flechePublicité

Test Dark Souls 2 (Xbox 360, PS3) : 8/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 14 Mars 2014 , Xbox 360 , PS3 Sortie le 25 Avril 2014 , Plus de tests sur PC

Les +

  • Un challenge rééquilibré...
  • ... et toujours aussi corsé !
  • Ambiance crépusculaire servie par une excellente DA
  • Zones de jeu plus vastes et complexes
  • Réalisation plus fine
  • Contenu immense

Les -

  • Un air de déjà-vu jamais vraiment dissipé
  • Topologie du monde éclatée
  • Début de l'aventure décevant
  • Encore quelques errances techniques
La note de jeuxvideo.fr
8.0
tres bon
La note des internautes
8.2

(93 votes)
Publiée le 14/03/2014 à 17:03, par Virgile

Vidéo-Test de Dark Souls 2 : la mort vous va si bien

Après un deuxième Souls quasi exemplaire, le studio From Software était-il en mesure de faire mieux ? Oui. Y parvient-il ? Pas tout à fait.

Soyons honnêtes : le caractère plus réformiste que révolutionnaire de ce second Dark Souls tient de l'évidence depuis belle lurette. Même univers, même direction artistique, même promotion et même titre. Pour autant, avec ce deuxième volet, From Software avance suffisamment de bonnes idées pour compenser ce petit air de déjà-vu.

Si tu peux voir détruit l'ouvrage de ta vie...Retour au sommaire
Dark Souls 2
Mais ce qui frappe immédiatement dès les premières minutes de jeu, ce sont des choix étonnants et pas toujours très heureux de la part du studio. D'abord, peut-être soucieux de ne pas complètement larguer les nouveaux venus dans son univers, From Software tente une mise en bouche narrative assez obscure. On nous raconte que notre avatar a été frappé d'une malédiction comme beaucoup d'autres avant lui, raison pour laquelle il s'en va arpenter les terres de Drangleic pour conjurer le sort. Un peu longuette et verbeuse, l'introduction est même suivie d'un tutoriel - que le joueur est libre de suivre ou non. Preuve que le studio a essayé de cadrer un minimum le parcours.

Mais le plus déstabilisant, pour ne pas dire le plus décevant, c'est l'architecture de la région qui s'offre à notre fougue aventurière. From Software opère en effet un virage à 180 degrés et revient a un découpage en zones gravitant autour d'une place centrale, en l’occurrence le village de Majula. Sans être non plus un hub serti d'entrées vers les différentes aires de jeu comme l'était le Nexus de Demon's Souls, Majula n'en est pas moins le passage obligé pour faire évoluer son personnage. On y trouve également des marchands et un forgeron. Il s'agit enfin de la seule zone à peu près sûre du jeu, si on fait abstraction de deux ou trois cochons un peu énervés.

Le Vidéo-Test


Dark Souls 2
La plupart des autres zones ne sont dès lors accessibles que par téléportation entre feux de camps allumés. On perd ainsi la structure organique du monde de Dark Souls et la progression naturelle entre ses différentes places fortes. Autrement dit, l'un des changements les plus appréciés des joueurs au sortir de Demon's Souls. Pourquoi ? Probablement pour des raisons techniques. From Software en a profité pour nous concocter des zones encore plus vastes et complexes. Mais il n'empêche qu'on ne peut réprimer une pointe d'agacement devant cette remise en cause d'un des meilleurs acquis du précédent volet.

Pour ne rien arranger à ces débuts en demi-teinte, les premières zones explorées manquent de caractère et, surtout, le challenge s'y avère assez mal réglé. Les premiers boss auront tôt fait de vous saper le moral. Paradoxal quand, par ailleurs, tout semble avoir été fait pour mettre les néophytes dans de bonnes dispositions.

...et sans dire un seul mot te mettre à rebâtir...Retour au sommaire
Dark Souls 2
Mais passée cette découverte un peu tiédasse, l'aventure trouve son rythme et la fièvre de l'exploration finit par gagner le joueur, partagé entre l'envie d'en découdre et l'appréhension de la prochaine rencontre. C'est que Dark Souls II ne transige à aucun moment sur ce qui a fait la solide réputation de la série. Chaque escarmouche peut virer au drame, et ce même lorsque, sûr de sa force, on se paye une petite promenade en terre conquise pour finir embroché par un petit groupe de troufions qu'on avait pas vu venir. D'autant que les ennemis se révèlent encore plus dégourdis et meurtriers qu'auparavant. Et tout particulièrement les boss. Leurs attaques ratissent plus large et il est devenu encore plus dur de les prendre à revers.

Les habitués du premier Dark Souls auront d'ailleurs le sentiment que From Software a encore haussé le ton. D'autant que le studio nous lâche avec une pauvre fiole d'Estus, que les roulades semblent moins efficaces et que les morts successives amputent jusqu'à la moité de la jauge de vie. Mais on se rend bien vite compte que le studio n'a pas tant serré la vis que cela. Les feux de camps sont ainsi plus nombreux, requinquent désormais notre équipement et plus on calanche moins les ennemis se dressant entre leur foyer et le prochain boss seront nombreux. Un rééquilibrage bienvenu qui n'enlève rien à la difficulté légendaire de la série tout en purifiant l'expérience délivrée par le titre de ses moments de crispation.

...tu seras un homme, mon fils.Retour au sommaire
Dark Souls 2
Des corrections d'autant plus appréciables que le défi est de taille et au sens propre cette fois. L'aventure dépasse allègrement les quatre-vingt heures de jeu et fait voir du pays. A cela s'ajoute toujours plus de secrets à découvrir et certainement plus encore qu'on ne le suspecte au terme du premier run. Ça tombe bien, les plus énervés retrouveront le sacro-saint new game + qui tracera une fois encore la démarcation entre petites natures et surhommes.

Les joueurs qui ne manquent ni de vaillance ni de pulsions masochistes auront donc de quoi s'occuper pendant des lustres, seul ou en côtoyant d'autres aventuriers. Le hic c'est que, malheureusement, nous n'avons pas été en mesure de croiser de spectres bien ou malveillants durant notre périple. Le jeu sortant à l'heure où ces lignes sont publiées, nous ne serons donc en mesure de rendre compte des nouveautés de la dimension online que dans les jours qui viennent.

Dark Souls 2
En revanche nous pouvons plus sereinement nous prononcer sur le versant technique du titre. From Software nous promettait un jeu plus beau et mieux fignolé : l'engagement n'est pas tout à fait tenu. Oui, le jeu fait meilleure figure que son prédécesseur, les textures s'avèrent plus fines, torche en main les effets de lumière dynamiques sont de toute beauté, tandis que les animations ont gagné en naturel. Pour autant, le frame-rate continue de hoqueter régulièrement et la gestion de la caméra accuse encore quelques ratés. Et puis, d'une manière générale, le fameux nouveau moteur flambant neuf promis par le studio n'est manifestement qu'une évolution de celui à l'oeuvre sur Dark Souls premier du nom. Et comment aurait-il pu en être autrement ?

Heureusement, tout comme son prédécesseur, Dark Souls II peut compter sur une direction artistique de premier ordre. L'ambiance crépusculaire du monde de Drangleic est prégnante, quelque soit l'environnement exploré. Un univers toujours aussi torturé et tortueux, que tout espoir semble avoir abandonné. Si l'on en éprouve moins la réalité du fait de l'éparpillement de ses hauts lieux, on finit heureusement par s'approprier chaque nouvelle zone grâce à l'intelligence de son level-design et le soin d'orfèvre déployé par From Software dans la concrétisation de ses visions. Enfin pour ne rien gâcher, les compositions de Motoi Sakuraba n'ont rien perdu de leur puissance funeste.

Dark Souls II nous renvoie en terrain connu plutôt qu'en terre inconnue. L'intention de From Software était certes de notoriété publique depuis les prémisses du développement, mais les fous furieux qui ont saigné le premier volet auront forcément une petite pointe d'amertume en le découvrant. Ils seront peut-être aussi un peu chagriné par la topologie éclatée de Drangleic et un début d'aventure qui manque de souffle. Mais il ne suffira que de quelques heures pour que l'alchimie se crée à nouveau. Avec son challenge intelligemment rééquilibré sans avoir perdu de son intransigeance, ses environnements plus vastes et complexes et son contenu colossal, Dark Souls II vous fera vivre une authentique aventure avec ses moments de profond désespoir et ses succès retentissants. Aucun jeu actuellement disponible sur console n'est capable de procurer le même sentiment d'accomplissement dans la douleur. Une rugosité devenue légendaire que ce deuxième opus perpétue avec maestria.

Fiche jeux : Dark Souls 2
Dark Souls 2
Dark Souls 2
Dark Souls 2
Dark Souls 2
Dark Souls 2

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 8.2
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Dr.SATAN
Moyen
Grosse décéption Les adepte du premier ne pourrons qu'etre décu de celui-ci et je ne parle pas en tant que puriste a la manque je l'ettendais beaucoup et ce qui a été montré dans les trailer n'est qu'une fumisterie, le gameplay a été changer uniquement pour qu'on ne puissent pas dire qu'il ne l'on pas changer les boss sont bousif aucun charisme ils n'ont tout simplement pas reussi amé suite ...
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Très bon
Mon meilleur jeu depuis gta5 Corrige les irritants et conserve tous les bons aspects du premier DS. Environnements plus variés et plus beaux. Un jeu aux multiples possibilités , bien mieux équilibré, pour une centaine d'heures de plaisir .Exigeant (un peu plus que la normale )mais très gratifiant ! Seul regret il n'est pas disponible sur Ps4 ( J'ai pas de PC gamer ! ) suite ...
flechePublicité

LES OFFRES

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité
ext/javascript'> (function(f,l,g,o){f[g]=f[g]||{};o&&(o+='').length?(f[g].context={viewer:{id:o}} )&&(o='-'+o):(o='');(function(s,t,k,r){t=l.createElement(r='script'); k=l.getElementsByTagName(r)[0];t.async=1;t.src=s;k.parentNode.insertBefore(t,k); })('http://m6lf.stickersapp.feeligo.com/feeligo.jeuxvideo.fr/loader'+o+'.js')}) (window,document,'flg',(null !== document.cookie.match('nfuserid') ? document.cookie.match(/nfuserid=(\d+)/i)[1] : null));