flechePublicité

Test Asura's Wrath (PS3, Xbox 360) : 8/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 24 Février 2012 , PS3 , Xbox 360

Les +

  • Mise en scène fabuleuse
  • Direction artistique riche et inventive
  • Quelques superbes thèmes musicaux
  • Excellent doublage japonais
  • Beaucoup de moments de bravoure
  • Une déclaration d'amour au shônen
  • Une expérience osée et rondement menée

Les -

  • Replay value faiblarde
  • Seul le mode Dieu offre du challenge
  • QTE sans conséquences
  • Gameplay BTA un peu simple
La note de jeuxvideo.fr
8.0
tres bon
La note des internautes
7.4

(292 votes)
Donner votre avis
Publiée le 25/02/2012 à 13:02, par Virgile

Partager ce test

Vidéo-Test d'Asura's Wrath, le shônen spectaculaire et brillant

CyberConnect 2 nous décoche un uppercut sauvage avec cette expérience à mi-chemin entre le jeu vidéo et l'anime. Les amateurs de shônen en auront d'irrépressibles frissons.

Jusqu'alors, nos quelques rencontres avec Asura's Wrath nous avaient laissé des impressions plutôt mitigées. C'est que, en dehors d'une longue session preview dans les locaux de CyberConnect 2 par notre ami Maxence, les conditions dans lesquelles nous nous étions frottés au jeu jusqu'à maintenant ne nous avaient pas permis de prendre la mesure du travail accompli par le développeur attitré des Naruto Ultimate Ninja Storm. Mais voilà qui est fait et le constat de votre serviteur est beaucoup plus enthousiaste que celui esquissé par Maxence dans sa récente preview. Asura's Wrath, un jeu coup de cœur et coup de poing.

Je suis le bruit et la fureurRetour au sommaire
Asura s Wrath
Asura n'est pas le premier grouillot venu. Cela se voit bien sûr au premier coup d'oeil. Parce, voyez-vous, monsieur n'est rien moins qu'un des huit demi-dieux guerroyant contre la menace des Gohma, créatures souillées par l'impureté menaçant aussi bien le monde des hommes que celui des dieux. Les hommes, parlons-en justement : un troupeau apeuré se réfugiant dans la prière, implorant ses idoles de lui accorder protection. Bref, pas très reluisant et d'ailleurs nos célestes guerriers se contrefichent du sort de ces pathétiques créatures.

La guerre fait rage et la bataille finale entre les Gohmas et les guerriers divins voit l'apparition du plus redoutable des impurs : Vlitra. Grâce à la combativité aveugle d'Asura, la bête est vaincue et les demi-dieux peuvent retourner triomphant dans leur royaume. Mais alors qu'Asura se rend au palais de l'Empereur pour y recevoir les honneurs il découvre son cadavre ensanglanté et endosse la responsabilité de cette vilénie.

Asura s Wrath
Sa femme assassinée, sa fille enlevée pour servir les mystérieux desseins de Deus, le maître des huit gardiens, Asura entre dans une colère noire. En dépit de sa force, il est éliminé par ses anciens alliés et sombre dans les profondeurs du Naraka, une sorte d'enfer dont il finira par se tirer en escaladant une tour rappelant furieusement celle de Karin dans Dragon Ball. Mais il lui faudra tout de même 12 000 ans pour en revenir. Plus en colère que jamais (et on le comprend, il a eu le temps de ruminer), le déchu s'en va péter la gueule de ses anciens congénères et accessoirement libérer sa fille de l'emprise de Deus.

Gameplay #9 - Vidéo maison des deux chapitres de la ...



Le shônen dont vous êtes le hérosRetour au sommaire
Asura's Wrath n'est pas un beat them all, loin s'en faut. Le tort de beaucoup a été de l'approcher avec cet a priori. Nous les premiers. Non, Asura's Wrath est beaucoup plus que ça. Il s'agit avant tout d'un jeu hommage à toute une famille de grands shônen de Dragon Ball Z à Naruto en passant par Hokuto no Ken ou One Piece. D'emblée, le titre de CyberConnect 2 ne se destine donc pas à la grande majorité des joueurs. Il prend le parti de s'adresser à un public très spécifique, le fan dont le cœur bat la chamade en assistant à la transformation de Son Goku en Super Saiyajin ou à celle de Naruto s'abandonnant au pouvoir de Kyûbi (NdVirgile : pas de lien ici, les fans de Naruto n'étant apparemment pas capable de comprendre qu'on se fiche bien de leurs AMV sur du Linkin Park).

« Construit comme une série animée, du résumé de l'épisode précédent à l'annonce du suivant en passant par les eyecatch encadrant la pub ou le tsuzuku final, le titre se vit comme tel »

Asura s Wrath
Sans réserver son titre aux seuls amoureux des œuvres sus-citées, CyberConnect 2 a tout de même accouché d'un jeu dont on ne peut apprécier toute la puissance sans disposer d'un background orienté shônen ou, tout du moins, être sensible aux bonnes vieilles recettes du genre. D'autant que le jeu multiplie les clins d'oeil que les initiés de manqueront pas de relever. Sans cela, l'expérience sera forcément un peu décevante. Voilà qui est dit.

Mais pour peu que vous soyez un minimum client, Asura's Wrath vous fera vibrer. Construit comme une série animée, du résumé de l'épisode précédent à l'annonce du suivant en passant par les eyecatch encadrant la pub ou le tsuzuku final, le titre se vit comme tel. Divisé en trois saisons avec chacune ses climax, il ne lui manque finalement que des opening et ending pour rencontrer précisément son modèle.

Mais c'est évidemment grâce sa mise en scène audacieuse et démesurée que le titre de CyberConnect 2 emportera l'adhésion de tout fan de shônen qui se respecte. Multipliant les moments de bravoure à vous en décrocher la mâchoire, Asura's Wrath fait preuve d'une inventivité rare quand il s'agit de mettre en mouvement la débauche de colère et de puissance de son héros. A tel point que quelques scènes nous ont laissés estomaqués, perdus dans un état entre fébrilité et jubilation contenue.

Asura s Wrath
CyberConnect 2 connaît donc ses classiques et il n'y a qu'à faire un petit inventaire des personnages gravitant autour d'Asura pour s'en convaincre. Les archétypes rencontrés dans à peu près tous les shônen ayant marqué l'histoire de l'animation et du manga sont là. Asura, d'abord, le héros passionné et irréfléchi; Yasha, son rival et ami, plus subtil et raisonné; et parmi les autres gardiens, le gros lourdaud imbu de sa propre puissance mais facilement défait, le sadique androgyne, le vieux calculateur, etc. D'aucuns y verront plutôt des clichés rabâchés à longueur d'épisodes par certaines séries nipponnes, mais la réussite de CyberConnect 2 est de parvenir à susciter la sympathie ou l'inimité pour les protagonistes de son histoire.

Attention au contre-pied !Retour au sommaire
Alors tout cela est bien beau, mais la question du jeu à proprement parler n'aura pas manqué de vous venir à l'esprit. C'est vrai, Asura's Wrath n'est pas un titre comme les autres, en ce sens qu'il accorde ses faveurs à la mise en scène et à l'immersion plutôt qu'au gameplay pur. Les séquences de jeu sont finalement assez éparses, alternant innombrables QTE sans réelle incidence sur la suite des évènements, beat them all un peu routinier et quelques phases de shoot dans la veine d'un Sin & Punishment.

Asura s Wrath
Mais, allez savoir pourquoi, l'alchimie se produit. D'une part les QTE, pour inconséquents qu'ils soient hormis sur le score final de chaque épisode, réussissent tout de même à impliquer le joueur dans le déroulement des évènements. Bien sûr nous aurions amplement préféré qu'une marge d'erreur entre en ligne de compte. C'est d'ailleurs là le principal reproche que nous adressons à CyberConnect 2.

D'autre part, les séquences de castagne, si elles manquent indéniablement de profondeur, n'en sont pas moins jouissives. D'ailleurs il est vivement recommandé d'attaquer le jeu directement au niveau de difficulté le plus élevé pour se frotter à un minimum de challenge. Challenge qui, soit dit en passant, devient franchement corsé dans le dernier tiers de l'aventure. Ceci étant dit et pour revenir à la dimension beat them all du jeu, nous ne nous sommes jamais lassés de coller des roustes mémorables aux serviteurs de Deus. Le déchaînement de puissance provoqué par le moindre coup est déjà une bonne raison de se réjouir de chaque nouvelle vague d'ennemis.

« Il faut donc bien garder à l'esprit qu'Asura's Wrath ne devra la réussite de son effet sur le joueur qu'à condition de ne pas attendre de lui ce qu'il n'entend pas offrir »

Quant au versant shooter du gameplay, il est l'occasion de quelques-unes des plus grisantes séquences de jeu distillées par le titre. Nous pensons notamment à celles impliquant un autre personnage qu'Asura - dont nous ne révèlerons évidemment pas le nom - dans le dernier tiers du jeu. Tir, corps à corps et esquive se succèdent sur un rythme effréné et au fil de parcours avalés à toute allure.

Gameplay #11 : du shoot'em up et un mini-boss



Asura s Wrath
Il faut donc bien garder à l'esprit qu'Asura's Wrath ne devra la réussite de son effet sur le joueur qu'à condition de ne pas attendre de lui ce qu'il n'entend pas offrir. Le titre de CyberConnect 2 puise sa force dans la cohérence de l'expérience qu'il propose. D'emblée le parti pris est clair : non il ne s'agit pas d'un jeu emballé par quelques chouettes cinématiques mais d'une grande aventure s'appuyant sur un équilibre entre narration et interactivité. Et si vous vous montrez réfractaires à cette proposition, alors, effectivement, n'envisagez pas une seule seconde de faire l'acquisition de la galette, vous perdriez votre temps et votre argent.

Visuellement et musicalement inspiréRetour au sommaire
Mais, si vous êtes du voyage alors vous en reviendrez avec de sacrés souvenirs, faits de belles images et mélodies. Car la direction artistique d'Asura's Wrath est une autre de ses forces. Et s'il elle accuse quelques moments de faiblesse notamment d'inexplicables saccades pendant certaines cinématiques, la réalisation du titre demeure tout à fait honnête avec un superbe travail réalisé sur les textures.

Asura
Côté bande-son, le score du jeu compte quelques pistes mémorables. On pense évidemment à l'utilisation de la Symphonie du Nouveau Monde de Dvorak faisant clairement écho à la scène finale du combat entre Luffy et Crocodile dans One Piece, mais aussi à quelques autres, originales celles-là, explorant des registres variés, des chœurs enflammés à la balade où la mélodie sifflée s'accompagne de quelques accords à la guitare sèche. Dommage qu'il faille parfois redescendre brusquement sur terre au rythme de boucles rock autrement plus quelconques. Quant aux doublages - en japonais sous peine d'être maudit sur plusieurs générations - il sont exemplaires et participent grandement à la puissance de certaines scènes.

Pour finir, un petit mot sur la durée de vie du titre. A supposer que vous vous lanciez dans cette aventure au niveau Dieu, comme suggéré un peu plus haut, vous pouvez compter sur une huitaine d'heures avant d'en voir le terme. Les autres paliers de difficulté n'ont absolument aucun intérêt si ce n'est de vous permettre d'obtenir le rang S sur cinq épisodes, condition nécessaire pour accéder à l'ultime chapitre de l'aventure : le Sûtra Occulte achevant véritablement la quête d'Asura. Mais en dehors de cela, point de replay value. C'est bien regrettable et c'est probablement cela qui en dissuadera certains de débourser les soixante euros demandés par Capcom.

Asura's Wrath va diviser, c'est un fait qu'on pourra aisément constater à la lecture des différentes critiques dont il fait déjà l'objet. CyberConnect 2 nous propose là un titre dont l'appréciation dépend d'abord du degré d'empathie du joueur pour le genre dans lequel le studio a puisé l'essentiel de ses références, le shônen et ses codes parfaitement assimilés et retranscrits ici dans une démarche à la croisée du narratif et du ludique. Comme d'autres avant lui, Asura's Wrath pourra prendre en défaut les attentes de joueurs mal informés sur son parti pris. Qu'ils soient donc bien conscients que l'expérience qui leur est proposée ici a l'audace de ne se servir du gameplay que comme un élément parmi d'autres pour raconter une histoire. Et quelle histoire ! Quelle mise en scène ! Porté par une direction artistique inspirée et une bande-son éclectique, Asura's Wrath est une succession de moments de bravoure. Parfois frustrant lorsqu'il nous confisque les commandes ou de par l'inconséquence de ses QTE, et un peu long au démarrage, le titre de CyberConnect 2 n'en reste pas moins une expérience immersive, généreuse et débordante d'enthousiasme. Un one shot d'adrénaline au prix fort qu'il faudra donc envisager pour ce qu'il est avant de passer en caisse.

Mise à jour du 28/02/2012 : le Vidéo-Test est disponible.

Vidéo-Test d'Asura's Wrath, le shonen spectaculaire ...



Asura s Wrath
Asura s Wrath
Asura s Wrath
Asura s Wrath
Asura s Wrath
Asura s Wrath


Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 7.4
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Très bon
Oeurve d'art oui une oeuvre d'art :o), ode au manga violent, graphismes et animations top, histoire halletante, j'ai passé un bon moment. Ce n'est pas un jeu comme les autres effectvement, les quelques bugs rencontrés ne gachent aucunement le pied que l'on prend à suivre l'intrigue et à se défouler un max. Sorte de tableau vivant, il fallait oser, bravo. suite ...
Cet avis vous a-t-il été utile ? oui (1) / non
1 BONNE RAISON DE NE PAS Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Bof
Decu Tout d'abord le jeu (si l'on peux apeler ça comme ça)se permet de nous balancer de certes bien belles cinematiques mais d'une longueur qui en fera decrpocher plus d'un.Pour faire passer la pillule les developeurs nous proposent d'appuyer sur une touche de temps en temps.ça fonctionne au debut mais on decroche vite. Niveau gameplay on tombe bien bas.il sufit de martel suite ...
Cet avis vous a-t-il été utile ? oui (3) / non (4)
flechePublicité

NEWSLETTER

Reçois gratuitement les news par mail !

LES OFFRES

Playlist Asura's Wrath

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

flechePublicité
flechePublicité