flechePublicité

Test Deadcore (PC) : 8/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 17 Octobre 2014 , PC

Les +

  • La maniabilité, au poil (et c'est hyper important)
  • Le level design, d'une maîtrise rare
  • La courbe de progression et le die and retry, parfaitement dosés
  • PAS CHER (10€)

Les -

  • Un peu « gerbogène » quand la gravité s'en mêle
  • Parfois quelques errances dans les commandes
  • La hitbox du personnage, particulièrement dure à cerner
La note de jeuxvideo.fr
8.0
tres bon
La note des internautes
8.4

(13 votes)
Publiée le 03/11/2014 à 12:11, par Kevin-J

Test de DeadCore : Le skill avant tout

Anciennement connu sous le nom de Deadlock et ayant franchi avec succès l'étape du financement participatif, c'est désormais en tant que DeadCore que le jeu de 5Bits Games a débarqué il y a peu dans nos linéaires.

Fruit du travail de cinq Français, Deadcore est de ces titres un peu particuliers qui ne laissent pas indifférent. Jeu de plateforme à la première personne, il emprunte aux meilleurs (Portal et Super Meat Boy en tête) pour livrer une expérience de jeu parfaitement maîtrisée, grisante, et proprement renversante. Et sous des dehors un brin simples, DeadCore se révèle digne d'une mécanique d'horlogerie, plein de subtilités, et surtout, diablement technique. Amis à l'arthrose prononcée, aux doigts gourds et à la colère facile, passez votre chemin. Quant aux autres, plongez avec nous dans les entrailles de DeadCore.

Meilleur grimpeurRetour au sommaire
Deadcore
Tout commence par une chute. Une très longue chute qui nous amène en bas de la Tour, une mystérieuse structure se dressant fièrement vers les cieux et qu'il faudra conquérir à la force du poignet. Qui sommes-nous ? Pourquoi faut-il monter ? A quoi sert cette Tour ? Eh bien on ne sait pas trop, et à vrai dire, on s'en fout pas mal, parce que là n'est pas le cœur du jeu. Oh, on trouvera bien ça et là des logs bien cachés que l'on pourra aller lire à tête reposée, mais globalement, ce qui fait tout le charme de DeadCore, c'est le comment, et non le pourquoi. Car voyez-vous, les petits gars de chez 5Bits Games ont mis le paquet sur tout le reste. Level design incroyable, contrôles répondant au doigt et à l'œil, ambiance visuelle et sonore cohérente, tout est là pour vous plonger dans une fuite en avant délicieusement ardue, technique et surtout parfaitement maitrisée.

La très grande réussite de DeadCore est sans aucun doute la manière qu'il a d'amener les évolutions de son gameplay, qui interviennent au fil des niveaux. Au commencement, notre seule arme pour aller folâtrer dans les hauteurs de la Tour consiste en un bête double saut. Dès les premières minutes, l'on se retrouve face à une palanquée de blocs, flottants paresseusement devant nous. C'est tout naturellement, presque instinctivement, que l'on commencera à bondir de l'un à l'autre en appréciant les commandes, en jaugeant les limites de notre avatar (portée des sauts, air control, hitbox), et en surmontant l'un après l'autre les obstacles qui se dressent sur notre chemin.

Deadcore
Par la suite, ce sont tout un tas de mécaniques qui viendront s'ajouter à ce double saut, du dash permettant de parcourir de longues distances au Switchgun capable d'activer (ou désactiver) certains éléments du décor (ennemis, zone d'inversion de gravité, générateurs et tutti quanti). A chacune de ces modifications, le jeu prendra le temps de nous faire découvrir l'étendue des possibles avant de nous replonger dans le vif du sujet, sans jamais venir nous abreuver de conseils et autres encadrés textuels malvenus. DeadCore joue donc la carte de l'apprentissage par l'exemple, et c'est tout naturellement, après un ou deux échecs, que l'on comprendra comment tirer le meilleur parti de la capacité qui nous est offerte.

Gameplay maison dans différentes zones



Chemins de traverseRetour au sommaire
Deadcore
Néanmoins, cet apprentissage par l'exemple ne vaudrait pas tripette s'il n'était pas appuyé par un level design solide. Et de ce côté-là, le travail effectué par 5Bits Games est tout à fait remarquable. Rien n'y est gratuit, et chaque élément fait sens lorsqu'on l'inscrit dans ce tout qu'est DeadCore, ce qui est loin d'être un mince exploit. A chaque nouvel obstacle, c'est instinctivement que l'on comprend ce qu'il faut, ou ne faut pas faire. Prenons le code couleur des éléments du décor par exemple. Chaque point de contrôle, qui permet de sauvegarder sa progression et de respawner en cas de mort malencontreuse, est symbolisé par un cercle vert au sol. Bien vite, c'est avec avidité que l'on guettera les particules colorées qui signalent sa présence, car elles seront synonymes de sécurité. Et c'est tout aussi vite que l'on apprendra à fuir comme la peste tout ce qui se pare de rouge, cette couleur signifiant immanquablement la mort. Cette utilisation, certes, simple des couleurs, s'intègre pourtant parfaitement dans la démarche de fluidité qui gouverne le jeu.

