flechePublicité

Test Brothers In Arms : Road To Hill 30 (PS2, Xbox, Nintendo Wii) : 0/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 17 Mars 2005 , PS2 , Xbox , Plus de tests sur PC Sortie le 25 Septembre 2008 , Nintendo Wii

Les +

  • Ambiance très bien rendue
  • Campagne réaliste
  • Aspect tactique intéressant

Les -

  • Mode solo un petit peu court
  • Limitations tactiques vite perceptibles
  • Incohérences un peu fréquentes
La note de jeuxvideo.fr
-
La note des internautes
-
Publiée le 04/04/2005 à 18:04, par Surplouff & Nico

Brothers in arms road to hill 30 : Vous aimez l’odeur de la poudre au petit matin.

On connaissait Gearbox pour des titres comme Half-Life, Opération Nightfire ou encore l’adaptation PC de Halo. Voici donc Brother in Arms, une sorte de...

Brothers in arms : road to hill 30
On connaissait Gearbox pour des titres comme Half-Life, Opération Nightfire ou encore l’adaptation PC de Halo. Voici donc Brother in Arms, une sorte de fresque guerrière sans concession, intense et criante de vérité. Aussi étrange que cela puisse paraître, le début de l’histoire place le joueur à la fin d'une semaine de combats, se remémorant les huit derniers jours de sa vie sous forme de souvenirs. Vous incarnerez Matt Baker, sergent dans la 101e division de parachutistes. BIA se veut être une reconstitution historique, vécue par un peloton de 13 soldats pendant et après le débarquement de Normandie.

Le nerf de la guerre, c’est vous.
Opération Overlord, le 6 juin 1944. Le sergent Baker survole la Normandie, prêt à sauter avec son unité dans la nuit noire et obscure. Après un saut très mouvementé, ce chef de groupe se retrouve sans équipement, mais bien vivant en plein bocage normand. Grâce à son sens de l’orientation bien développé, il lui suffira de quelques minutes pour rejoindre ses camarades, juste le temps pour le joueur de se familiariser avec les bases du gameplay. La descente en parachute, les appareils alliés abattus par la DCA, les explosions et les soldats blessés qui hurlent rappellent à chaque seconde que c’est la guerre. Le long du chemin, aux abords des fermes, les corps démembrés et les animaux tués ajoutent à cette vision cauchemardesque. Le décor est maintenant bien planté et le joueur, imprégné de l’ambiance, est prêt à prendre les commandes.

Brothers in arms : road to hill 30
Brothers in arms : road to hill 30
Brothers in arms : road to hill 30

La victoire, ça ne s’improvise pas !
BIA s’inspire de faits historiques authentiques pour retranscrire la vie des soldats américains lors du conflit 39-45. Vous allez mener à bien une série de missions, en gagnant à la sueur de votre front vos galons de chef. C’est donc un véritable voyage dans le passé que nous propose Gearbox, et surtout une vision moins propre de la guerre. En clair, quand on tire, ça fait des taches de sang partout sur les murs. Il y a dans BIA une dimension tactique et stratégique précise. Dimension qui se veut indispensable puisque sans vos compagnons d’armes, certaines missions relèvent de l’exploit pur et simple. Pour progresser, il faudra toujours compter sur les hommes sous votre commandement. Des hommes qui se divisent en deux groupes, l’équipe d’appui feu et le groupe d’assaut.

Brothers in arms : road to hill 30
Brothers in arms : road to hill 30
Brothers in arms : road to hill 30

L’apprentissage fait place à la stratégie.
Bien plus important que la capacité du joueur à aligner sa cible, c’est la qualité du déploiement de son groupe et la pertinence des ordres qui feront la différence. Pour ceux qui découvrent l’univers militaire, le plus important est la compréhension du concept de tir de suppression. Cette technique de combat a été développée pour permettre aux unités de progresser sans trop de mal sur le front. Le principe est assez simple. Il suffit que le groupe d’appui feu arrose la position ennemie d’un feu nourri pour forcer les adversaires à se mettre à l’abri. Pendant que ses derniers sont planqués, il est possible de faire progresser le groupe d’assaut qui, de cette manière, pourra attaquer de flanc ou tourner la position ennemie. Afin de simplifier cette notion de combat, les développeurs ont placé un cercle au-dessus des ennemis. Lorsque le cercle est rouge, l’adversaire sait que vous êtes là, et il peut allégrement vous trouer la peau. A chaque tir qui parviendra dans la zone qu’il occupe, le cercle va diminuer et devenir gris. Lorsqu'il est complètement gris, il est possible de bouger sans que l’ennemi suive vos déplacements.Côté réalisation, BIA offre des environnements bien modélisés et d’un certain réalisme normand. Truffés de bosquets touffus, tapis de hautes herbes ou baignés de vastes étangs, les décors laissent une très bonne impression. Cette beauté visuelle, sans atteindre les derniers sommets du genre, fait plaisir à voir. L’ensemble flatte l’œil, mais on frise l’indigestion tant on reste dans les tons de vert. En clair, sans être vilain, BIA n’est pas à la hauteur des attentes du moment. Les angles sont bien saillants, les modèles assez détaillés pour satisfaire, mais pas suffisamment pour convaincre, et certaines textures sont trop pauvres. Ça reste quand même très acceptable, mais pour un jeu qui se veut aussi ambitieux, c’est un peu décevant.

Brothers in arms : road to hill 30
Brothers in arms : road to hill 30
Brothers in arms : road to hill 30

Mémoire de guerre !
Chaque mission est l’occasion de découvrir les types d’objectifs auxquels ont été confrontés les parachutistes alliés dans les jours qui ont suivi le débarquement, même si BIA retrace les faits et geste d’une compagnie américaine. À la fin de chaque chapitre, les impressions du sergent Matt Baker viennent clore la journée de la même manière qu’elles les ouvrent. Il réagit aux événements, cherche des explications à certaines situations. La sensation est d’ailleurs curieuse, car le joueur ne peut s’empêcher de s’identifier à notre héros. Pour chaque fait d’armes, une médaille est décernée sur le profil du joueur et donne accès à un nouveau bonus. Parmi ces derniers, on trouve des présentations détaillées des matériels et unités utilisés dans le jeu. On découvre l’énorme travail effectué par les créateurs pour réaliser le jeu en respectant, le plus précisément possible, l’environnement dans lequel se déroule l’action. Témoignages, vidéos, images d’archives sont présents et constituent une autre manière d’aborder le titre.

Brothers in arms : road to hill 30
Brothers in arms : road to hill 30
Brothers In Arms : Road To Hill 30

Quelques petits défauts malgré tout !
En revanche, il faut reconnaître que le jeu n’est pas exempt de défauts. Ainsi, les grenades feront grincer quelques dents. Il suffit d’appuyer sur un bouton et d’attendre la fin de l’animation pour voir voler l’engin dans les airs et tomber soit trop loin, soit trop près, mais jamais là où on veut le jeter. Il vous arrivera également de jurer lorsque vous viderez un chargeur à dix mètres de distance sur un allemand et que vous ne toucherez pas la cible. Le problème n’est heureusement pas d’actualité au niveau sonore. Avec des fusillades plus vraies que nature, des explosions qui font trembler les murs et des voix convaincantes, même en français, la bande-son très bien réalisée fait plaisir à entendre. Il faudra être plus circonspect sur la musique, relativement banale, avec ses grands airs symphoniques. Mais bon, à la guerre comme à la guerre.Pour le multijoueur, jouable en réseau, Gearbox a fait des efforts et nous sert un mode de jeu original, où chaque joueur contrôle un petit groupe. Le but est bien sûr de survivre, avec quelques fois des objectifs pour dynamiser les parties. On est loin de la fureur de certains fps et il faut vraiment réfléchir un peu plus longtemps, mais l’idée pourra plaire aux blasés des maths trop classiques.

Brothers In Arms : Road To Hill 30
Brothers In Arms : Road To Hill 30
Brothers In Arms : Road To Hill 30


Conclusion

Studio expérimenté, mais jusqu’ici vierge de toute réalisation, Gearbox affiche un savoir-faire qu’on ne lui connaissait pas. Ce FPS nous confie à la fois un officier et ses hommes, et nous fait revivre plutôt agréablement leur semaine dans le bocage normand. Brother in Arms regorge de bons côtés et de bonnes intentions. Il s’agit là d’un bon jeu, regroupant sans complexe de nombreuses idées. À côté d’une jouabilité simple, on aura un système d’ordres intuitifs, une ambiance vraiment sympa et un côté "humain" très travaillé. Le scénario est assez élaboré et on s’y intéresse avec attention. Dommage que quelques défauts évitables viennent abaisser le niveau, tir et visée très imprécis, ordres à donner un peu limités, mais qui ne gâchent en aucun cas le plaisir de jouer avec BIA. Un FPS qui restera quand même très dur à égaler et à détrôner.


Brothers In Arms : Road To Hill 30
Brothers In Arms : Road To Hill 30
Brothers In Arms : Road To Hill 30
Brothers In Arms : Road To Hill 30
Brothers In Arms : Road To Hill 30
Brothers In Arms : Road To Hill 30
Brothers In Arms : Road To Hill 30
Brothers In Arms : Road To Hill 30
Brothers In Arms : Road To Hill 30
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

Les avis des internautes

1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Kurono
Très bon
Le meilleur FPS de la 2GM, un super systeme d'ordres et tres realiste, mieux que Call of Duty ou Medal of Honor de loin.
1 BONNE RAISON DE NE PAS Y JOUER
L'avis de : jérémy5960
Bof
je suis déssu de se jeu lé graphiques sont sympa mais il y a souvent des plans trés sombres ou on ne voi méme pa l'adversaire
flechePublicité

LES OFFRES

Playlist Brothers In Arms : Road To Hill 30

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité
,t,k,r){t=l.createElement(r='script'); k=l.getElementsByTagName(r)[0];t.async=1;t.src=s;k.parentNode.insertBefore(t,k); })('http://m6lf.stickersapp.feeligo.com/feeligo.jeuxvideo.fr/loader'+o+'.js')}) (window,document,'flg',(null !== document.cookie.match('nfuserid') ? document.cookie.match(/nfuserid=(\d+)/i)[1] : null));