flechePublicité

Test Blackguards (PC, Mac) : 6/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 24 Janvier 2014 , PC , Plus de tests sur Mac

Les +

  • Une aventure très progressive
  • Combats de + en + intéressants
  • Durée de vie importante
  • Plus de 150 cartes de bataille

Les -

  • Mise en place bien trop longue
  • Parfois très répétitif
  • Trop peu d'équipement / de loot
  • Linéaire à l’écœurement
La note de jeuxvideo.fr
6.0
bon
La note des internautes
7.8

(10 votes)
Publiée le 31/01/2014 à 10:01, par Nerces

Test de Blackguards : le mariage du RPG et du point & click ?

Blackguards est un jeu de rôle tactique qui mise beaucoup sur la richesse de ses combats et de son scénario pour compenser une linéarité un rien excessive.

Soucieux de se diversifier, les Allemands de Daedelic ont décidé de troquer leurs habituels point & click pour une aventure davantage tournée vers le jeu de rôle tactique. Si l'univers de l'Œil Noir sert toujours de cadre au scénario, ce Blackguards n'a plus grand-chose à voir avec la franchise Satinav qui nous avait déjà permis de goûter à cette adaptation du célèbre jeu de rôle pen & paper né dans les années 80. Blackguards privilégie le combat à la résolution de puzzles, mais semble devoir conduire le joueur sur un chemin à peu près aussi linéaire. Déception ?

« Didn't do it. Lawyer fucked me »Retour au sommaire
Blackguards
Au commencement de Blackguards se trouve le meurtre de la princesse Eleanor. Tuée par un imposant loup en pleine forêt, elle est immédiatement vengée par notre valeureux héros qui parvient à occire la bête en deux temps, trois mouvements. Hélas pour lui, un groupe de villageois arrive quelques minutes plus tard et ne trouve aucune trace du supposé loup. Il en conclut que notre nouveau meilleur ami n'est autre que l'assassin d'Eleanor et nous conduit directement en prison. On ne passe donc pas par la case départ et on ne gagne définitivement pas les 20 000 francs. Accessoirement, en prison nous sommes interrogés par un ancien ami - Lysander - qui semble décidé à nous faire cracher le nom de notre hypothétique commanditaire... Il n'y parvient évidemment pas : nous sommes aussi innocents que l'agneau qui vient de naître !

Le vieil adage dit que la nuit porte conseil. En l'occurrence, elle est surtout libératrice pour notre héros qui fait la connaissance de Naurim, un nain aussi adroit avec une hache de combat qu'il est habile pour sortir des cachots. On discute, on fait ami-ami et nos deux compères se font la malle... en délivrant au passage un magicien roublard du nom de Zurbaran qui se révèle être un précieux allié contre les différents gardes en faction. Une fois dehors, notre groupe de trois "repris de justesse" se lance sur les traces, d'abord du cadavre d'Eleanor - qui a disparu - puis de Lysander qui a lui aussi quitté la ville sans trop donner de détails. Louche. Nous entamons alors une sorte de jeu de piste qui nous conduit à travers l'ensemble du monde de Blackguards à la recherche de Lysander bien sûr, mais aussi et surtout de notre innocence perdue.

Morceaux choisis maison


Un chemin... et un seul !Retour au sommaire
Hélas, autant être clair d'entrée, Blackguards souffre d'un sérieux problème de linéarité. Enfin, problème n'est pas le mot le plus juste. Disons plutôt qu'il ne faut pas espérer un jeu de rôle en monde ouvert à l'image d'un Elder Scrolls. Il ne faut pas non plus chercher le moindre cachot à explorer : Blackguards se découvre comme une histoire, page après page et il n'est jamais question de sortir du chemin tracé par les développeurs. Il se trouve bien quelques personnages non-joueurs pour nous donner de petites quêtes secondaires, mais celles-ci ne nous occupent jamais plus d'une quinzaine de minutes, le temps de retrouver un objet perdu, de préparer un remède, mais surtout d'éliminer bon nombre d'opportuns... Car si l'exploration n'est clairement pas l'apanage de Blackguards, le combat y est à son avantage.

Blackguards
Pas n'importe quel combat cependant puisque Daedelic s'est mis en tête de nous proposer des affrontements tactiques sur des champs de bataille couverts d'hexagones. En fonction de quelques caractéristiques clefs, une barre d'initiative vient classer les différents acteurs de la baston. À son tour, allié ou ennemi peut alors se déplacer, tirer à distance, placer un bon coup de hache / d'épée, lancer un sort, utiliser un objet ou manipuler un élément du décor. En bon RPG tactique, Blackguards impose bien sûr de faire attention au timing des adversaires et à leur position sur la barre d'initiative afin de maximiser l'impact de nos actions : on peut ainsi fort bien éliminer un ennemi avant même qu'il ait pu agir ou se planquer d'un tireur à distance grâce à certains obstacles de la « carte ».

La tagada tactique du BlackguardRetour au sommaire
L'aspect tactique de ces combats est clairement l'une des forces de Blackguards et si les premiers affrontements ont tendance à tous se ressembler, les choses évoluent très positivement par la suite. Nos personnages gagnant en puissance, on dispose de davantage d'options au moment d'agir et ça tombe plutôt bien, car les ennemis ne sont évidemment pas en reste. Alors que les premiers brigands ne sont pas capables de faire autre chose que des attaques frontales, les adversaires des derniers chapitres savent eux aussi exploiter le décor à leur avantage pour coincer un de nos alliés par exemple. Très variées, les différentes cartes de combat peuvent renfermer des passages étroits, des caisses à faire tomber, des trappes, des pièges, des grilles et tout un tas d'autres choses qu'il ne faut pas hésiter à manipuler pour s'en tirer en un seul morceau.

Blackguards
Nous touchons ici à l'un des problèmes mis en lumière par les joueurs de l'Accès anticipé du jeu : la difficulté de Blackguards. Bien sûr, tout dépend de votre propre niveau, mais même en mode facile, il convient de ne pas jouer les têtes brûlées et de penser chaque action, chaque offensive, si on souhaite finir le combat. Sur certaines cartes, on se demande même s'il existe une autre solution que celle « prévue » par les développeurs et le combat tactique se change parfois en puzzle game pas très adroit. Du coup, l'envie de réfléchir cède parfois à la frustration alors que l'on a l'impression d'être guidé par Daedelic même dans la résolution des affrontements. Pour ne rien arranger, on peste aussi parfois contre la taille des cartes de bataille : si certaines sont imposantes, la plupart restent modestes.

Y'a pas le feu au lacRetour au sommaire
Pour se sortir des pièges les plus délicats et accomplir certaines des plus complexes quêtes secondaires, il est impératif de faire progresser ses personnages et de ce point de vue là, on ne peut pas dire que Daedelic se moque des joueurs. Chaque réussite dans Blackguards est l'occasion d'obtenir des points d'aventure dont on peut disposer à condition de rencontrer un professeur. On dépense alors ces précieux points dans des caractéristiques de base, des aptitudes spéciales, des techniques de combats et d'autres compétences : on améliore sa vitalité, son habileté à l'épée, sa résistance à l'étourdissement, sa maîtrise des soins ou ses connaissances en magie. Les différents personnages de l'aventure (notre héros, mais aussi ses compagnons de rencontre) peuvent ainsi emprunter des voies d'évolution très différentes.

Blackguards
Cela garantit bien sûr des approches bien différentes lors des innombrables combats, mais peut aussi être source de frustration alors que notre groupe n'est pas assez spécialisé. Conseil d'ami : n'essayez pas de faire des personnages polyvalents, mais foncez vers les techniques les plus spécifiques, ce sont les plus payantes. Il faut d'ailleurs attendre une bonne dizaine, voire une bonne quinzaine d'heures de jeu (sur une bonne trentaine) pour enfin sentir la puissance de son groupe et aborder des combats un peu plus originaux que ceux des deux premiers actes (sur cinq). Reste que la construction même de Blackguards risque de surprendre plus d'un joueur de RPG : on assiste à une véritable succession de combat, cinématique, combat, cinématique sans qu'il soit possible de dévier d'un iota.

Ce fonctionnement aussi linéaire qu'il est implacable est aussi le garant de la bonne continuation de l'aventure : Daedelic avait à cœur de nous raconter une histoire comme il le fait dans ses point & click et si l'écriture est intéressante, on regrette malgré tout que la forme ne soit pas un peu plus ambitieuse. C'est d'autant plus gênant que durant certaines phases de dialogues (que l'on peut heureusement abréger) le joueur a parfois l'impression d'être plus spectateur qu'acteur. Une impression que l'on peut retrouver durant certains combats : le système d'initiative peut laisser le joueur sur la touche plusieurs dizaines de secondes le temps que toutes les animations de tous les adversaires soient passées. Un défaut qui vient casser le rythme d'un premier essai RPG plutôt sympathique, mais par trop inégal.

Daedelic est à son affaire dès lors qu'il s'agit de raconter une histoire. Malgré un début un petit peu poussif, histoire de mettre les joueurs dans le bain, le scénario de son Blackguards est plus que correct et on se surprend à chercher le fin mot de l'histoire alors que les choses démarraient pourtant de manière on ne peut plus basique. « On se surprend », car Blackguards souffre de nombreux défauts de jeunesse alors que Daedelic s'est engagé sur une drôle de voie à mi-chemin entre le jeu de rôle tactique et le roman vaguement interactif. De fait, Blackguards n'est pas un jeu pour l'amateur d'exploration, le spécialiste des mondes ouverts. Il faut aimer se laisser porter pour apprécier la dernière production Daedelic. Aimer se laisser porter, mais aussi se triturer les méninges pour se sortir de combats qui s'apparentent parfois à de vrais petits puzzles. Un essai intéressant, mais qui reste à transformer.

Test PC réalisé sur une machine à base de Core i7 4 GHz, 16 Go de mémoire vive et GeForce GTX 780 Ti. Le jeu semble à son aise à partir d'un processeur double-cœur 3 GHz, épaulé par 2 Go de mémoire vive et une GeForce 9800 GTX.
Blackguards
Blackguards

Blackguards
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )
flechePublicité

LES OFFRES

Playlist Blackguards

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité