flechePublicité

Test Black Mirror 3 (PC) : 9/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 14 Avril 2011 , PC

Les +

  • Scénario et mise en scène
  • Visuellement splendide
  • Cynisme du héros
  • Ambiance et atmosphère
  • Ambiance sonore
  • Durée de vie conséquente
  • Des personnages travaillés
  • Énigmes adaptées
  • Prix très raisonnable

Les -

  • Animations rigides
  • Qualité des cinématiques
La note de jeuxvideo.fr
9.0
tres bon
La note des internautes
7.4

(169 votes)
Publiée le 29/04/2011 à 15:04, par Jean-Marc

Black Mirror 3, le test qui exorcise les démons

Black Mirror 3 est le dernier chapitre d'une trilogie commencée il y a huit ans. Répond-il aux interrogations sur la malédiction des Gordon ?

Cela fait maintenant huit années que les amateurs de jeux d’aventure ont découvert la famille Gordon et la terrible malédiction qui pèse sur ses membres masculins, les conduisant à la folie, au meurtre et au suicide. Depuis les obscurs événements du premier épisode mettant en scène Samuel Gordon, le mystère s’est quelque peu désépaissi avec les péripéties narrées dans Black Mirror 2 et nous avions laissé Darren, notre héros, en pleine confusion. Il n’aura pas fallu attendre bien longtemps pour voir arriver Black Mirror 3, le chapitre final, qui doit apporter les réponses tant attendues par les fans de la série. L’objectif est-il rempli ?

De la minutie pour le plus petit détailRetour au sommaire
Black Mirror 3
Difficile de commencer à introduire le scénario de ce dernier opus de la trilogie sans révéler quelques éléments essentiels de l’épisode précédent. Si vous ne l’avez pas encore fait ou terminé, veuillez ne pas lire la suite et vous rendre directement au paragraphe suivant. Pour les autres, ou ceux qui ne craignent pas d’être spoilés, voici ce qu’il en est. Darren, après avoir appris qu’il est le fils de Samuel et qu’il s’appelle en réalité Adrian Gordon, a été obligé de procéder, sous la contrainte de sa sœur jumelle, au rituel devant permettre à son ancêtre Mordred de revenir. Quand Darren/Adrian émerge de ce cauchemar, il se sait possédé par l’âme de son maléfique aïeul et le château de Black Mirror est la proie des flammes. C’est précisément à ce moment que débute ce dernier épisode.

Black Mirror 3
C’est un Darren en pleine séance de thérapie que nous retrouvons. Accusé de meurtres et d’incendie criminel il est enfermé au poste de police de Willow Creek. Mais un mystérieux inconnu paye sa caution et le voilà libre de mener ses propres investigations afin de prouver son innocence, de rétablir la vérité auprès de sa famille, de savoir qui il est vraiment, de comprendre la nature de la malédiction des Gordon et de lutter contre l’envahissante présence maléfique qui est en lui. Un vaste programme qui va nous occuper pratiquement une bonne vingtaine d’heures tout au long des six chapitres de cette incroyable et sombre histoire.

Gameplay #1 - Morceaux choisis



Black Mirror 3 commence donc sur les chapeaux de roues, nous laissant à peine le temps de souffler. Dès les premiers écrans, nous sommes frappés par la qualité visuelle qui s’en dégage ainsi que par la minutie apportée aux moindres petits détails de chaque lieu visité (néon défectueux, reflet sur certaines surfaces, fumée de condensation, feuilles et branches des arbres, ruissellement de la pluie sur les toits, les vitres et les gouttières, etc.) les rendant particulièrement réalistes. Tant et si bien que si l’on se surprend à scruter chaque nouvelle zone, c’est avant tout pour le plaisir des yeux, et seulement après pour partir à la recherche des zones interactives et autres objets utiles. Notons d’ailleurs à ce sujet que si la touche permettant d’afficher ces zones est bien présente, une option permet de la désactiver complètement. Voilà un bon point pour les vrais aventuriers, et un aspect qui joue significativement sur la durée de vie.

Black Mirror 3
Black Mirror 3
Black Mirror 3

Des ambiances et atmosphères réussiesRetour au sommaire
Pour épauler un scénario passionnant, les développeurs ont mis l’accent sur les ambiances et les différentes atmosphères. Petit à petit, le mystère, l’angoisse, et le stress s’insinuent dans les entrailles mêmes du joueur. Ce dernier se surprendra plus d’une fois à sursauter suite au surgissement bref et fugace d’une vision à la limite du subliminal. Les lieux que nous parcourons se voient modifiés aussi par les conditions climatiques. Les parcourir à nouveau de nuit, dans le brouillard ou sous des trombes d’eau apporte à chaque fois un regain d’attraction. Le superbe travail effectué sur les jeux de lumière, les éclairages et les angles de vue des environnements participe d’autant plus à la crédibilité de cet univers.

Black Mirror 3
La mise en scène captivante nous immerge complètement et nous tient en haleine tout au long de l’aventure sans jamais réellement faire tomber la pression. Tel un bon film, le scénario alterne les passages intenses et ceux plus calmes, nous plonge à la limite de l’horreur et nous en ressort juste au bord de la folie, installe un moment dramatique et le désamorce par une pointe d’humour. Adrian n’a rien perdu de son cynisme et ses observations sont particulièrement savoureuses. Possédé par l’âme de Mordred, il est en lutte perpétuelle pour garder le contrôle de lui-même. Soumis à de violentes pulsions il est également sujet à des visons déformants la réalité. De nombreuses et fréquentes saynètes cinématiques illustrent, entre autres, ces moments particuliers. Il est juste regrettable que leur qualité soit bien en dessous de ce que nous offrent les écrans fixes.

Black Mirror 3
Les lieux sont bien vivants et nous croisons de nombreux personnages, justes présents pour la figuration, qui vont et viennent. Les zones interactives participent à cette mise en scène également en raison de leur nombre très impressionnant. Si la plupart ne servent à rien, en obtenir un descriptif par Adrian apporte un plus non négligeable. Pour finir d’absorber le joueur dans cet univers de plus en plus glauque et malsain, le travail effectué sur l’ambiance sonore est en tout point remarquable. Les bruitages environnementaux et contextuels passeraient presque inaperçus tellement il semble normal d’entendre cela à ces moments. La musique est en permanente adéquation avec l’action et accompagne la dramatisation de façon on ne peut plus convaincante. Elle participe complètement à l’atmosphère par ses élans et ses envolées de même qu’avec ses hausses de volume et ses surgissements stridents et brutaux. Elle monte même en intensité selon les options des dialogues. Une belle réussite ! Le doublage n’est pas en reste. Entièrement en anglais et bénéficiant d’un sous-titrage français de qualité, les voix des divers protagonistes sont convaincantes et finissent de rendre crédible chacun d’entre eux.

Black Mirror 3
Black Mirror 3
Black Mirror 3

Une réalisation classique parfaitement maîtriséeRetour au sommaire
La panoplie des personnages secondaires est bien développée et chacun bénéficie d’une personnalité travaillée qui lui est propre. Tous ont des ambitions et recèlent une face sombre. Nous voilà face à un inspecteur sanctionné qui veut sortir de ce trou par tous les moyens, quitte à opter pour des conclusions hâtives, une psychiatre qui aide Adrian, mais qui d’un autre côté connaissait bien le précédent docteur tué par le père de notre héros, un Murray parangon du capitalisme opportuniste et malsain et bien d’autres. Les dialogues avec eux sont nombreux et bien écrits finissant d’achever une narration convaincante. Ombre au tableau, seules les attitudes corporelles de nos protagonistes animent les discussions et permettent de montrer les sentiments de chacun ; il n’y a aucun mouvement des lèvres des personnages. Par ailleurs, les personnages souffrent toujours d’une forte rigidité d’animation même si l’éventail de leur gestuelle est conséquent et varié, toujours adapté aux situations rencontrées.

Black Mirror 3
Black Mirror 3 ne lasse jamais le joueur. Du début à la fin de l’aventure, nous découvrons toujours de nouveaux lieux et sommes surpris par la variété et l’originalité de certains d’entre eux. De même, dans le dernier chapitre, nous dirigeons deux personnages, chacun apportant sa vision des lieux, sa façon d’aborder les problématiques et il faudra trouver comment les faire collaborer pour progresser. Les énigmes et autres puzzles que nous rencontrons sont bien amenés et toujours parfaitement adaptés. Si les puzzles ne sont pas trop nombreux, ils se révèlent intéressants. Jamais insurmontables, certains d’entre eux proposent cependant la possibilité d’être résolus automatiquement au bout d’un certain moment. Un choix qui reste heureusement à l’entière discrétion du joueur. Seule l’énigme du labyrinthe est particulièrement retorse et pourra en retenir certains pendant des heures.

Black Mirror 3
Jeu d’aventure point & click réalisé dans les règles de l’art, Black Mirror 3 n’innove pas dans les mécaniques de jeu mises en place. Il est regrettable qu’Adrian se refuse toujours à courir et qu’il faille attendre que certains personnages secondaires aient terminé leur déplacement avant de pouvoir reprendre la main. L’inventaire est conséquent et il est rapidement surchargé d’objets hétéroclites. Heureusement, ceux qui sont inutiles en sont ôtés. Les bonnes combinaisons et les interactions avec le décor sont facilitées par le changement de couleur du pointeur de la souris, mais les développeurs ont glissé quelques fausses pistes. Pour autant, le jeu est bien loin d’en devenir simpliste. Black Mirror 3 souffre encore d’une très forte linéarité, et ce, même quand plusieurs objectifs simultanés nous sont proposés ; un seul ordre permet de les réaliser. La difficulté progressive est parfaitement bien dosée. Si nous sommes bien aidés les premiers temps par les réflexions d’Adrian, au fur et à mesure que lui-même se demande vraiment quoi faire, nous sommes également de plus en plus laissés dans le flou. De plus, certains objets utiles à la progression ne sont pas accessibles et transportables immédiatement. Il convient de se souvenir desquels étaient encore actifs dans les zones visitées puisqu’une fois toutes les actions prévues effectuées, il n’est plus possible d’agir avec tel ou tel lieu. Enfin, le journal d’Adrian, mis à jour au fur et à mesure, est une source non négligeable d’indices.

Black Mirror 3
Black Mirror 3
Black Mirror 3

Après un Black Mirror 2 qui démarrait lentement pour finir de bien belle manière, Black Mirror 3 (qui en corrige les principaux défauts) en propose une suite directe et immédiate qui reste dans cet élan et le prolonge sans s’essouffler pendant une bonne vingtaine d’heures. Sombre, mystérieux, glauque, angoissant, morbide et à la limite du gore, cet épisode fait honneur au jeu d’aventure horrifique. Son scénario passionnant et captivant nous absorbe corps et âme par une mise en scène de qualité, des environnements sublimes et une réalisation maîtrisée. Les réponses aux différentes questions soulevées au cours des précédents épisodes nous sont données, et le titre peut même se targuer de faire comprendre le tout premier opus. Avoir joué aux précédents épisodes est un plus significatif pour mieux se plonger dans l’intrigue et appréhender sous un bon angle toute la diversité des lieux et des personnages, mais la narration de ce dernier mouvement de la symphonie se suffit largement à elle-même pour que tout le monde puisse en profiter pleinement.



Black Mirror 3
Black Mirror 3
Black Mirror 3
Black Mirror 3
Black Mirror 3
Black Mirror 3
Black Mirror 3
Black Mirror 3
Black Mirror 3
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 7.4
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Zargos
Bon
Ca serait domage de passer à côté J'avais bien aimé le précédent opus (je ne sais plus si c'était le 1 ou le 2 en fait), et je ne suis pas déçu par le chapitre 3. A l'heure où je poste ces lignes je n'ai pas tout à fait fini le jeu (j'attaque la labyrinthe des catacombes ...), mais je pense en avoir vu assez pour me forger une opinion sérieuse. Certes, Black Mirror 3, n'a pas l'envergure d'un Myst ou suite ...
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Très bon
Excellent Pour l'ambiance, l'humour désabusé du personnage de Darren/Adrian, la durée de vie sympa... La difficulté est de bon niveau, mais on arrive à tout résoudre en faisant preuve de patience. C'est très bien dosé, juste assez pour profiter le plus longtemps possible de l'immersion dans le jeu, sans se lasser. Si vous avez aimé BM I et II, vous adorerez BM III suite ...
flechePublicité

LES OFFRES

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité