flechePublicité

Test Disgaea D2 : A Brighter Darkness (PS3) : 7/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 26 Septembre 2013 , PS3

Les +

  • Des petites améliorations et des idées pertinentes
  • Le principe du likeability et des montures
  • Durée de vie immense
  • Des missions misant davantage sur la stratégie
  • Le retour Laharl, Flonne et Etna
  • L'humour toujours aussi présent

Les -

  • Des niveaux infernaux pour augmenter la durée de vie
  • Des coquilles graphiques et sonores
  • Plus moyen de transférer les evility
  • Moins de classes que dans D3 (futurs DLC... ?)
  • Du recyclage (sprites et musiques) et textes en anglais
  • Plus d'option online
La note de jeuxvideo.fr
7.0
bon
La note des internautes
7.8

(15 votes)
Publiée le 26/09/2013 à 10:09, par Camille

Test de Disgaea D2 : A Brighter Darkness : All hail Laharl !

Disponible sur Playstation 3 depuis le 26 septembre 2013, Disgaea D2 : A Brighter Darkness nous propose une suite fort sympathique de son tout premier Disgaea.

En cette période de septembre, il y a ceux qui sont sur GTA 5, et ceux qui passent des heures à farmer l'Item World, à monter en niveau pour écraser ces ennemis qui, même 30 niveaux en dessous de vous, vous rappellent à quel point vous êtes mauvais - et cela, même si vous avez fait tous les Disgaea sortis à ce jour - et que vous êtes très loin de vous considérer comme un vétéran... Ah, Disgaea... Que nous réserves-tu cette fois... ?

Toi qui ne connais pas les Disgaea... !Retour au sommaire
Disgaea Dimensions 2
Pour ceux qui ne connaissent pas la série des Disgaea, sachez qu'il s'agit d'une référence du tactical-rpg japonais. Humour omniprésent, durée de vie de dingue, contenu démesuré, classes disponibles nombreuses aussi bien pour les monstres que pour les humains, 9999 niveaux, amélioration de n'importe quel objet - de son équipement au simple chewing-gum qui va nous servir à reprendre quelques points de vie -, donjons aléatoires avec des ennemis de plus en plus coriaces... Eh oui, on a toujours quelque chose à faire dans un Disgaea et le temps que l'on peut passer dans un simple jeu de cette série atteint très facilement la centaine d'heures.

Il est impossible d'étaler tout le contenu d'un Disgaea dans un simple paragraphe et de toute façon, il est ici question de Disgaea Dimension 2 : A Brighter Darkness (alias D2) et non pas d'un dossier découverte de la série. D2 est la suite directe de Disgaea 1 (alias Disgaea : The Hour Of Darkness sur PS2, Disgaea : Afternoon Of Darkness sur PSP ou Disgaea DS... sur DS évidemment - et qui est, à mon sens l'une des meilleures adaptations ; l'écran supérieur de la DS permettant d'avoir une vue claire du terrain). De ce fait, si on s'intéresse à l'histoire, il est vivement recommandé de terminer le premier sous peine de se faire spoiler.

Quelques phases de gameplay (VF)


Le vrai début du test... enfin !Retour au sommaire
Disgaea D2 : A Brighter Darkness
C'est avec plaisir que l'on retrouve le trio phare de la série - à savoir Laharl, Etna et Flonne - qui va devoir faire face à un problème qui sent un peu le réchauffé puisque Laharl n'est toujours pas reconnu par son royaume comme le véritable Overlord (alias le big boss de son monde). Si cette idée sert de point départ, D2 va finalement rapidement mettre en avant le thème de la famille avec Laharl qui veut surpasser l'ombre de son père, l'ancien Overlord. De nouveaux personnages vont également faire leur apparition comme Sicily, une ange qui prétend être la sœur de Laharl, ou encore le ténébreux Xenolith qui aurait un lien avec Etna. On regrette cependant que d'autres protagonistes, qui vont avoir un rôle plus ou moins important et vont intégrer plus tard notre équipe, soient le plus souvent une simple "recoloration" des personnages de base que l'on peut créer (avec 2 détails en plus, allez...).

Disgaea D2 : A Brighter Darkness
L'humour est toujours très présent, même si Disgaea 1 reste à ce jour l'épisode le plus drôle de la série, et ne fait pas l'erreur de nous sortir des gags réchauffés (seules les musiques le sont à vrai dire puisqu'on en retrouve beaucoup du premier opus, non retouchées). Certes, on croise quelques chapitres vraiment déjantés - pour ne pas dire WTF - où notre Laharl va se réveiller dans le corps d'une fille (je m'attendais à plus de traumatismes de sa part, surtout vis-à-vis de sa poitrine) et finir par donner un concert de J-pop. Néanmoins, dans l'ensemble, on a envie d'en savoir plus sur le scénario principal.

Modifications et évolution des mécaniquesRetour au sommaire
Disgaea Dimensions 2
Un Disgaea se différencie d'un autre par ses héros, c'est un fait, mais ce qui va surtout intéresser, ce sont ses petits détails. Disgaea 2 obligeait les réincarnations de ses personnages pour faire évoluer leurs classes, Disgaea 3 a amené les magichange (les monstres qui se changent en arme) et les evility, la disparition du système maître-élève pour apprendre les sorts d'une autre classe par exemple, Disgaea 4 a proposé un système de piraterie, etc. Ici, D2 va reprendre des idées de tous les épisodes en les simplifiant, parfois un peu trop d'ailleurs. La plupart d'entre eux ont su apporter de la fraîcheur et des améliorations dans le côté pratique du jeu sans oublier de garder un certain challenge. Pour ceux qui veulent en savoir plus, je vous invite à vous rendre tout en bas de la page pour une liste en annexe des principaux aspects qui ont « évolué » dans cet opus.

Outre ces modifications, D2 apporte son lot de nouveautés avec l'ajout de trois principaux éléments. Le premier est appelé likeability et détermine l'affection qu'a chaque allié pour les autres. En fonction de cette dernière, nos héros pourront bénéficier d'un soutien non négligeable lorsqu'une attaque est effectuée. En effet, plus un équipier va être aimé par les siens et plus il aura des chances d'être protégé en cas d'attaque (les alliés vont échanger leurs places avec la personne visée si celle-ci est mise en défense pour encaisser un coup à sa place) ou lui prêter main-forte lorsqu'il passe à l'offensive (ils vont faire une attaque basique supplémentaire s'ils sont à portée).

Tagada, à cheval sur mon dragonRetour au sommaire
Disgaea D2 : A Brighter Darkness
Au lieu de disparaître du terrain et de se changer en arme avec le magichange, les unités de type monstre ont une tout autre fonctionnalité puisqu'on peut s'en servir de monture. On va bénéficier d'une attaque spéciale - qui va dépendre de la likeability entre le cavalier et sa monture - en plus des actions que possède l'unité humaine. On peut également descendre et monter sur un monstre autant de fois qu'on veut (ça coûte néanmoins une action), et il ne peut y avoir qu'un seul cavalier à la fois. La barre de vie correspond à celle du monstre et si cette dernière tombe à zéro, la monture est tuée et le cavalier se retrouvera à pied avec la barre de vie qu'il avait avant d'aller chevaucher sa bestiole.

Disgaea D2 : A Brighter Darkness
Une nouvelle arme équipable pour les humains fait également son apparition : les livres. Ces derniers augmentent l'intelligence et permettent d'apprendre des sorts d'invocations élémentaires mais, à la différence des bâtons, on n'augmente pas la portée de nos sorts. Nouvel opus oblige, on trouve également des classes inédites comme les Sea Angel (des espèces de fantômes de petites filles aux oreilles de renard) ou encore une version masculine ou féminine de certaines classes. En outre, les celestial host - ou anges - ont maintenant un équivalent masculin, les prêtres sont de retour... même s'ils ont l'air de femmes avec leurs deux couettes, il y a également une version féminine pour les heavy knight, etc. Assez sympa, mais on regrette que le choix ne soit pas aussi garni que dans Disgaea 3. Le reste est-il prévu en DLC ou dans une future version sur Vita ?

Dernière nouveauté, et pas des moindres, la présence d'un cheat shop. Ce dernier va nous permettre de jouer avec plusieurs valeurs (100% de base) que l'on va pouvoir réduire pour en augmenter d'autres. Ainsi, on peut changer le taux d'expérience gagnée à 125% si on diminue l'argent à gagner à 75% par exemple. Le taux maximum et minimum des valeurs augmente à chaque fois que l'on achève un chapitre du mode Histoire. Le cheat shop a également d'autres fonctions comme influencer l'item world ou encore augmenter la puissance des monstres (autrefois faisable via des votes à l'assemblée) pour ne citer que ça. Il permet ainsi de rendre le jeu plus accessible en rendant les sessions de leveling plus pratiques à réaliser, mais ne croyez pas pour autant que le jeu ne vous résistera pas.

Difficulté et durée de vieRetour au sommaire
Disgaea Dimensions 2
Le mode Histoire comporte 10 chapitres et ces derniers, même s'ils se terminent en une trentaine d'heures, ne seront pas de tout repos. En effet, les Geo Panel sont toujours présents (les zones colorées qui vont donner des bonus/malus aux unités qui seront sur la case) et plus vicelards que jamais. Parfois, même une trentaine de niveaux de différence ne suffisent pas à obtenir la victoire car entre les Geo Panel qui donnent souvent un avantage démesuré aux ennemis, les evility de certains adversaires (+75% d'attaque, deathblow sous condition, +100% de dégâts si une attaque élémentaire touche un ennemi sensible à l'élément utilisé, malus de -5% sur toutes les stats des ennemis...) et la configuration du terrain, on a l'impression que le jeu lui-même veut notre mort.

Disgaea Dimensions 2
Avec une telle difficulté, le jeu impose sans le dire des heures de leveling. Cette méthode n‘est malheureusement pas très agréable car on est plus souvent démoralisé à l'avance qu’enclin au challenge posé par le jeu (surtout à partir du chapitre 7). Une fois les cartes finies, on a plus souvent envie de dire « OK, celle-ci, plus jamais ! », plutôt qu'un « Waouhou ! J'y suis arrivé ! ». Certaines missions sont moins inspirées et sentent un peu le déjà-vu alors que d'autres essayent d'apporter un nouveau souffle, notamment l'unique mission en nombre de tours limité ou encore celles où l'on peut se retrouver coincé si on fait n'importe quoi. Bon après... ces missions se comptent sur les doigts d'une main et c'est peut être bien dommage, car appuyer un peu plus la dimension stratégique était sans doute une idée à creuser pour apporter un peu de fraîcheur à la série.

Comme à chaque Disgaea, ce nouvel opus est rempli de nombreuses subtilités ainsi qu'un lot de nouveautés qui raviront les habitués de la série. Néanmoins, on peut reprocher à Disgaea D2 : A Brighter Darkness d'avoir équilibré son jeu de manière bancale. Certains niveaux sont vraiment coriaces alors que les suivants se passent sans problème, des classes sont complètement pétées alors que d'autres ne sont pas très utiles, etc. Malgré tout, on passe un excellent moment grâce à l'humour omniprésent et aux dialogues plein de sous-entendus en compagnie du célèbre trio infernal de NIS. Plus accessible grâce à ses nouveautés, le jeu n'en demeure pas moins difficile et prenant. Nul doute que les acheteurs auront de quoi faire pendant des dizaines voire des centaines d'heures.

Disgaea Dimensions 2
Disgaea Dimensions 2
Disgaea Dimensions 2
Disgaea Dimensions 2
Disgaea Dimensions 2
Disgaea D2 : A Brighter Darkness
Disgaea Dimensions 2
Disgaea D2 : A Brighter Darkness
Disgaea D2 : A Brighter Darkness
Disgaea D2 : A Brighter Darkness
Disgaea D2 : A Brighter Darkness
Disgaea Dimensions 2


Prinny : Can I Really Be The Hero ?
Pour toi, lecteur et fan de Disgaea, qui veut en savoir plus sur les modifications et les nouveautés des mécaniques propres à D2.

gif : petite Flèche orange
Évolution des classes vers un tiers plus puissant : la réincarnation et le retour au niveau 1 étaient une obligation. Ici, D2 permet à une classe qui a débloqué le tiers suivant d'être promue (le coût en mana est le même que pour une réincarnation) sans avoir à retomber au niveau 1. On avance donc plus rapidement dans l'histoire puisque notre personnage devient plus résistant et fort sans qu'on soit obligé de devoir faire des sessions de leveling.

gif : petite Flèche orange
Relation maître-élève : le grand retour et en version simplifiée puisqu'il est possible de changer de maître et d'élève sans passer par l'assemblée (et donc sans payer de mana). Il devient ainsi très facile de faire apprendre des capacités à n'importe quel membre de notre équipe.

gif : petite Flèche orange
L'Item World : il est toujours présent, mais son plafond maximum est limité en fonction du bateau pirate que l'on dispose. Plus on va dans l'Item World et plus on a accès à un vaisseau qui va nous permettre de descendre plus profondément. On commence par exemple avec une barque qui nous permet de descendre jusqu'à un maximum de 30 niveaux.

gif : petite Flèche orange
La création de personnages : un détail certes, mais toujours plaisant puisqu'on a tout de suite accès à la recoloration. Dès le début, on a accès à la couleur de base (tiers 1 de la classe) ainsi que 3 autres couleurs. Si on aime celle de base, on peut faire évoluer notre protagoniste dans les tiers suivants tout en gardant la coloration que l'on aime. Fini les sorties avec un perso avec des belles couleurs vertes et roses très viriles. On a également un choix entre 3 evility lors de la création du personnage (et on peut la changer gratuitement autant de fois que l'on veut à l'assemblée).

gif : petite Flèche orange
Le tribunal : on a maintenant un maître de séance qui a le rôle d'un sénateur (celui qui dégage les autres votants sur un coup de tête et qui fait pencher drastiquement le pour ou le contre d'un côté de la balance). A la différence des « anciens » sénateurs qu'il fallait souvent gaver de cadeaux, celui-ci n'en accepte qu'un seul. Ce dernier doit en revanche appartenir à une catégorie définie et cela quelque soit le niveau et la qualité de l'objet (un vieux bâton commun qui donne 5 en intelligence l'a comblé...). Il devient ainsi beaucoup plus facile d'obtenir un bon verdict.

gif : petite Flèche orange
Les magasins : fini les allers-retours en magasin, pour recharger la liste des équipements afin de trouver une épée avec un max de bonus d'attaque puisque tous les objets achetés en magasin sont dépourvus d'innocents (les bonus qu'on traque et qu'on fait leveler dans l'Item World). Va falloir garder les drops pour chasser les innocents, les enfants !

gif : petite Flèche orange
L'inventaire : plus de limitation ou d'histoire de storage (warehouse), notre inventaire est devenu tout simplement immense. Il est possible de classer les objets très facilement et donc d'aller voir les sénateurs avec un large choix de cadeaux potentiels.

gif : petite Flèche orange
Personnage principal : on peut changer le héros que l'on déplace dans la base. Cela permet de discuter avec les autres NPC présents (dont notre équipe) afin de monter la likeability.

gif : petite Flèche orange
Salle d'entraînement : On peut augmenter les stats des personnages en les inscrivant à des entraînements et ainsi modeler plus facilement son profil en augmentant son attaque, sa défense, etc.

gif : petite Flèche orange
Disparition du charaworld qui permettait d'obtenir de nouvelles evility : dès qu'on choisit une classe, on est obligé de rester sur les 3 evility proposées de la classe actuelle et cela même si dans son ancienne vie notre personnage était d'une autre classe.

gif : petite Flèche orange
Disparition du magichange au profit du système de monture.

Prinny : Can I Really Be The Hero ?
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 7.8
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Très bon
Excellent Le retour de Laharl, Etna et Flonne! Enfin! Le jeu propose de nouveau mécanismes, un scénario toujours aussi stupide et déjanté. Un disgaea quoi, que du bon si vous aimez le genre. La seule chose regrettable: la tonne de DLC que propose Nippon Ichi sur tous ses jeux.
flechePublicité

LES OFFRES

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité