au jour le jour et redonner un semblant de quiétude et de stabilité à son existence. Et cela passe donc par l'amélioration de ses conditions de vie. A cet usage, les ressources dénichées au gré de notre exploration pourront entrer dans la fabrication de nombreux instruments (hache, pioche, pelle et même rasoir) qui permettront ensuite le raffinement de matériaux (des bûches débitées en planche par exemple) qui serviront alors à la construction de barrières pour protéger sa petite ferme elle-même bâtie à l'aide de pierres taillées et d'excréments etc. A la manière d'un RTS, l'accès à un niveau technologique plus élevé se fait donc par étape et demande du temps, de la patience et de la besogne.

Bouses + pierres + bois = potager !


30 millions d'amisRetour au sommaire
Mais vous vous en doutez bien, ça c'est un peu le scénario idéal. Parce qu'on n'est pas à Koh-Lanta ici figurez-vous. D'abord, la faune, souvent monstrueuse, vous considérera, dans le meilleur des cas, comme un danger, dans le pire comme un alléchant morceau de bidoche. Et puis la nuit tombe vite. Une erreur d'inattention, on oublie de jeter un oeil à sa montre, on se dit qu'on peut se permettre de couper encore quelques sapins avant le retour au camp, et là, surprise, le noir le plus complet. Le problème c'est qu'une redoutable créature se promène dans l'obscurité et qu'en l'absence d'un feu de camp pour l'éloigner, c'est la mort assurée en un coup de griffes.

Don t Starve
Et ça n'est pas tout, évidemment. Les aliments défraîchissent et finissent par pourrir, il faut affronter l'hiver - si tant est qu'on parvienne à tenir jusque-là - et donc le risque de mourir de froid (je vous ai parlé de la nécessité de se vêtir ? Non ? Et bah c'est fait), la pluie rinçant le moral de notre héros, les intoxications alimentaires après une cueillette imprudente, la raréfaction des ressources et autres réjouissances du même ordre, de sorte que notre survie n'est jamais acquise et que s'endormir sur son maigre confort peut nous être fatal.

Et c'est là ce qui fait toute la force de Don't Starve, ce savant mélange de tension et d'incertitude, ce danger qui ne dort jamais et qui ne tardera pas à se manifester si vous avez la faiblesse de vous assoupir. Don't Starve requiert donc une attention de chaque instant, quand bien même sa routine de jeu pourra paraître rébarbative. Car, c'est un fait, après une petite dizaine de tentatives, on commence déjà à procéder mécaniquement. C'est un peu le concept qui veut ça, la survie passant par une optimisation sans cesse plus poussée de son cheminement. Don't Starve est donc un titre que l'on pratiquera plus volontiers sur de courtes sessions. Conseil d'ami.

Le cas de la version PS4Retour au sommaire
S'agissant d'un portage sur console, quelques questions se posent, la première étant celle de la jouabilité du titre qui, d'un classique point & click à la souris, doit s'accommoder de la manette PS4. Et compte tenu des innombrables passages par divers menus (pour manger, crafter, s'équiper, etc.), la transition n'était pas forcément évidente.

Don t Starve
Et bien rassurez-vous, elle est intelligemment négociée par Klei Entertainment. Les interactions avec tout ce que le monde compte de ressources sont désormais contextualisées et les cafouillages sont très rares, tandis que l'ouverture des deux menus est assignée aux gâchettes : L2 pour le craft et R2 pour l'équipement / utilisation des objets. La carte est accessible d'une pression sur le pavé tactile et les quatre touches de façade sont bien suffisantes pour réaliser l'ensemble des actions possibles. Enfin, l'utilisation ou l'équipement des objets à la volée peut se négocier sans trop suer en recourant au stick droit. Bref, c'est simple et plutôt intuitif.

Sous ses airs de petit jeu inoffensif, Don't Starve propose une expérience aussi captivante qu'éreintante. Il en faut du courage pour se lever tous les matins, tailler des arbustes, abattre des sapins, chasser le lapin, récolter des bouses pour fertiliser son lopin de terre, le tout en essayant de ne pas mourir de faim, de froid, de la faune hostile, d'empoisonnement ou de folie. Même si, au bout de dix, cinquante, cent ou deux cent jours, la mort finira toujours par nous cueillir. On retournera néanmoins au dénuement et à la précarité fort de l'expérience acquise au combat pour sa survie. De sorte que les décisions seront prises avec de plus en plus de clairvoyance, l'usage des ressources se fera prudent et réfléchi, et la vie toujours plus précisément réglée. Au bout du compte, une forme de routine finira par s'installer, qui pourra en décourager certains. Mais c'est ainsi et le concept même de Don't Starve pouvait difficilement y échapper. L'expérience vaut tout de même vraiment le coup d'être tentée et se trouve désormais à la portée des possesseurs de PlayStation 4 qui découvriront-là une adaptation parfaitement exécutée par Klei Entertainment.

Don t Starve
Don t Starve
Don t Starve
Don t Starve
Don t Starve
Don t Starve
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )
flechePublicité

Playlist Don't Starve

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité
lementsByTagName('script')[0]; s.parentNode.insertBefore(ins, s); })();