flechePublicité

Test Birds of Steel (Xbox 360, PS3) : 7/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 29 Mars 2012 , Xbox 360 , PS3

Les +

  • Excellentes sensations
  • Réalisme appréciable
  • Contenu costaud
  • Modes multi sympas / variés
  • Avions nombreux et bien reproduits
  • Patte esthétique agréable et souci du détail
  • Son au poil
  • Tuto de qualité

Les -

  • Quelques lacunes techniques
  • Campagne peu captivante
  • Traduction des textes à la rue
  • Ergonomie perfectible
  • Mise en scène pauvre
  • Ne conviendra pas à tous les amateurs d'avions, même en "Simplifié"
La note de jeuxvideo.fr
7.0
bon
La note des internautes
7.5

(112 votes)
Publiée le 04/04/2012 à 17:04, par Damien

Test de Birds Of Steel : vol au-dessus d'un gros nid de coucous

Gaijin nous propose un jeu d'avion exigeant et convaincant, malgré quelques lacunes bien perceptibles.

En 2009, Gaijin Entertainment nous avait surpris avec une agréable déclinaison sur consoles de la simulation renommée de combats aériens sur PC, IL-2 Sturmovik, sous-titrée Birds Of Prey. Environ trois ans plus tard, le développeur russe nous propose un Birds Of Steel qui hérite de bon nombre d’éléments de son aîné, positifs comme négatifs. Arrivera-t-il à nous faire planer ? La réponse, tout de suite, dans notre test.

Le Steel simulationRetour au sommaire
Birds of Steel
Avec cet opus sur PS3 et Xbox 360 (pourquoi avoir oublié le PC ?), Gaijin a décidé de se délester de la composante “IL-2 Sturmovik” dans le nom du jeu et nous propose une campagne solo qui couvre les évènements de la Guerre du Pacifique, opposant les États-Unis et le Japon entre 1941 et 1942, durant la Seconde Guerre Mondiale donc. Une vingtaine de missions sont au programme afin de nous faire (re)découvrir la guerre dans les deux camps (Pearl Harbor, Wake Island, Midway, Guadalcanal). Le tout, avec une approche historique documentée.

Un réalisme qui se retrouve également dans le gameplay, qui s’oriente plutôt dans une optique simulation même s’il propose trois niveaux de difficulté : Simplifié, Réaliste - le meilleur compromis à nos yeux - et Simulateur (comme son prédécesseur). Plus on monte en difficulté, moins on a d’indications à l’écran ou d’aides au pilotage... et plus le jeu est exigeant en matière de pilotage (au niveau de l’équilibre de l’appareil notamment, qui décrochera beaucoup plus facilement). À l'inverse, le mode Simplifié permet quelques largesses et rend le titre nettement plus accessible. Cela dit, même dans ce mode, les missions ne seront pas forcément une promenade de santé du fait d'un gameplay au demeurant assez exigeant.

Gameplay #1 - Les deux premières missions (Pearl ...



Un jeu pas pour les gros manchesRetour au sommaire
En effet, même s'il est possible d'avoir les munitions et gaz illimités, il y aura forcément un temps de recharge pour toute arme utilisée (MG, bombe, torpille - les deux dernières étant en nombre très restreint -). De plus, pas de missile téléguidé, de visée automatique ni de mouvements “magiques” permettant instantanément d'esquiver ou de se placer derrière un ennemi pour renverser une situation : il va falloir observer, anticiper, jauger les distances, gérer la vitesse et assurer la portance de l'appareil pour être le plus efficace tout en minimisant les risques.

Birds of Steel
Car chaque erreur de jugement ou mauvaise intuition peut avoir de lourdes conséquences (crash, destruction de notre avion par un ennemi, etc.). Et si l’on peut piloter les appareils alliés en cas de pépin, ces derniers ne sont pas très nombreux, ce qui nous contraint à la prudence. De plus, une fois ces derniers tous détruits, c'est l'échec de la mission et il faut tout reprendre du début.

La concentration est donc essentielle, tout comme une certaine dextérité. Cette dernière s'acquiert progressivement à mesure que l'on dompte la maniabilité, qui nécessite un certain temps d'adaptation et un passage obligé du côté de l'efficace didacticiel... sauf pour les possesseurs de Birds Of Prey qui seront très vite performants car en terrain connu. Ils retrouveront le même usage des deux sticks, affiliés au manche et à la manette des gaz, et une combinaison un peu hasardeuse pour gérer la caméra (Bas + stick droit). Un défaut d'ergonomie qui trouve écho dans les menus d’options, perfectibles (dans la configuration des commandes notamment) bien que fonctionnels au global, à l'image de la maniabilité du titre.

Birds of Steel
Une fois cette dernière maîtrisée, on prend un réel plaisir à piloter les engins malgré les difficultés. Car, comme dans toute bonne simulation, l'exigence est synonyme d'une gratification proportionnelle aux efforts fournis. Chaque décollage, atterrissage, attaque ou esquive couronnée de succès est une récompense en soi qui nous encourage à nous dépasser... En tout cas, si l’on est amateur de ce genre d'expérience et plutôt connaisseur des coucous utilisés. A contrario, les fondus de titres plus accessibles / spectaculaires et dotés d'avions plus modernes (comme Ace Combat ou Hawx) risquent fort d'être frustrés.

Un bon lot de modes de jeuRetour au sommaire
D’autant que la mise en scène des missions de Birds Of Steel est molle et peu entraînante, comme dans Birds of Prey. Un peu trop détachée et froide, la narration a globalement bien du mal à nous captiver, à l'image des petits documentaires (avec images d’archives en noir et blanc) intéressants dans le fond mais un brin soporifiques. De plus, le rythme des missions paraît souvent perfectible : on a tantôt des longueurs tantôt des passages certes intenses mais beaucoup trop courts.

Birds of Steel
On apprécie tout de même la présence de défis secondaires facultatifs qui permettront de prendre un peu plus son temps et d’allonger la durée de vie de la campagne solo. Une campagne, pas forcément hyper captivante ou variée au niveau des challenges proposés, qui a néanmoins le mérite de nous occuper entre 4 et 8 heures (en fonction de notre dextérité, de la difficulté choisie et de l’accomplissement des quêtes annexes).

Cette dernière est fort heureusement secondée par d’autres modes de jeu, offline comme online. On y trouve des missions libres ou événementielles sur d’autres fronts (scène méditerranéenne, front Est, front Ouest...), où l’on pourra contrôler d’autres factions comme les armées allemande, russe, anglaise et italienne. Le tout offre un panel de défis plutôt variés et agréables (éliminations, atterrir dans une zone particulièrement inhospitalière, voler sur une certaine distance la tête à l’envers...), jouables en coopération avec l’I.A. et/ou d’autres joueurs (jusqu’à 3) connectés au net. Une coopération certes pas très poussée, mais toujours appréciable.

Birds of Steel
Au pire, on pourra toujours se rabattre sur les défis Versus ou tournois pour avoir un peu plus de sensations, en affrontant pas moins de 15 ennemis simultanément, dans des conditions assez satisfaisantes. Enfin, un éditeur de missions et un mode Campagne dynamique, assez riches en paramètres, permettront de faire des défis à notre sauce quitte à créer quelques uchronies.

Aussi clinquant qu’une carlingue ?Retour au sommaire
Techniquement, le titre n’est ni à la rue ni non plus à la pointe. On déplore quelques ralentissements - déjà critiqués dans Birds Of Prey - ou textures manquant de finesse, des explosions un peu ridicules, des ombres au sol assez disgracieuses (tremblantes et pixellisées), l’apparition tardive de certains éléments pourtant assez proches, un aliasing occasionnant un scintillement assez perceptible, ou encore des éléments au sol paraissant souvent trop petits par rapport à notre avion lorsque l’on vole à très basse altitude.

Birds of Steel
Pourtant le constat demeure globalement positif puisque Birds Of Steel bénéficie d’une patte esthétique agréable (choix colorés et effets lumineux judicieux, environnements détaillés, gestion des dégâts, impact de la météo, rendu réussi des océans...) et propose une distance d’affichage très appréciable. Nombreux (plus de 100 modèles réels : Zero, Hurricane, Spitfire, Messerschmitt...), les engins se paient le luxe d’être remarquablement modélisés (intérieur comme extérieur) et disposent chacun d’un comportement propre ainsi que crédible. Le moteur physique fait d’ailleurs des merveilles en prenant bien compte des différentes variables en jeu (poids, température, humidité, vent...).

Le son (gérant le DTS) n’est quant à lui pas en reste : les bruitages sont réalistes, variés et de qualité... on s’y croirait. Cerise sur le gâteau, Gaijin a implémenté des musiques symphoniques de qualité qui apportent un côté épique. Saluons aussi l’effort d’avoir proposé des doublages français satisfaisants, à l’inverse de la traduction des textes qui semble réalisée par un stagiaire à moitié francophone abusant de Google Traduction (ex : « mise en page de la manette » pour le mapping des touches, « Laisser tomber » pour passer une cinématique, « Apprenez les contrôles principales » et « La psite d’atterissage »). Mais pas de quoi éclipser les excellentes sensations de pilotage ainsi que les purs moments de contemplation ou d’adrénaline qui font le sel du titre et lui permettent de s’imposer comme une référence incontournable dans le genre sur consoles.

Avec son contenu riche et fidèle, ses excellentes sensations et son gameplay plutôt exigeant, Birds Of Style pourra convenir aux amateurs de simulation aérienne, même s’il traîne avec lui quelques tares déjà présentes dans l’opus Birds of Prey (campagne peu captivante, ralentissements...). D’autant que ce genre de jeu demeure malheureusement assez rare.

À noter que la version PS3, utilisée pour le test, supporte les accessoires Cyborg Fly 9, Thrustmaster T. Flight Hotas X et T. Flight Stick X... ainsi que le Sixaxis, qui fait plutôt bien son office sans pour autant égaler un accessoire dédié à ce genre de jeu.



Birds of Steel
Birds of Steel
Birds of Steel
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 7.5
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Très bon
1 BONNE RAISON DE NE PAS Y JOUER
L'avis de : Anonyme
A éviter
uytttttttttughggyygreeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee ddddddffdgfgffeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee
flechePublicité

LES OFFRES

Playlist Birds of Steel

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité
t'); ins.type = 'text/javascript'; ins.async = true; ins.src = 'http://widget.achetezfacile.com/widget.js'; var s = document.getElementsByTagName('script')[0]; s.parentNode.insertBefore(ins, s); })();