flechePublicité

Test Assassin's Creed : Brotherhood (Xbox 360, PS3) : 9/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 18 Novembre 2010 , Xbox 360 , PS3 Sortie le 17 Mars 2011 , Plus de tests sur PC

Les +

  • Une suite digne de ce nom
  • Le multi enfin de la partie
  • Toujours aussi agréable à jouer
  • Les nouveautés de gameplay
  • Missions toujours aussi variées
  • Excellente 3D stéréoscopique (PC)
  • Une réalisation d'ensemble de bonne qualité...

Les -

  • ... même si le moteur graphique se fait vieux
  • La synchronisation labiale
  • Quelques ralentissements (PS3/ Xbox 360)
La note de jeuxvideo.fr
9.0
incontournable
La note des internautes
8.7

(10997 votes)
Publiée le 04/04/2011 à 14:04, par Renaud / Nerces

Test de Assassin's Creed : Brotherhood, une suite digne de ce nom !

Alors que l’on craignait qu’Assassin’s Creed : Brotherhood ne soit qu’une simple mise à jour, il se révèle être une suite à part entière.

En 2007, Altair, prince des Assassins, héros d’Assassin's Creed, venait rendre la justice sur consoles et PC. Deux ans plus tard, Ezio Auditore prenait la relève avec Assassin's Creed 2. Il était donc fort logique pour Ubisoft d'annoncer l'arrivée d'un troisième épisode pour 2011, pourtant il n'en fut rien. En effet, à la surprise générale, l'éditeur préféra dévoiler en mai dernier son Assassin's Creed : Brotherhood. Suite directe d’Assassin's Creed 2, il débarque avec dans ses bagages une aventure solo digne de ce nom et un mode multijoueur prometteur, mais est-ce vraiment suffisant pour ravir les fans de la première heure ? Le verdict dans ce Vidéo-Test...

Bien plus qu'une simple mise à jour, une véritable suite !Retour au sommaire
Assassin s Creed : Brotherhood
Comme pour toute bonne suite qui se respecte, l'histoire de ce deuxième opus des aventures d'Ezio Auditore commence là où c'est arrêtée celle d'Assassin's Creed 2. Fort de sa victoire sur l'Espagnol, la pomme d'Eden en main, le bel italien profite de l'arrivée de son oncle, Mario Auditore, pour s'échapper tant bien que mal du Vatican. De retour en Toscane, à la Villa Auditore, nos deux compères profitent alors d'un repos bien mérité en compagnie de Claudia et Maria, sœur et mère d'Ezio, mais aussi de vieux amis de la famille.

Assassin s Creed : Brotherhood
Malheureusement, ces quelques heures d'accalmie ne sont que de courte durée. En effet, Cesare Borgia, le vilain de l'histoire avide de pouvoir, ne comptait pas laisser lui échapper la pomme d'Eden. Avec le soutien de son armée, il prend alors d'assaut la Villa Auditore, enlève Caterina Sforsa, tue Mario Auditore et récupère cet objet tant convoité. Blessé par balle, Ezio tente de venir en aide aux quelques survivants, dont sa sœur et sa mère, avant de partir à la poursuite de son bourreau. Épuisé, et laissé pour mort sur une route de campagne, il est recueilli par une famille de la banlieue de Rome. Commence alors une nouvelle aventure pour notre assassin de service !

Vidéo-Test de Assassin's Creed : Brotherhood

Vidéo-Test d'Assassin's Creed : Brotherhood en version Xbox 360

Une ville de Rome bien plus grande que les précédentesRetour au sommaire
Assassin s Creed : Brotherhood
Bien plus grande que toutes les villes précédemment parcourues par Altair et Ezio, la cité italienne va donc être l'unique lieu, à quelques exceptions près lors de quêtes annexes pour Léonardo ou Christina (Naples, Florence), de cette nouvelle aventure. Condamné à repartir de zéro après les événements survenus en Toscane, Ezio va maintenant tout tenter pour rallier à sa cause tous les habitants de Rome. Pour l'aider dans la mission qu’il s’est fixée, il peut de nouveau compter sur les mercenaires de Bartolomeo d'Alvino, les voleurs de la Volpe, les courtisanes de Claudia, ou encore les inventions de Léonard de Vinci.

L’aventure principale, découpée en neuf séquences ADN de plusieurs quêtes, toujours variées et abordables de manières différentes (Course, Filature, Assassinat, Escorte, etc.), est là pour nous ouvrir la voie jusqu’à Cesare Borgia. Viennent ensuite s’ajouter de nombreuses missions annexes (Agents des Templiers, Contrat d’assassinat, Mission Voleurs, Mission Courtisanes, etc.), toutes aussi variées, là notamment pour nous permettre d’augmenter notre emprise sur la ville de Rome, mais aussi la durée de vie (entre 15 et 30 heures suivant notre façon de jouer). Pouvant être rejouées à tout moment, toutes les quêtes d’Assassin’s Creed : Brotherhood disposent également d’un objectif secondaire (pousser un Capitaine contre un échafaud pour le tuer, ne pas perdre de santé, rattraper un messager en moins d’une minute, etc.). Quoi de mieux alors que de suivre les indications données, histoire de varier un peu les plaisirs, de corser le tout, mais surtout de réussir une synchronisation à 100 %.

Assassin s Creed : Brotherhood
Assassin s Creed : Brotherhood
Assassin s Creed : Brotherhood

Côté gameplay, de nombreuses nouveautés sont au rendez-vousRetour au sommaire
Assassin s Creed : Brotherhood
Entièrement libre de nos mouvements, que ce soit à pied ou à cheval (désormais utilisable sur toute la carte), sur les toits ou la terre ferme, nous parcourons donc les rues de Rome à la recherche de vilains à occire. Reprenant les bases du gameplay des deux précédents épisodes (déplacements, vision d’aigle, notoriété, etc.), Assassin’s Creed : Brotherhood ne se contente pourtant pas d’être une simple redite. En effet, de nombreuses améliorations sont présentes pour nous permettre de profiter au mieux des talents d’Ezio Auditore.

Assassin s Creed : Brotherhood
Commençons tout d’abord avec les factions (Courtisanes, Voleurs et Mercenaires pour respectivement distraire, éloigner et combattre les gardes). Toujours présentes, ces dernières peuvent voir leurs aptitudes évoluer à condition que nous réussissions quelques défis imposés (listes disponibles dans les quartiers généraux). Mais avant d’en arriver là, nous devons tout d’abord rénover, moyennant finance, le bâtiment qui les accueille.

Cela pourrait sembler assez simple, dit comme cela, et pourtant il n’en est rien. En effet, avant d’en arriver là, nous devons en premier lieu libérer le quartier qui abrite les factions, mais aussi toutes les échoppes de marchand (Banque, Forgeron, Marchand d’art, etc.), de l’emprise des Borgia. Nous devons alors prendre d’assaut une zone protégée par une multitude de gardes, tuer leur capitaine, avant de mettre le feu à la Tour Borgia qui surplombe le quartier. Si les premières tours se prennent assez facilement, les dernières, en revanche, demandent un peu plus de doigté, et surtout un Ezio parfaitement entrainé (plus de santé, meilleure arme, meilleure armure, etc.).

Assassin s Creed : Brotherhood
Une fois ceci fait, nous pouvons alors entamer la rénovation d’un quartier entier de Rome. La reconstruction ou l’amélioration de certains bâtiments nous permet ainsi d’augmenter la valeur de ces derniers, et bien entendu d’accroitre nos revenus, tout comme le fait de revendre dans n’importe quelles boutiques tous les objets récupérés de-ci de-là. Voilà donc un bon moyen pour nous de mettre la main sur de nouveaux équipements (armes, armures, etc.), mais aussi d'acquérir toujours plus de biens. Jouant donc les reconstructeurs, voire les marchands de tapis à ses heures perdues, Ezio n’en oublie pas pour autant qu’il est avant tout un assassin.

Gameplay #8 - A l'assaut du Colisée

Ezio prend d'assaut le Colisée dans cette vidéo d'Assassin's Creed : Brotherhood

Un Ezio bien plus fort et efficace que jamaisRetour au sommaire
Assassin s Creed : Brotherhood
Toujours aussi habile de ses mains, il peut donc venir à bout de ses ennemis à l’aide de différents types d’armes. Si pour la plupart, elles sont bien connues des amateurs d’Assassin’s Creed 2, notamment, certaines sont en revanche entièrement nouvelles. Ainsi, très vite, Ezio peut mettre la main sur une arbalète, voire quelques fléchettes empoisonnées, des armes à distance faciles à utiliser et très efficaces. Que ce soit donc au corps à corps, avec des combats bien plus dynamiques qu’auparavant (grâce notamment à un tout nouveau système d’exécution rapide), ou à distance, Ezio dispose donc d’un large éventail de techniques lui permettant de venir à bout de tous ceux qui se dressent en travers de sa route. Précisons d’ailleurs à ce sujet, qu’une salle d’entrainement virtuel nous donne la possibilité, à tout moment, d’améliorer nos techniques d’assassinat, de combat, de course ou de localisation.

Assassin s Creed : Brotherhood
Seul contre tous, Ezio fait parfois appel à quelques mercenaires et autres voleurs pour lui venir en aide (option déjà disponible dans les précédents épisodes), ce qui ne va pas l’empêcher d’aller encore plus loin. En effet, dans Assassin’s Creed : Brotherhood, notre compagnon de route peut désormais recruter une douzaine d’assassins. Ces derniers lui viennent alors en aide sur simple demande de notre part (jauge de signal d’assassin remplie). Quoi de plus agréable ensuite que de pouvoir mettre fin à un combat, voire de l’éviter, en demandant le soutien de nouvelles recrues. Exécutant leur travail avec brio, ces dernières restent tout de même vulnérables et se retrouvent contraints de combattre à nos côtés si d’aventure d’autres gardes venaient à passer par là. Il nous faut donc apprendre à les solliciter au bon moment, et bien entendu ne pas oublier de les former afin de les faire monter en niveau (jusqu’à 10 pour le niveau assassin), mais aussi de débloquer de nouveaux équipements, armures et armes.

Assassin s Creed : Brotherhood
Pour cela, nous avons la possibilité de leur confier différentes missions se déroulant un peu partout à travers l’Europe (endommager des biens, remettre de fausses informations, attaquer un mercenaire, donner un avertissement, etc.). Une fois réussies, ces dernières nous permettent alors d’augmenter nos revenus, mais aussi l’expérience de chacun des assassins envoyés au front. Nous voilà donc en train de jongler entre les assassins bloqués en mission pendant une durée limitée, et ceux disponibles à tout moment. Un petit détail qu’il ne faut surtout pas négliger, car plus nous avons de recrues à nos côtés, et plus il est facile pour nous de remplir les tâches d’assassinat qui nous sont confiées. N’oublions pas également de préciser qu’une fois que nous disposons de trois signaux d’assassins, nous pouvons alors lâcher sur nos adversaires un déluge de flèches. Quoi de mieux alors que d’utiliser cette attaque spéciale pour venir à bout très rapidement de plusieurs ennemis en même temps.

Gameplay #7 - Les recrues

Les recrues sont sollicitées par Ezio dans cette vidéo d'Assassin's Creed : Brotherhood

Techniquement, Assassin's Creed : Brotherhood tient la routeRetour au sommaire
Assassin s Creed : Brotherhood
Si côté gameplay, les bases restent les mêmes (quel pied d’évoluer aux côtés d’Ezio !), techniquement parlant le titre d’Ubisoft n’a pas non plus beaucoup évolué. Certes, le jeu n’est pas exempt de tout reproche (affichage tardif, cinématiques pas toujours de bonne qualité, synchro labiale, quelques zones pas franchement jolies, quelques lags lors des courses rapides, etc.), mais tout ce qu’il fait, il le fait parfaitement bien. En effet, une fois encore nous sommes bluffés par la profondeur de champ, par la qualité de la gestion de l’éclairage (cycle jour/nuit, ombres, etc.), la qualité des textures, la vie qui règne à Rome, ou encore les nombreuses possibilités de déplacements qu’offre l’architecture de cette vaste ville.

Assassin s Creed : Brotherhood
À cela, nous pouvons également ajouter les différents types d’ennemis (milice, traqueur, brute, tireur, arbalétrier, garde pontifical, adepte de Romulus, etc.). Toujours en très grand nombre et là pour nous donner un peu de fil à retordre, notamment lors des phases d’infiltration, ils leur arrivent parfois de perdre bêtement notre trace, voire de ne pas voir ce qu’il se passe à quelques mètres d’eux. Enfin, comment ne pas parler de la bande-son du jeu qui, bien que proposant des voix françaises plutôt limites et trop souvent en décalage, est là pour accompagner les moindres de nos faits et gestes. Collant parfaitement à l’action, les musiques proposées font tellement bien leur travail que nous en arrivons parfois à les oublier.

Assassin s Creed : Brotherhood
Assassin s Creed : Brotherhood
Assassin s Creed : Brotherhood

La partie multijoueur, bien plus qu'un simple ajoutRetour au sommaire
Assassin s Creed : Brotherhood - Multijoueur
Conquis par l’ambiance, l’univers et le scénario de cet Assassin’s Creed : Brotherhood, nous aurions pu nous en arrêter là, mais c’était sans compter sur les développeurs d’Ubisoft. En effet, ces derniers ont enfin pris l’initiative d’introduire dans ce nouvel opus un mode multijoueur. Si nous étions plutôt septiques, au premier abord, à l’idée de jouer les assassins en ligne, le doute s’est très vite estompé après quelques minutes de jeu. Bien entendu, le nombre de parties que nous avons effectuées ne nous a pas permis de pleinement en profiter (montée en niveau, améliorations, etc.), mais le peu que nous en avons vu nous a entièrement séduit.

Assassin s Creed : Brotherhood - Multijoueur
Par exemple, le mode Traque (6 à 8 joueurs) nous propose d’affronter jusqu’à sept assassins sur une même carte (Rome, Florence, Sienne, Venise, Monteriggioni, etc.). À la fois prédateur et proie, nous avons pour mission de mettre la main sur une cible prédéfinie à l’avance. Une boussole située en bas de l’écran est là pour nous aider à progresser, tandis qu’une multitude de PNJ (Personnage Non Jouable), à l’image de notre cible, sont là pour semer le doute de nos esprits. À nous alors d’essayer de nous déplacer le plus silencieusement du monde (jauge de silence présente en haut à droite), tout en repérant le moindre déplacement suspect. Ensuite, nous n’avons plus qu’à foncer sur notre proie.

Assassin s Creed : Brotherhood - Multijoueur
Mais attention, car cette dernière peut nous voir arriver et bien entendu esquiver notre attaque, nous échapper, ou pire nous humilier. Nous devons donc tout faire pour rester discrets le plus longtemps possible, tout en essayant également d’être le plus spectaculaires. Chaque assassinat nous rapporte alors un certain nombre de points (fonction de notre attitude : discret, carnage, incognito, ruse, silencieux, etc.), tout comme une erreur de jugement peut très vite faire baisser notre capital. Tous ces points nous permettent de monter en niveau (jusqu’à 50), mais aussi de débloquer de nouvelles capacités (déguisement, accélération, bombe fumigène, métamorphose, etc.), de nouveaux personnages (forgeron, voleuse, maraudeur, etc.), de nouveaux modes de jeu (Alliance, Traque avancée), voire d’améliorer nos talents.

Assassin s Creed : Brotherhood - Multijoueur
Assassin s Creed : Brotherhood - Multijoueur
Assassin s Creed : Brotherhood - Multijoueur

Des modes de jeu très intéressantsRetour au sommaire

Assassin s Creed : Brotherhood - Multijoueur
Ensuite, vient s’ajouter le mode Alliance (6 joueurs, 2 vs. 2 vs. 2), un mode de jeu tout aussi agréable à jouer et nous proposant de travailler cette fois-ci avec un autre assassin. Ici, par groupe de deux joueurs, nous devons prendre en chasse une équipe, également la cible de deux autres assassins. Une fois encore, nous devons faire avec la multitude de PNJ présents sur la carte, apprendre à déceler le moindre comportement suspect, et surtout travailler en coopération (augmente le nombre de points gagnés).

Enfin, pour terminer, n’oublions pas également de parler du mode Chasse à l’homme (8 joueurs, 4 vs. 4). Ici, chaque équipe traque à tour de rôle, les membres de l’équipe adverse. Une fois encore, nous devons travailler en coopération pour marquer plus de points, et surtout ne pas oublier que seuls ceux qui attaquent disposent de tous les éléments leur permettant de fondre rapidement sur une proie. