flechePublicité

Test Castlevania : Portrait Of Ruin (Nintendo DS) : 7/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 08 Mars 2007 , Nintendo DS

Les +

  • Graphismes et animations
  • Musiques et bruitages
  • Soucis poussé du détail
  • Durée de vie
  • Humour et parodie
  • Un Castlevania dans les règles de l'art

Les -

  • Pas de changement visuel des personnages
  • Le second personnage souvent anecdotique
  • Des problèmes de traduction
  • Des combos hasardeux
  • Quêtes peu expliquées
  • Intelligence artificielle limitée du second personnage
La note de jeuxvideo.fr
7.0
bon
La note des internautes
8.3

(15 votes)
Publiée le 14/03/2007 à 22:03, par Jean-Marc

Test de Castlevania : Portrait Of Ruin

Castlevania : Portrait Of Ruin
La légendaire série des Castlevania est de retour pour un nouvel épisode sur Nintendo DS. Après Dawn Of Sorrow, la suite directe d'Aria Of Sorrow sortie sur Gameboy Advance, voici venir Portrait Of Ruin. À nouvelle aventure, nouveau héros et même héroïne, car cet opus va nous mettre aux commandes du duo formé par Jonathan [logiciel:101424 Morris] et Charlotte Aulin. Les amateurs de chronologie historique vont s'en donner à coeur joie pour replacer ces personnages de la grande lignée des chasseurs de vampires, car nous voici maintenant transportés en 1944.

Entretien avec un vampire


Castlevania sur DS c'est le respect de la tradition de l'action/RPG/Plateformes instaurée depuis Rondo Of Blood (jamais sorti en Europe, mais annoncé sur Playstation Portable prochainement) et qui a conquis ses lettres de noblesse avec Symphony Of The Night sur PSOne. Pas de tout en 3D ici, le héros explore le Château du Comte [logiciel:142426 Dracula], gagne en expérience en vainquant les créatures qui infestent les innombrables salles, améliore ses équipements, ses connaissances, ses techniques et ses caractéristiques au fil des changements de niveaux.

Le cadre de cet épisode nous plonge un peu avant la fin de la Seconde Guerre Mondiale. Brauner, un artiste peintre a perdu ses filles à la guerre et est devenu vampire pour éliminer la race humaine responsable de toutes ces destructions. Il instille sa magie dans ses oeuvres et protège les jumelles vampires Stella et Loretta. Pour agir, il a fait réapparaître le Château de Dracula. C'est là que Jonathan et Charlotte interviennent, fidèles à la tradition de leur famille, ils veulent empêcher le retour du Prince des Ténèbres et mettre fin à la menace de Brauner. Malheureusement, Jonathan est l'héritier du légendaire fouet le Tueur de Vampires, mais dans l'incapacité de tirer profit de ces pouvoirs, n'étant pas de la lignée des Belmont. Aidé de Charlotte, il va tout mettre en oeuvre pour arriver à maîtriser cette arme formidable.

Le bal des vampires


Pour les vingt ans de la série, Konami nous joue la carte du duo et il s'agit là de la première nouveauté de cet épisode. Il est en effet possible de jouer avec chacun des deux héros séparément, conjointement ou en soutien l'un de l'autre. Jonathan est fougueux, limite insouciant et se croit invincible. Il maîtrise les armes et supporte les meilleures protections. Charlotte c'est l'intelligence et les études, elle se plonge dans ses grimoires pour lancer les sorts les plus offensifs ou défensifs, de soins et de transformations. L'originalité vient de la possibilité de jouer les deux personnages en même temps. Celui contrôlé par la console a malheureusement une intelligence artificielle assez limitée et subit régulièrement les attaques adverses. Heureusement, il ne fait pas perdre d'énergie, mais des points de magie. Du coup, on a tendance à ne se déplacer qu'avec l'un des deux et à n'utiliser les capacités de son collègue qu'en soutien, sachant que dans ce cas l'efficacité de l'attaque ou du sort est réduite de moitié. La coopération des deux protagonistes est obligatoire pour certains passages, mais ces derniers sont presque anecdotiques. Enfin, certains sortilèges dits "Coup Double" consomment énormément de magie, mais nos deux héros lancent un sort dévastateur des plus impressionnants. Au final, on se retrouve avec une bonne initiative pas vraiment pratique et sous-exploitée qui fait que l'on explore le château et ses peintures avec un seul des deux aventuriers selon ses goûts.

Castlevania : Portrait Of Ruin
Castlevania : Portrait Of Ruin
Castlevania : Portrait Of Ruin
Castlevania : Portrait Of Ruin


Les peintures justement sont la deuxième idée intéressante de ce Castlevania. Le château est bien plus petit que lors des précédentes versions. Par contre, chacune des oeuvres de Brauner est source d'un nouvel univers qui permet de changer des sempiternelles salles remplies de monstres et de nous proposer de nouveaux environnements inédits à la série (pyramides, villages, forêt maudite, villes en ruines au rendu renversé). Certaines architectures sont tout simplement déroutantes et changent un peu les habitudes des passionnés de la série. La qualité graphique est cependant inégale selon les lieux visités et alors que certains sont splendides, d'autres font pâle figure. Au total ce sont huit tableaux qui sont à explorer auxquels viennent s'ajouter le château et un tableau optionnel à débloquer.

Rapidement nos héros vont faire la connaissance de Wind et de Vincent. Vincent leur proposera de vendre et d'acheter toutes sortes de produits allant de l'équipement aux armes de soutien en passant par toutes sortes de potions. Les armes de soutien peuvent aussi se récupérer sur les adversaires vaincus. Plus l'on s'en sert et plus la maîtrise que l'on en a augmente. Une fois passé Maître, leur puissance est grandement accrue. Leur utilisation consomme des points de magie. Wind quant à lui, nous propose d'accomplir un certain nombre de quêtes, et nous voilà en face de la troisième nouveauté de ce Portrait Of Ruin. Terminées l'exploration et l'extermination en règle et sans but de tout ce qui rôde dans les lieux, nous avons enfin des objectifs à suivre comme retrouver des cartes à jouer, des pages de livre, des gâteaux, vaincre un type particulier de créature, obtenir telle valeur dans une de nos caractéristiques, tuer un certain nombre de monstres, réaliser des combos (assez difficiles) avec la croix directionnelle, s'équiper d'une certaine façon, j'en passe et des meilleures. Une très bonne idée, mais peu explicitée. En effet, très peu de précisions sont données et c'est un peu au petit bonheur la chance que certaines quêtes sont accomplies. Notamment quand il s'agit de récupérer des objets sur des créatures sachant qu'elles peuvent en lâcher jusqu'à deux avec plus ou moins de rareté (en fonction de la caractéristique Chance du joueur) et qu'aucune indication n'est faite. Alors, on se retrouve à devoir taper un nombre incalculable de fois chaque adversaire afin de voir ce qu'il détient. Laborieux ! En récompense, on obtient de nouvelles techniques, de nouveaux sorts, de nouvelles armes, on augmente son énergie et sa magie... Une bonne nouveauté pas encore exploitée à son meilleur potentiel.

Vampire... Vous avez dit vampire ?


Castlevania : Portrait Of Ruin
Les fidèles de la série ne seront pas vraiment surpris par le contenu de cet opus en terme de bestiaire et de mécanismes. Nous retrouvons tous les monstres que nous connaissons depuis Symphony Of The Night. Certains se comportent classiquement et d'autres ont de nouvelles techniques d'attaque. Quelques nouvelles créatures viennent tout de même nous surprendre de temps en temps. En ce qui concerne les pièges des lieux, rien de bien nouveau à signaler, les mécanismes sont connus et rôdés depuis des années. À noter l'utilisation facultative du stylet et pas du tout nécessaire. Un abandon judicieux après la déception de cette utilisation dans le précédent épisode.

La réalisation est plus qu'honorable avec de splendides environnements très travaillés avec un souci du détail très poussé même si, comme nous l'avons dit, la qualité est variable d'une zone à une autre. L'utilisation de la 3D pour les fonds ajoute à la profondeur de certaines salles et de certains extérieurs. Les musiques sont toujours d'aussi bonne qualité avec des thèmes très agréables et mettant bien dans l'ambiance. On est d'ailleurs souvent content de revenir dans certaines zones pour lesquelles on apprécie particulièrement la musique. Les bruitages sont très variés et de nombreuses voix viennent illustrer certaines attaques que ce soit celles des boss, de certaines créatures ou des techniques les plus puissantes de nos héros.

Malheureusement, le souci du détail ne va pas jusqu'à modifier l'aspect de nos héros au fur et à mesure de leurs changements d'équipement à part leurs armes. Avec tout ce que l'on ramasse, cela aurait été un plus indéniable. Les diverses animations des personnages, créatures, boss et mécanismes sont toujours très fines. Chaque lieu possède son ambiance et ses animations détaillées très immersives (la pluie, les vagues de chaleur...).

On retrouve les nombreux points de sauvegarde (même s'ils sont bien moins fréquents que dans les épisodes précédents) et les téléporteurs pour se déplacer rapidement dans les divers lieux. Également, le château et les tableaux regorgent de salles secrètes et de bonus cachés. Le titre livrant ses derniers secrets un peu avant la fin et après l'avoir terminé une fois. De nombreux indices sur ce qui est à faire sont donnés lors des discussions, ces dernières souffrant cependant d'une traduction en demi-teinte. Un mode coopération est présent afin d'affronter les boss à deux ou de se vendre des objets. Une bonne dose d'humour est présente et le titre en profite souvent pour s'auto-parodier (les soubrettes passant l'aspirateur en forme de crâne). La vidéo commentée qui suit va revenir sur ces nombreux points.

VideoTest de Castlevania : Portrait Of Ruin

Visionner le VidéoTest de Castlevania : Portrait Of Ruin


Conclusion


Konami nous fait un Castlevania dans les règles de l'art, mais ne renouvelle pas vraiment la série malgré les idées sympathiques proposées. Mais que demande-t-on à un Castlevania ? D'être un Castlevania et une nouvelle fois, Konami y arrive très bien. Les amateurs seront en terrain connu, les autres tiennent là un bon titre pour découvrir la série même si le niveau de difficulté est plus élevé que celui de l'épisode précédent. Quelques bonnes surprises et idées agrémentent quand même cette nouvelle aventure au contenu très riche qui vous retiendra de nombreuses heures, de douze à vingt voir même plus pour l'exploiter à son plein potentiel.



Ce jeu vous intéresse ? Retrouvez-le dans le
gif : petite Flèche orange
Comparer les prix de Castlevania : Portrait Of Ruin sur DS

Castlevania : Portrait Of Ruin
Castlevania : Portrait Of Ruin
Castlevania : Portrait Of Ruin
Castlevania : Portrait Of Ruin
Castlevania : Portrait Of Ruin
Castlevania : Portrait Of Ruin
Castlevania : Portrait Of Ruin
Castlevania : Portrait Of Ruin
Castlevania : Portrait Of Ruin
Castlevania : Portrait Of Ruin
Castlevania : Portrait Of Ruin
Castlevania : Portrait Of Ruin
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 8.3
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Krazplay
Très bon
Une chose à dire, vivement la sortie dans un langage plus facilement compréhensible. Ce jeu est une nouvelle bombe pour la DS, il est plus riche et plus long que son prédécesseur, ça veut déjà tout dire ! Certes, il semblerait que le mode wireless/wifi se cantonne à du Boss Rush Mode (et à de l'achat d'objets à d'autres joueurs), mais bon, l'aventure solo est plus lo suite ...
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Shenhua
Très bon
un nouvelle episode d'une saga inessouflable. un titre nerveu, riche, profond, et qui fait place a pas mal de bonne idée. un seul regret, un peu cour je trouve, a moin que le jeu est tellement prenant qu'on aurait aimer qu'il ne se termine jamais? ^^ une belle reussite quoiqu'il en soit.
flechePublicité

LES OFFRES

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité
nc="async";s.type="text/javascript";s.src='http://tcr.tynt.com/ti.js';var h=document.getElementsByTagName('script')[0];h.parentNode.insertBefore(s,h);})(); } -->