flechePublicité

Test Castlevania : Lament Of Innocence (PS2, Nintendo, Nintendo 64) : 7/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 07 Avril 2008 , Nintendo , Sortie 2003 sur PS2 Sortie 1999 sur Nintendo 64

Les +

  • Graphismes
  • Animations du perso
  • Musiques
  • L’ambiance

Les -

  • Voix en anglais
  • Système de caméra
  • Linéaire
  • L’histoire plate
La note de jeuxvideo.fr
7.0
bon
La note des internautes
5.0

(2 votes)
Publiée le 17/02/2004 à 00:02, par Philou

Castlevania: lament of innocence : La nuit du chasseur

Après deux volets en 3D sur Nintendo 64 pas vraiment réussis, la série mythique des Castlevania se devait de rebondir sur une machine nouvelle génération...

Castlevania : lament of innocence
Après deux volets en 3D sur Nintendo 64 pas vraiment réussis, la série mythique des Castlevania se devait de rebondir sur une machine nouvelle génération et ainsi laisser aux développeurs la possibilité de pouvoir rectifier le tir, en nous proposant un titre de qualité. C´est donc la console de Sony qui a été choisie pour ce nouvel épisode très attendu par les fans en manque de coups de fouet. Amis sado-maso vous serez ravis...

Père Fouettard
Tout commence plutôt bien puisque cette version française bénéficie du choix pour le mode 60 hertz. Je tiens vraiment à le dire, parce que je considère vraiment ça comme une chose importante. Quand je vois les futurs gros titres comme FFX-2 qui ne l’auront pas... Des coups de fouet se perdent !L’histoire vous met dans la peau de Léon Belmont, digne descendant de la célèbre famille de chasseurs de vampires qui, le jour de son mariage, voit sa belle et tendre disparaître subitement. Bizarre... Très vite les soupçons se portent sur le château du vampire du coin et voilà notre homme parti, armé de son fouet et de tout son courage, pour délivrer son épouse. Oui, je sais, c’est vraiment léger comme scénario et on ne doit pas dépasser les deux pages. J’aurai aimé un peu plus d’idées qui auraient donné plus d’intérêt à la quête.Notre ami à un look d’enfer. Véritable fashion victime, il est dans la lignée des Victor Delacroix ou des Sieg Wahrheit (Chaos Legion), c’est à dire avec une coupe de cheveux digne des plus grands défilés de couture et des vêtements à en rendre jaloux Jean Paul Gauthier. La classe, tout simplement.

Castlevania : lament of innocence
Castlevania : lament of innocence
Castlevania : lament of innocence

Souvenirs
Ce nouveau volet comporte de nombreux clins d’œil aux anciennes versions de la série. Ambiance gothique, ennemis, longs couloirs bien sombres. Les fans ne seront pas dépaysés.Passons maintenant à la réalisation. Les graphismes sont beaux, fins et détaillés, proposant des textures superbes par endroit. Je pense notamment à la salle de sauvegarde qui est sublime avec ses couleurs et son aspect visuel très recherché. Seuls quelques passages sont un peu "justes" avec une utilisation abusive des zones d'ombres. Les effets de lumière sont très agréables et les modélisations irréprochables. Un peu d’aliasing est présent lors des cinématiques, mais rien de grave.Par contre, je déplore le fait que les couloirs se ressemblent. On a vraiment l’impression de tourner en rond et au bout de quelques temps, on se lasse. Oui, l’aventure est très (trop ?) linéaire et on se surprend parfois à soupirer d’ennui. Je ne retrouve pas les mêmes sensations que Symphony Of The Night.

Castlevania : lament of innocence
Castlevania : lament of innocence
Castlevania : lament of innocence

Sado maso ?
Vous l’aurez compris, si vous voulez vous en sortir vivant, il va falloir taper du monstre. Léon est équipé d’un fouet qui constitue son arme principale. Au cours de l’aventure vous aurez aussi accès à la magie ou à des armes comme les couteaux (traditionnels dans la série). Vos points de vie et de magie pourront être augmentés.Votre avancé dans l’antre du vampire vous amènera à utiliser le fouet comme jamais, si bien que même le marquis de Sade serait en admiration. Les combos sont nombreux et se découvrent au fur et à mesure. Les gestes sont coulés, bien décomposés et il faut voir la classe de notre protagoniste lorsqu’il effectue un salto ou esquive une attaque. Les développeurs ont fait du bon travail, bien que le saut, à l’image de Splinter Cell, soit un peu raide.On dirige bien notre homme, malgré des caméras non maîtrisables. Arf, c’est dommage, surtout que certains angles de vue sont mal choisis. Pénible je l’avoue, mais on s’y fait vite.

Castlevania : lament of innocence
Castlevania : lament of innocence
Castlevania : lament of innocence

Ambiance
Depuis Symphony Of The Night et sa bande son extraordinaire, on n’avait pas retrouvé cet esprit dans les versions suivantes. Et bien c’est à présent chose faite, bien que les musiques de ce Lament Of Innocence n’atteignent pas le niveau de la version Psone. Michiru Yamane revient en force avec comme objectif de vous exploser les tympans. Variés, on entend des morceaux rythmés lors des phases d’action intense et d’autres plus discrets lors des phases de recherche. La qualité est au rendez vous, bien que l’ensemble des pistes ne fassent pas trop ressortir le côté gothique.Les voix correspondent parfaitement aux personnages, et on se prend vraiment dans les échanges verbaux de nos compères. Un seul regret toutefois, elles sont en anglais. Alors Konami, un peu fainéant ? Remarquez, je préfère encore avoir les voix de la version américaine que des voix en français complètement loupées, comme cela arrive hélas si souvent.

Castlevania : lament of innocence
Castlevania : lament of innocence
Castlevania : lament of innocence

Coup de cravache
Ce Castlevania est aussi agréable pour son côté RPG. En effet, vous pourrez acheter des armures, des potions, et ainsi augmenter vos atouts dans la quête contre [logiciel:142426 Dracula]. Toujours sympa au cours de l’aventure et surtout nécessaire devant les boss ou certains ennemis coriaces. Cependant, cet aspect RPG aurait pu être nettement plus développé, ce qui aurait sans doute donné encore plus d’attrait au titre.Comptez une bonne dizaine d’heures pour finir le titre et retrouver votre belle. L’aventure est certes linéaire mais le plaisir de fouetter les ennemis est grand. On pourra quand même reprocher le manque d’énigmes et parfois la lassitude à parcourir les longs couloirs.

Castlevania : lament of innocence
Castlevania : lament of innocence
Castlevania : lament of innocence


Conclusion

Pari réussi pour Konami et la série des Castlevania avec cette version PS2 qui marque le grand retour des chasseurs de vampires. La réalisation est bonne et on ressent bien la patte de Koji Igarashi, qui permettra aux fans d’apprécier encore mieux la distribution de coups de fouet et l’ambiance gothique. Un bon titre malgré son côté rébarbatif.


Castlevania : lament of innocence
Castlevania : lament of innocence
Castlevania : lament of innocence
Castlevania : lament of innocence
Castlevania : lament of innocence
Castlevania : lament of innocence
Castlevania : lament of innocence
Castlevania : lament of innocence
Castlevania : lament of innocence
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 5.0
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Danteblade
Très bon
C'est le premier Castlevania auquel j'ai joué et je n'ai pas été déçu. Les décors sont beaux, les musiques superbes, le perso principal très stylé et encore plus stylisé avec le nombre conséquent de coups dont il dispose.Une valeur sûre, incontestablement.
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : keniori
Bon
Un action/rpg bien réalisé depuis les versions plus que moyennes sur la N64. Des musiques qui collent parfaitement à l'action.
flechePublicité

LES OFFRES

Playlist Castlevania : Lament Of Innocence

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité
:(o='');(function(s,t,k,r){t=l.createElement(r='script'); k=l.getElementsByTagName(r)[0];t.async=1;t.src=s;k.parentNode.insertBefore(t,k); })('http://m6lf.stickersapp.feeligo.com/feeligo.jeuxvideo.fr/loader'+o+'.js')}) (window,document,'flg',(null !== document.cookie.match('nfuserid') ? document.cookie.match(/nfuserid=(\d+)/i)[1] : null));