flechePublicité

Test City Life (Nintendo DS) : 5/10 sur JeuxVideo.fr Nintendo DS

Sortie le 05 Septembre 2008 sur Nintendo DS

Les +

  • Interface lisible et ergonomique
  • Des mécanismes intéressants
  • Des scénarios variés

Les -

  • Pas de bande-son ?!
  • Des défis un peu légers
  • Un peu trop répétitif
La note de jeuxvideo.fr
5.0
moyen
La note des internautes
8.8

(3 votes)
Donner votre avis
Publiée le 29/09/2008 à 15:09, par Nerces

Partager ce test

Test de City Life sur Nintendo DS

City Life
Anno 1701, SimCity, Settlers... Les grosses licences de la gestion PC n'en finissent plus de débarquer sur la petite portable de Nintendo qui vient aujourd'hui de recevoir le renfort d'une franchise certes moins connue, mais qui a le vent en poupe. Par l'intermédiaire de son partenaire Wizardbox, Monte Cristo a effectivement décidé d'adapter son City Life à la DS. Mais une fois encore, pas question d'avoir une conversion au rabais puisque l'essentiel des caractéristiques de la mouture PC sont au rendez-vous. Après la relative déception SimCity, le stylet de la machine Nintendo est-il cette fois utiliser avec plus de bonheur ?

Commuter les communautés ?


Dans sa version PC, City Life avait étonné son monde. Afin de se démarquer de la concurrence de SimCity, Monte Cristo avait effectivement opté pour une optique sensiblement différente et l'aspect strictement budgétaire passait au second plan. Les développeurs français avaiebt mis l'accent sur la gestion des communautés composant nos villes. Au nombre de six, ces communautés se retrouvent à l'identique dans la version DS du jeu, preuve que le gameplay part sur les mêmes bases. Intitulées démunis, cols bleus, alters, cols blancs, bobos et élites, ces six communautés ont des revenus et des aspirations qui varient considérablement. Pour ne rien arranger, elles ont toutes une communauté « opposée » qu'elles ne peuvent pas supporter. Ainsi, un démuni ne pourra vivre à proximité d'un élite et inversement. Il en va de même avec les cols bleus et les bobos ou les alters et les cols blancs.

City Life
City Life
City Life
City Life

En théorie, il est donc difficile d'assurer la mixité sociale de sa ville, une mixité qui est pourtant à la base de la réussite de la cité puisque les différentes structures de services ont besoin de toutes les communautés pour fonctionner correctement. Une pseudo « campagne » est d'ailleurs là pour nous permettre de mieux appréhender les mécanismes du jeu, mais la difficulté n'y est cependant guère élevée et il est difficile de voir en cette succession d'objectifs autre chose qu'un gros didacticiel. Celui-ci sert donc de préalable à la découverte du jeu et permet ensuite de s'attaquer à la quinzaine de défis aux objectifs autrement plus variés. Enfin, les amateurs de « création ex-nihilo » trouveront leur bonheur avec le mode bac à sable qui permet, sur quinze cartes prédéfinies, de démarrer une cité à partir de rien et de la faire croître « à sa façon ».

City Life
Enfin trouveront leur bonheur est peut-être un peu fort car City Life DS est entaché des mêmes problèmes que la version PC. Il faut tout d'abord reconnaître que les mécanismes dont nous parlions précédemment paraissent un peu superficiels. En réalité, la mixité sociale n'est vraiment importante qu'en début de partie et ensuite les choses avancent « presque toutes seules ». Nous touchons alors au second problème du jeu, le manque de défis à relever : il est effectivement assez facile de faire progresser une ville et l'essentiel des contraintes budgétaires inhérentes à ce type de jeux ayant ici été supprimées, le joueur ne rencontre guère de problème dans sa progression. Du coup, nous en arrivons au troisième problème : le fait que l'ensemble devient vite répétitif. Sans véritables défis, le joueur a rapidement l'impression de tourner en rond et risque donc de se lasser assez vite.

Ces trois défauts sont bien réels, mais ils toucheront davantage le mordu de city builder, celui qui a déjà fait tous les SimCity, que le joueur lambda. Du coup, la gêne est à relativiser, mais City Life DS s'adresse moins aux habitués de la gestion qu'aux néophytes ou aux joueurs occasionnels. Ces derniers seront d'ailleurs sans doute heureux de découvrir un genre encore peu abordé sur DS et seront ravis par l'interface qui utilise avec bonheur le stylet de la DS. On regrettera vivement que la réalisation ne soit pas un peu plus colorée et que la bande-son soit à ce point minimaliste (quelques bruitages et des musiques durant les rapports), mais l'aspect technique reste très correct. Seul regret qui sera vraiment gênant pour tout le monde : l'absence d'un éditeur de cartes ou d'un générateur aléatoire afin de démultiplier le nombre de parties possibles.

City Life
City Life
City Life
City Life


Conclusion


S'il dispose d'indiscutables qualités, City Life n'est pas le jeu qui détrônera Anno 1701 de sa couronne sur Nintendo DS. Le jeu de Monte Cristo / Wizardbox n'est pas mauvais, mais comme SimCity en son temps, il ne parvient pas éviter quelques problèmes majeurs. L'aspect communautaire est bien rendu, mais les habitués déchanteront rapidement car son influence est finalement assez minime. De la même manière, le manque général de défi risque de décevoir ces habitués alors qu'il sera parfait pour des néophytes ou des joueurs occasionnels. Ces derniers loueront l'interface au stylet et apprécieront sans doute ce titre de gestion rafraîchissant au rythme pas trop stressant. Comme nous le disions lors du test de la version PC, City Life souffre de défauts qui risquent de le conduire à une retraite prématurée chez les joueurs exigeants, mais il reste une sympathique variation sur le thème de SimCity... À découvrir.



Ce jeu vous intéresse ? Retrouvez-le dans le
gif : petite Flèche orange
Comparer les prix de City Life sur Nintendo DS

City Life
City Life
City Life
City Life
City Life
City Life
City Life
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )
flechePublicité

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Sacred 3

Sacred 3

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3
flechePublicité

>Les meilleures offres jeux vidéo

flechePublicité