Deadcore
Il y aurait encore beaucoup à dire sur la qualité du level design de DeadCore, tant au niveau des mécaniques mises en place que de leur intégration dans la structure globale des niveaux. Néanmoins, il est un point qu'il me semble encore plus important de souligner, tant il est rare. Pour la première fois, dans DeadCore, je me suis retrouvé face à un jeu qui m'incitait à sortir des chemins battus. Habituellement, dans les jeux de plateforme, il existe un ou plusieurs chemins bien définis entre lesquels il est possible de naviguer. Ici, à de nombreuses reprises, en observant un tant soit peu mon environnement, j'ai découvert qu'il m'était possible d'éviter de grandes portions de niveau très facilement. Encore mieux, en exploitant un peu le moteur du jeu et sa physique, j'ai pu contourner de nombreux pièges, et ainsi gagner énormément de temps. Il s'agit là, à mon sens, d'une grande preuve d'intelligence de la part des développeurs qui ont non seulement réfléchi à leur level design pur et dur, mais qui ont aussi pris en compte la propension des joueurs à vouloir tester les limites d'un jeu. Et ça, mes amis, ce n'est pas rien.

Vitesse et précipitationRetour au sommaire
Vous l'aurez compris, DeadCore est un excellent jeu. Mais sachez que la liste de ses qualités ne s'arrête pas là. Car en sus d'un level et game design aux petits oignons, le titre de 5Bits Games possède une rejouabilité loin d'être anodine. A commencer par les nombreux éléments cachés çà et là dans les niveaux. Si certains d'entre eux sont dispensables, comme les logs ou les chansons à débloquer, d'autres influent radicalement sur la manière de jouer. Les Sparks tout d'abord, ces petites échardes lumineuses, souvent ben planquées, qui une fois ramassées, ouvrent un pan entier du niveau. Dès lors, c'est tout une nouvelle section qui s'offrira à la découverte, amenant son lot de nouveautés.

Deadcore
Enfin, il sera aussi possible de découvrir des améliorations pour les diverses capacités de notre avatar : recharge plus rapide du dash, "munitions" supplémentaires ou bien augmentation de la hauteur du saut. Si tout cela permet une nouvelle approche des niveaux déjà parcourus, tous ces éléments s'agrègent pour mener DeadCore vers sa vraie nature : le speedrun. Car c'est bien là la véritable vocation du titre de 5Bits Games, et la présence d'un timer dans le jeu n'est pas innocente. Tout est fait pour pousser le joueur à aller vite, à parfaire ses trajectoires, à tenter par tous les moyens de mettre à mal le level design, quitte à prendre des risques insensés, histoire de gratter quelques secondes sur le temps précédent. Et le pire, c'est qu'une fois que vous aurez compris cela, il sera impossible de faire machine arrière. C'est d'ailleurs là que le mode Speedrun prendra tout son sens en donnant l'occasion de de parcourir tout ou partie d'un niveau le plus rapidement possible.

Deadcore
Que ce soit du point de vue du fond ou de la forme, DeadCore dans son ensemble tend vers la prouesse. Néanmoins, et malgré de très grandes qualités, il n'échappe pas à quelques écueils qui viennent un tantinet ternir sa belle mécanique. Premier point, aussi le plus gênant, il est très difficile de jauger les limites de son avatar. Et pourtant, il s'agit d'une composante essentielle dès lors que l'on doit se faufiler dans des passages aussi étroits que mortels : situations qui, vous vous en doutez, ont tendance à se multiplier avec le temps. Ce problème au niveau de la hitbox de l'avatar entraîne donc, après quelques morts injustes, un sentiment de frustration qui vient quelque peu gâcher le plaisir. Le second point d'achoppement intervient au moment où l'on découvre les joies du changement de gravité. Comme l'on peut s'en douter, ce genre de séquence donne lieu à de nombreux retournements de situation qui à la longue, finissent par faire perdre les repères basiques. Et c'est bien souvent que l'on chutera faute d'avoir su retrouver le plancher des vaches originel. Ajoutons à cela une légère nausée provoquée par ces changements de caméra intempestifs, et le tableau sera complet.

Machine de test : portable Ultrabook Asus ROG G750JZ avec Windows 8.1 64-bit, 16 Go de mémoire, processeur Intel Core I7 à 2,5 GHz, carte graphique NVIDIA GeForce GTX 880M.

Sous sa débauche de néons et de musique technoïde un poil bourrine, DeadCore est bien loin de laisser présager la finesse qu'il recèle. Véritable mécanique de précision, le jeu de 5Bits Games se montrera certes exigeant, mais diablement jouissif à jouer. Que ce soit par sa courbe de progression parfaitement maîtrisée, son level design insane et pourtant si logique, ou bien sa maniabilité qui répond au doigt et à l'œil, tout concourt à créer une harmonie presque exempte de frustration, chose que l'on voit trop rarement. Les âmes chagrines pourront bien entendu rétorquer que l'on trouve ça et là quelques menus problèmes (cette satanée hitbox en tête), mais il reste difficile de faire la fine bouche face au plaisir que l'on prend à voltiger en son sein. Et même si l'on recommandera DeadCore en priorité aux amateurs de plateformers exigeants et speedrunner en herbe, gageons que son petit prix, 10€, en fera craquer plus d'un. Et vous savez quoi ? Ils auront bien raison.
flechePublicité

Playlist Deadcore

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité