flechePublicité

Test Chivalry : Medieval Warfare (PC) : 8/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 16 Octobre 2012 , PC

Les +

  • Des barres de fun
  • Gore ce qu'il faut
  • Gameplay profond mais accessible
  • Les missions à objectifs
  • Bruitages punchys

Les -

  • Quelques soucis de finition (netcode, collisions, équilibre)
  • Contenu limite (DLC gratuits à venir)
  • Forcément un peu bordélique
La note de jeuxvideo.fr
8.0
incontournable
La note des internautes
9.1

(128 votes)
Publiée le 22/10/2012 à 18:10, par Maxence

Test de Chivalry : Medieval Warfare : quand Battlefield rencontre les visiteurs

Après le TPS sérieux War of the Roses, voici le FPS délire Chivalry Medieval Warfare, un jeu où l'on se fend la gueule.

Suite d’un mod gratuit d’Half Life 2 aussi mal fagoté qu’incroyablement fun, Chivalry : Medieval Warfare franchit un cap supplémentaire pour son développeur Torn Banner Studios : campagne Kickstarter réussie, serveurs regroupant jusqu’à 64 joueurs et réalisation actuelle avec l'Unreal Engine 3 font de ce projet un « vrai jeu » multijoueur sur PC. Si ce FPS médiéval joue toujours la carte du plaisir immédiat, il n’en oublie pas pour autant d’y ajouter une vraie ambiance et un gameplay profond pour un résultat plus que rafraichissant dans le monde du first person shooters multijoueur.

KILL EM ALL !Retour au sommaire
Chivalry : Medieval Warfare
Contrairement aux aspirations militaires de la plupart des jeux du genre, Chivalry se veut avant tout un titre centré sur le corps à corps. Une attaque normale, une fente qui touche loin mais fait moins mal et une attaque verticale dévastatrice quoique très lente, voilà les trois mamelles d'un gameplay qui ne manque pas de coffre. Certains personnages sont dotés d'une esquive quand d'autres utiliseront la parade simple ou le bouclier, qu'il est possible de renverser par une bourrade. En attaque comme en défense, les solutions pour mettre à mal l'adversaire sont nombreuses et dépendent avant tout du personnage que vous incarnez et de celui qui se trouve en face.

Chivalry : Medieval Warfare
Chivalry propose quatre classes de personnages : l'archer, le chevalier, l'avant-garde et l'homme d'arme. Le premier peut s'équiper d'un arc, d'une arbalète ou d'une lance, pour du combat à distance. Le second est moins mobile mais beaucoup mieux protégé et surtout bien plus puissant, puisque son épée à deux mains ou sa hache peuvent trancher une tête en un coup. L'avant-garde et sa lance (ou sa longue épée) est bien pratique pour maintenir l'autre à distance tandis que le man of arm est très mobile (le dash, c'est lui) et porte des coups rapides qui ont tôt fait d'annuler les offensives des guerriers plus puissants.

Gameplay #1 : du skill en arène



Autant dire qu'à 32 sur une carte, c'est la grosse foire d'empoigne. Heureusement, un système d'endurance empêche les plus foufous de mouliner les coups ad vitam, forçant les différents types de personnages à limiter un minimum leurs offensives. Chivalry : Medieval Warfare n'en reste pas moins un jeu d'action pur et dur, où les têtes volent et le sang gicle. Ajoutons à cela la possibilité de pousser des hurlements pour invectiver les adversaires comme haranguer ses coéquipiers, et vous aurez une bonne idée des grosses marrades que promet le jeu avec quelques potes, et ce quel que soit le mode de jeu.

Medieval BattlefieldRetour au sommaire
Chivalry : Medieval Warfare
Outre le FFA classique, bien bourrin et défoulant, Médiéval Warfare propose quelques réjouissances qui tireront parties des quelques cartes disponibles en attendant les DLC gratuits déjà promis. Si les arènes ne se prêtent qu'aux joutes bêtes et méchantes, les autres environnements peuvent servir de cadre à différentes missions « scénarisées » où assaillants et défenseurs se tirent la bourre. Prendre d'assaut les différents châteaux forts se fait toujours en trois étapes : pousser un chariot sur un rail façon TF2, brûler un village et en tuer les habitants apeurés ou détruire les trébuchets qui ruinent le siège sont quelques-uns des objectifs à accomplir. Le champ de bataille évolue dès qu'un palier est franchi, à la Battlefield.

Chivalry : Medieval Warfare
Les défenseurs bénéficient souvent d'instruments supplémentaires, comme une catapulte, de l'huile bouillante à déverser ou encore une arbalète géante qui one shot tout ce qui passe. Cela ajoute à l'immersion mais semble contribuer au léger déséquilibre du jeu, qui nécessite bien plus de teamplay en attaque qu'en défense. De bons archers et une ligne de knights pas trop mauvaise suffisent bien souvent à assurer la victoire des défenseurs, là où il faut créer des diversions et avancer groupés en attaque : pas évident quand on joue avec quinze randoms du net. Peu importe au final, puisque le tout reste suffisamment fun pour que l'on squatte ce mode, largement le plus intéressant. A noter la présence de modes drapeaux et king of the hill, qui ne font néanmoins pas recette niveau serveur pour le moment. Autre déception : l'unique serveur 64 slots ne propose que du FFA basique. On espère que la situation évoluera avec le temps.

Gameplay #2 : cartes à objectifs



On s'attend d'ailleurs à un certain suivi de la part des développeurs. Outre ce petit souci d'équilibre, pas mal de bugs demeurent. Les trophées sont absents, les traductions aléatoires, le netcode loin d'être nickel et certaines collisions sont étranges : un gros patch pourrait rapidement corriger tout ça, même si le jeu reste largement praticable à l'heure actuelle. Bien plus regardable que son ainé - Chivalry a laissé tomber le moteur Source pour l'Unreal Engine - le titre de Torn Banner Studios offre de jolis environnements en plus d'une modélisation tout à fait correcte des différents personnages.

Chivalry : Medieval Warfare
Quelques animations paraissent un peu datées et on a évidemment déjà vu plus fin, mais l'ensemble reste très fluide même sur une configuration moyenne comme la nôtre (i5@2,67 Ghz, 4 Go de RAM et Radeon 5770) là où notre Core i7@3,4 GHz, équipé d’une GeForce GTX 560 Ti et de 8 Go de Ram en garde sous la pédale. Les divers effets graphiques ne sont pas forcément impressionnants mais l'immersion reste totale grâce au travail réalisé sur le son. Les bruitages sont percutants, comme cet ex-archer qui s'étouffe avec son sang ou ce chevalier qui hurle parce qu'il lui manque un bras, tandis que les musiques sont parfaitement dans le ton.

Chivalry : Medieval Warfare est une ode à la violence brute et sale où chaque frag résonne comme un hurlement barbare et chaque blessure apparait comme un début d'épitaphe. Sans avoir eu besoin de sacrifier son gameplay sur l'autel de l'accessibilité, le titre de Torn Banner Studios se veut aussi profond que facile à prendre en main, aussi drôle que gore mais surtout incroyablement fun. Passées les premières heures de dérouillées légales (tuto obligatoire), on se prend irrémédiablement au jeu dont les parties - marque de fabrique des grands du genre - défilent à vitesse grand V. Chivalry : Medieval Warfare apparait donc comme le FPS le plus original et défoulant de ces dernières années : il serait bien triste de passer à côté.

Vendu 23,99 € sur Steam, Chivalry : Medieval Warfare est moins cher (19,5 €) sur son site officiel (code Steam) ou sur Gamersgate.

Chivalry : Medieval Warfare
Chivalry : Medieval Warfare
Chivalry : Medieval Warfare
Chivalry : Medieval Warfare
Chivalry : Medieval Warfare
Chivalry : Medieval Warfare
Chivalry : Medieval Warfare
Chivalry : Medieval Warfare
Chivalry : Medieval Warfare
Chivalry : Medieval Warfare
Chivalry : Medieval Warfare
Chivalry : Medieval Warfare
Chivalry : Medieval Warfare
Chivalry : Medieval Warfare
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 9.1
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Très bon
bien, trs bien Pas cher, pas moche, pas prise de tête mais il faut quand même bien s'entrainer avant de couper des têtes a tour de role, ça faisait un bail que j'avais pas jouer a un jeu aussi joussif ! Fou rire garantis en ligne entre pote au micro c'est juste EPIC !
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Très bon
bien, trs bien Pas cher, pas moche, pas prise de tête mais il faut quand même bien s'entrainer avant de couper des têtes a tour de role, ça faisait un bail que j'avais pas jouer a un jeu aussi joussif ! Fou rire garantis en ligne entre pote au micro c'est juste EPIC !
flechePublicité

LES OFFRES

Playlist Chivalry : Medieval Warfare

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité