flechePublicité

Test BioShock 2 (Xbox 360, PS3) : 7/10 sur JeuxVideo.fr Xbox 360, PS3, PC

Sortie le 09 Février 2010 sur Xbox 360, PS3, PC , Sortie Janvier 2012 sur Mac

Les +

  • Ambiance sonore formidable
  • Système de jeu riche et fun
  • Univers cohérent et adulte
  • Des personnages charismatiques
  • Deuxième moitié très réussie
  • Multi riche en contenu

Les -

  • Graphiquement daté
  • Scénario en retrait
  • Première moitié parfois ennuyeuse
  • IA rudimentaire
  • La surprise en moins...
  • Multi pas bien folichon à jouer
La note de jeuxvideo.fr
7.0
bon
La note des internautes
8.8

(169 votes)
Donner votre avis
BioShock 2
dispo sur XBOX 360
Publiée le 08/02/2010 à 13:02, par Maxence / Nerces

Partager ce test

Test de BioShock 2 : la Rapture tranquille

Pourvu d'un ambiance art-déco convaincante et d'un système de jeu mélangeant habilement les influences, BioShock fut en son temps LA bouffée d'air frais d'un genre qui tourne trop souvent en rond, le fps. Il est donc fort logique de retrouver la cité sous-marine de Rapture pour un second volet, reprenant comme on pouvait s'y attendre la fameuse recette du premier épisode, en y ajoutant une composante multijoueur que nous n'avons pu essayer pour le moment. Deux ans et demi après l’original, BioShock 2 débarque avec quelques nouvelles idées dans sa besace tout en capitalisant beaucoup sur les principes instaurés par le premier volet. Est-ce suffisant pour convaincre ?

« Dans la peau d'un Big Daddy »


BioShock 2
Dix ans après les aventures de Jack dans BioShock, Rapture vivote. Cette Atlantide déchue est dans un sale état, la faute à ces satanés chrosomes drogués à la skunk locale, l'Adam. C'est que ça te booste un homme, cette dope ! La cité est tombée sous la coupe de Sofia Lamb, une illuminée de la trempe de Ryan (le richissime fondateur de Rapture), mais dont le message diffère du mégalomane libertaire ; cette femme à poigne, poussée par de grandes ambitions (de celles dont l'enfer est pavée), souhaite en effet faire cohabiter ordre et liberté à Rapture en prêchant la bonne parole de « la famille ». Ce culte sans dieu prône la responsabilité de chacun dans la réussite du groupe, et le bonheur par l'abnégation et le sacrifice. On a connu plus fendard...

BioShock 2
Le hic, c'est que son programme semble passer par une récolte assidue de l'Adam et l'utilisation de sa propre fille, Eleanor, d'une manière qu'on imagine pas très nette. Le sujet Delta, le protecteur (Big Daddy) que vous incarnez, est étrangement lié à la petite fille (elle l'appelle d'ailleurs papa...), et aura pour principale tâche de retrouver l'adolescente dans les décombres de Rapture... et en apprendre plus sur lui-même, accessoirement. Pendant une douzaine d'heures (sans se presser), BioShock 2 vous invite à parcourir une autre facette de Rapture, faite d'aquarium, de musée, de parc d'attractions et même de prison.

Vidéo #24 - Rencontre avec Alexandre sur PC

En plus de neuf minutes très variées, découvrez la campagne solo de BioShock 2 sur PC

Premier constat : l'ambiance si magique de BioShock est toujours là. Preuve de la déliquescence du modèle Ryan, la musique jazzy des 50's rythme toujours majestueusement la vie de la cité, que l'on arpente pourtant deux décennies plus tard. Les décors délabrés de lieux que l'on imagine autrefois magiques et pleins de vie nous montrent que 2K Marin n'a rien à envier à Irrational Games en termes de design. Le tout est très cohérent avec le premier volet et l'on regrette d'autant plus le peu d'efforts fournis au niveau de la réalisation. Textures floues ou bouillies, interaction très limitée avec le décor, manque global de finesse dans la modélisation des personnages, aspect luisant de l'Unreal Engine 3 qui agace, ce qui passait très bien il y a plus de deux ans est déjà beaucoup plus difficile à avaler en 2010.

Notons en outre que sur PlayStation 3, il faut faire avec une installation (obligatoire) sur le disque dur. Celle-ci monopolise tout de même un peu plus de 5 Go, mais passe surtout par un long processus de plus de 20 minutes durant lesquelles on ne peut rien faire d'autre que se tourner les pouces. Sur PC, il faut également faire avec une gestion très moyenne des écrans 16/10, un bug qui existait déjà sur BioShock premier du nom : l'image est la même que sur un écran 4/3 (pas plus large !) et elle est tronquée pour « rentrer ». Le PC compense par l'utilisation des 3D Vision / PhysX de NVIDIA : si le second reste discret, le 3D Vision permet de plonger de manière très agréable dans le monde de Rapture. Notons aussi que les textures sont supérieures à celles des moutures PS3 / Xbox 360, mais on reste par moments bien loin des standards actuels.

« BioShock 2 manque finalement d'un véritable héros »


BioShock 2
Dans le même genre, le système de progression de l'aventure nous parait aujourd'hui bien poussif et dirigiste. Pourtant calqué sur celui de son aîné, il peine à convaincre et ennui même pendant toute la première partie du jeu, sous forme de piqûre de rappel pour les têtes en l'air ou les nouveaux venus à Rapture. Votre héros, désespérément aphone, suit docilement les ordres qu'on lui donne et enchaîne les objectifs bateaux dans chaque niveau, cette fois séparés par des voyages en train remplaçant les ascenseurs du premier volet. On a la désagréable sensation de subir le rythme du jeu plutôt que de l'imposer par notre façon de l'aborder, ce qui était le cas dans le premier volet. Rapture était le vrai personnage principal du premier BioShock. Déjà présentée, la cité sous-marine est plus en retrait dans ce second volet, qui manque finalement d'un véritable héros.

On a beau « changer d'air » en empruntant parfois la voix des mers lors d'inutiles et linéaires séquences de déplacements sous-marins ou avoir le choix quant au sort de quelques personnages secondaires, on a bien du mal à se passionner pour le devenir de notre volumineux héros et de sa petite protégée. L'histoire, définitivement moins immersive et mystérieuse que celle de BioShock, est pourtant servie par un doublage français convaincu (mis à part Tenenbaum, too much...), des dialogues travaillés et des personnages pas manichéens pour un sou. Si on a un peu de mal à accorder la réussite scénaristique du premier volet à un seul homme, il faut reconnaitre que l'absence de Ken Levine à l'écriture s'est fait cruellement sentir du côté de la Californie.

BioShock 2
BioShock 2
BioShock 2

« Rapture jouit d'un charisme hors du commun. Dommage que l'intrigue ne suive pas complètement... »

Moins impliqué par l'histoire et ses rebondissements, pourtant nombreux et pas mal amenés, le joueur pourra heureusement compter sur le gameplay atypique de la série pour faire passer la pilule. Les plasmides (pouvoirs magiques), les armes à feu, les améliorations génétiques, les Big Daddy et leurs petites filles à sauver ou récolter, les caméras de surveillance à pirater et les milliers d'objets à trouver en farfouillant ça et là sont une nouvelle fois de la partie. La centaine d'enregistrements audio apporteront toujours un plus niveau ambiance et cohérence, et les ennemis sont toujours les mêmes drogués armés de clés à molette ou de mitrailleuses. BioShock 2 n'est jusque là qu'une pâle resucée de son aîné. Zéro pointé ?

BioShock 2 : un gameplay qui te ressemble


BioShock 2
Heureusement non. D'une, le bestiaire a gagné en variété : les grosses brutes, les Big Sisters et les chrosomes qui se téléportent vous tiendront désormais tête au détour des nombreux couloirs qui composent Rapture. De deux, l'arsenal a également été rafraîchi : outils de piratage automatique, mini-tourelles mitraillant les ennemis, grosse foreuse propre à tout bon Big Daddy qui se respecte (attention à l'essence, qui part bien vite...), lance clous ou harpons ainsi que caméra vidéo qui analyse votre manière d'occire l'ennemi pour faire progresser votre taux de recherche, les nouveautés sont plus ou moins marquantes, mais ont au moins le mérite d'être là.

BioShock 2
Maintenant qu'il est possible d'utiliser les plasmides (feu, glace, électricité, hypnose, vortex, nuée d'abeilles...), qui elles n'ont pas évolué ou presque, en même temps qu'une arme de poing, les possibilités face au panel très varié de situations que vous aurez à affronter vous offrent une liberté qui fonctionne toujours aussi bien, voire mieux que dans le premier volet. Immobiliser un Big Daddy, les pieds dans l'eau, avec son plasmide électrique avant de lui asséner quelques balles de fusil en pleine face est particulièrement jouissif, à moins que vous ne préfériez protéger votre petite fille en pleine récolte d'Adam en plaçant quelques clous piégés aux endroits stratégiques une fois le lieu étudié... Mais, votre truc, c'est peut-être de retourner les ennemis les uns contre les autres, de pirater caméras et tourelles et d'admirer, une fois bien à l'abri, le spectacle qui se déroule devant vos yeux ?

BioShock 2
On tire une nouvelle fois un plaisir immense à varier les techniques, essayer, rentabiliser ses piqûres d'Eve (peu ou prou votre shoot de magie) pour enfin passer ses nerfs sur un chrosome de base à coup de foreuse qui le videra de son hémoglobine. Bien qu'un peu plus lourd et pataud que ce bon vieux Jack, Delta reste parfaitement maniable, et si on passera le plus clair de son temps le nez au sol pour être sûr de ne rien rater des précieux objets mis à notre portée, il sera nécessaire d'être réactif pour ne pas se faire piéger par le nombre d'ennemis qui nous assaillent en même temps, en nette augmentation par rapport au premier volet. On perd donc en intimité dans BioShock 2, même si le QI cumulé de la masse d'adversaires présents n'excédera sans doute pas celui d'un candidat d'un Diner presque parfait, pour citer du local.

Mise à jour multijoueur


7 modes, 10 cartes, un système d’expérience assurant une progression intéressante et des tas de challenges, 2K Australia a scrupuleusement appliqué la recette des maitres du genre. Seul hic : le gameplay de BioShock s’imbrique assez mal avec les exigences d’un multijoueur intéressant. On a toujours la possibilité de combiner plasmides et armes à feux et d’équiper divers fortifiants, mais le tout est bien lent et manque tellement de pêche et de précision que seul le déblocage progressif des divers éléments nous pousse vraiment à continuer.

L’idée d’inclure un Big Daddy et des machines à pirater est pourtant bonne, comme celle de permettre à chacun de scanner un ennemi après sa mort pour gagner un bonus de puissance contre lui. On peut également saluer la taille et le design des cartes, mettant en peinture un Rapture au bord de l’agonie, et l’efficacité de certains modes de jeu : la capture de petite fille est particulièrement agréable. Bref, avec ses parties entre 4 et 10 joueurs, BioShock 2 propose un multi fourni en contenu mais guère passionnant à jouer. De quoi prolonger l’expérience BioShock pendant quelques petites heures, guère plus, d'autant que les serveurs sont loin d'afficher complet et que quelques légers heurts techniques viennent parsemer nos parties (lag, freeze, déconnexions...).

Vidéo #22 - Multijoueur : capture de territoire

BioShock 2 - Multijoueur : capture de territoire

Vidéo #23 - Multijoueur : capture de petite fille

BioShock 2 - Multijoueur : capture de petite fille


Conclusion


BioShock 2 est-il un excellent jeu ? On en doute fortement. Les amateurs du premier volet se satisferont pour la plupart de cette nouvelle virée dans Rapture, sans être non plus bouleversés par une intrigue plus convenue, une réalisation qui date ou un système de jeu qui n’évolue pas ou presque (tout en restant incroyable de richesse). La claque BioShock n’est plus la même deux ans et demi plus tard et si l’aventure se laisse suivre sans accroc, notamment lors des derniers niveaux du jeu, très réussis, on ressort de l'expérience BioShock 2 comme on y est entré. Sans entacher le moins du monde la mémoire de son superbe aîné, BioShock 2 risque de décevoir quelque peu ceux qui attendaient le nouveau standard d'un genre qui peine à se renouveler. Le multijoueur, sympathique puisque gorgé de contenu, s'essouffle rapidement à cause d'un manque flagrant de rythme. On n'atteint clairement pas les hautes sphères du genre, sans non plus en toucher les bas-fonds.





BioShock 2
BioShock 2
BioShock 2
BioShock 2
BioShock 2
BioShock 2
BioShock 2
BioShock 2
BioShock 2
BioShock 2
BioShock 2
BioShock 2

Quelques captures issues de la version PC du jeu


BioShock 2
BioShock 2
BioShock 2
BioShock 2
BioShock 2
BioShock 2
BioShock 2
BioShock 2
BioShock 2
BioShock 2
BioShock 2
BioShock 2
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 8.8
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : kansas city shuffle
Très bon
La surprise de l'univer étant passer Bioshock 2 nous offre une nouvelle plongée dans Rapture! Le scénario et netement moins bon que le premier épisode mais les armes sont au rdv, il y a de nouveau plasmide pour de nouvelles combinaisons afin de flinguer les Chrosômes et l'ambiance art-déco ( trés Jean Pierre Jeunet aussi je trouve! Notamment du film La cité des enfant suite ...
Cet avis vous a-t-il été utile ? oui (3) / non
1 BONNE RAISON DE NE PAS Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Bof
mauvaise progressivite , histoire particulierement douteuse et raciste (neo nazi),de nombreux bugs ,ressucee du jeu bioshock 1
Cet avis vous a-t-il été utile ? oui / non
Commander sur
BioShock 2
flechePublicité

LES OFFRES

Playlist BioShock 2

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Hyrule Warriors

Hyrule Warriors

Joueurs confirmés | Wii U
flechePublicité
flechePublicité