flechePublicité

Test Castlevania : Lords Of Shadow 2 (Xbox 360, PS3) : 7/10 sur JeuxVideo.fr

Sortie le 25 Février 2014 sur Xbox 360, PS3, PC

Les +

  • Pas mal de jolis décors…
  • Combats dynamiques
  • Excellente bande son
  • La caméra libre
  • Pleins de boss

Les -

  • … et d’autres vraiment ratés
  • Des choix artistiques discutables
  • Infiltration ratée
  • Pas mal d’aliasing
La note de jeuxvideo.fr
7.0
bon
La note des internautes
7.8

(66 votes)
Donner votre avis
Publiée le 25/02/2014 à 10:02, par Maxence

Partager ce test

Vidéo-Test de Castlevania : Lords of Shadow 2

Pour son retour sur PC, PS3 et Xbox 360, Dracula change d'époque... mais pas de style.

Si Castlevania ne soulève plus, ces dernières années, l'enthousiasme d'antan, force est de reconnaître que les Espagnols de Mercury Steam ont décapé la licence avec Lords of Shadow. Ce pot-pourri créatif avait illuminé (mon) l'année 2010, et c'est donc avec grande impatience - mais aussi, avouons-le, grande crainte - que beaucoup attendaient sa suite, que le studio ibère a quand même mis plus de trois ans à accoucher. La génération PS3/360 aurait pu trouver pire crépuscule que ce Castlevania : Lords of Shadow 2.

Le Vidéo-Test



Du rififi chez les BelmontRetour au sommaire
Castlevania : Lords Of Shadow 2
Gabriel Belmont a terrassé le diable pour devenir Dracula, immortel parmi les mortels. Et 1000 ans après Lords of Shadow, le conte s'emmerde pas mal, à vrai dire. Alors évidemment, quand un vieux beau à la Sean Connery lui propose de raccourcir l'éternité, le prince des ténèbres consent à reprendre une activité sportive descente pour mettre une nouvelle raclée à Satan. Perte de pouvoir, complot familial et moult roublardises émailleront un script un tantinet obscur, quoiqu'assez limpide dans sa conclusion kaysersauzeque.

Castlevania : Lords Of Shadow 2
Des méchants qui déploient un virus dans toute la ville, transformant les habitants en mutants débiles tout droit sortis d'un mauvais jeu Capcom. Une société secrète qui fomente un retour du malin, et Gabriel qui rêve régulièrement de son fils Trevor, qu’il a pourtant lui-même tué longtemps auparavant. Les couches dramatiques s’empilent sans que l’on n’y prête vraiment attention. Le paradigme Lords of Shadow 2 est assez insaisissable, quelle que soit la composante que l'on observe à la loupe.

Sans doute vacciné contre la fantasy somme toute classique proposée dans le premier LoS, Mercury Steam a drastiquement changé d'orientation avec sa suite. Exit l'univers verdoyant et naturel, place aux ruelles humides et sombres, aux constructions industrielles qui inondent de leur modernité crasse la base gothique de la demeure du comte, sur laquelle la cité a jugé bon de faire pousser ses imposantes artères. L'esthétique de LoS 2 repose donc entièrement sur cette dualité, un univers anti-steampunk qui ne recèle pas que de bonnes idées.

Marche à l'ombreRetour au sommaire
Castlevania : Lords Of Shadow 2
Ce nouveau souffle artistique permet d'éviter toute redite, surtout que le développeur abandonne la structure découpée et cloisonnée pour une approche plus aérée de l’aire de jeu. Toutes les zones arpentées communiquent entre elles, formant un ensemble uni quitte à laisser de côté la parfaite cohérence pour assurer la variété. Comme le laissaient entendre nos précédentes entrevues avec le jeu, la partie « futuriste » est loin d’être la plus réussie, les environnements urbains assez quelconques n’ayant pas la même puissance évocatrice que les décors plus typiques de l’imaginaire Castlevania.

Castlevania : Lords Of Shadow 2
Ce qui fonctionne à plein, néanmoins, est l’enchevêtrement des bâtiments antiques avec ces câbles et tuyaux symptomatiques d’un progrès qui échappe au contrôle de l’Homme, qui ne sait plus vraiment ou et quoi construire. Le paradoxe visuel est efficace, Gabriel naviguant sans transition entre les constructions gothiques et les bâtisses récentes impersonnelles. Le melting-pot se veut moins efficace niveau bestiaire, les différents types d’infectés comme les robots tout droit sortis des entrepôts de la Shinra n’ayant pas le cachet ni l’originalité des opposants d’antan.

Les nombreux boss et sous-boss auront le mérite d’apporter un peu de personnalité lors d’affrontements rythmés et dynamiques directement tirés du premier volet. Basé sur l’esquive et le contre, le système de combat est simplement retouché dans LoS 2. On a toujours deux barres de magie, correspondant ici à deux armes : l’une permet de regagner de la santé à chaque coup porté, l’autre d’affaiblir les défenses ennemies (boucliers, protections métalliques) jusqu’à les détruire complètement, et laisser l’ennemi à notre merci. L’arbre de compétences, à débloquer au fil de l’eau, est plutôt costaud et assure un bon renouvellement du stock de possibilités offensives, même si on navigue clairement en terrain connu.

Une question de point de vueRetour au sommaire
Castlevania : Lords Of Shadow 2
Le plus gros changement de gameplay, c’est finalement la modification du système de caméra. Fixe dans le premier Lords of Shadow, elle peut désormais être contrôlée au stick droit comme dans la plupart des beat’em all. C’est ce qui a poussé Mercury Steam à revoir sa progression et son level-design, autrefois entièrement basés sur l’orientation de la prise de vue. Avec le joueur en guise de réalisateur, la route à suivre est nécessairement moins évidente et si le studio multiplie les coups de pouce – comme ces chauves-souris qui indiquent où l’on peut grimper – il arrive régulièrement que l’on soit un peu perdu dans ces vastes panoramas, que l’on peut désormais admirer à loisir.

La partie exploration/plateforme n’en pâtit pas spécialement, notamment grâce à sa très grande accessibilité. C’est toujours un régal d’arpenter les reliefs artificiels permis par une construction des niveaux appliquée, forcément plus logique dans un environnement unique que l’on peut parcourir à l'envie. C’est déjà moins l’éclate lors des séquences d’infiltration, une autre des nouveautés de ce LoS 2. Que l’on se transforme en rat ou que l’on détourne l’attention des ennemis, ces passages ne sont ni amusants ni inventifs et semblent plus venir remplir un cahier des charges que témoigner d’une intuition créative débordante d’ambition.

Castlevania : Lords Of Shadow 2
Castlevania : Lords Of Shadow 2
Castlevania : Lords Of Shadow 2
Le mélange des genres artistiques est pour le moins surprenant

Globalement moins linéaire que son prédécesseur, ce Castlevania a cela dit plus canalisé ses idées : on compte moins de séquences épiques et mémorables qu’il y a quatre ans, mais le jeu parait à contrario plus cohérent et homogène. Le principal, c’est qu’on ne voit pas passer les près de quatorze heures de jeu nécessaires pour boucler le scénario, auxquelles on en ajoutera aisément quelques-unes pour boucler le tout à 100%, plus toute une vie pour terminer d’impossibles défis.

Un mot sur la réalisation, qui fait honneur à nos « vieilles » machines sans pour autant éviter leurs écueils réguliers, comme l’aliasing prononcé par exemple. Les effets de lumière sont magnifiques, tout comme la propension de Mercury Steam à faire bouger les différents éléments du décor en pleine action. Une manière habile de remplacer les mouvements de caméra entièrement contrôlés du premier volet sans pour autant perdre la dynamique du mouvement. Le tout est soutenu par une bande-son symphonique énergétique et réussie, mais aussi de doublages anglais de qualité : le studio espagnol maîtrise cet outil-là, et on a forcément hâte de voir ce qu’il sera capable de faire sur des hardwares un peu plus actuels.

Démo jouable de la version PC (gameplay)



Entre continuité et contre-pied, Castlevania : Lords of Shadow 2 ne semble pouvoir choisir. Mercury Steam a fort justement conservé le système de combat dynamique et nerveux du premier opus, assorti d’une caméra enfin libre comme d’un espace de jeu unique suffisamment vaste et aéré. D’un autre côté, l’ajout de séquences d’infiltration inutiles voire frustrantes et le mélange artistique futuristico-gothique des plus bancal gâchent un peu le spectacle. Plus homogène et moins foutraque que le premier opus, cette suite en devient nécessairement moins surprenante, enthousiasmante et généreuse. Ce nouveau Castlevania est un bon jeu pour dire au revoir aux consoles d’hier, mais pas forcément le super gros hit que l’on espérait.

Tous les commentaires

  • -GurT-
    24/03/2014 13:41:00

    le jeu est sympa, les combats de boss sont vraiment pas mal. Mais les phases modernes sont complétement ratés, dénature le jeu et n'ont absolument rien à faire la. C'est les choix de la facilité, du level-design du pauvre, des egouts, des batiments, des labos, c'est 0 pointé. Les phases en rat n'apportent rien, ça aussi ça n'a rien à faire la, c'est très discutable. Heureusement qu'il reste les décors de l'ancien temps pour remonter le niveau, car si le jeu ne se passait qu'a l'époque moderne, c'était la catastrophe assuré ( DMC 2). On a aussi la un jeu beaucoup plus facile que le 1er, le 3eme niveaux de diffculté correspond au mode normal du premier. Surpris de voir des artefact pour remonter sa vie au max un peu partout, c'était clairement + coton dans le 1. Clairement en dessous du 1, des choix douteux, mais ça reste un bon jeu, voir un très bon jeu. A faire sur PC, j'imagine même pas le carnage que ça doit être sur x360 et ps3, déjà qu'on a vu largement mieux sur PC.

  • obi69
    07/03/2014 02:31:38

    je viens de le finir, et c'était plutôt sympa, j'ai beaucoup aimé. Le test est très juste je le rejoint à 100%.

  • Dr.SATAN
    04/03/2014 12:49:00

    Faut pas dire que c'est de la merde juste parce-que c'est pas comme le premier ils allaient pas faire la même chose, même si j'ai l'habitude de voir les développeurs qui vont au bout de leurs idées sanctionnés, je n'arrive tout de même pas a la comprendre, l'univers contemporain alternatif ne vous plait pas parfait, moi j'avoue que je préfère aussi le moyen-age mais vous pouvaient toujours refaire le 1er, ils ont mit les c******es sur la table et sont aller au bout de leur trucs et le jeu est super, pas comme le 1er mais super .

  • -GurT-
    28/02/2014 20:11:59

    " "La majorité de l'équipe est consciente que le jeu que nous avons fait est une vraie merde" De mercurySteam, chapeau. L'effet DMC 2 et ses villes bidons vide et époque moderne, beurk.   http://www.gamergen.com/actualites/castlevania-lor...

  • -GurT-
    28/02/2014 17:50:24

    @strider55   Une bouse restera une bouse même en 6K ou en 3000 fps. Le 1 était bon sur tout les supports, mais plus agréable sur PC. Ce 2 est à jouer sur PC, versions old-gen qui souffle à fond la banane, il est temps que ces consoles rendent définitivement l'âme, cest du "poussing" la.

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 7.8
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Moyen
ayant adoré le premier volet, je me suis vite jeté sur le second à sa sortie. Le premier volet étant selon moi un Très grand BTA, , dans le deuxième ce genre de chose ont quasiment disparues. Le jeu en lui même est loin d'être mauvais, les graphismes sont dépassé techniquement , le scénario est pas mal, dans la lignée du premier.Le Gameplay est restait quasiment inchangé ce qui est très bien. La B suite ...
Cet avis vous a-t-il été utile ? oui (1) / non
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
Cet avis vous a-t-il été utile ? oui / non
flechePublicité

Idées cadeaux JV

Partenaires Jeuxvideo.fr

Tests

Trials Frontier

Trials Frontier

Pour tous joueurs | iPad , iPhone

Partenaires Jeuxvideo.fr

flechePublicité

Micromania

>Les meilleures offres jeux vidéo

flechePublicité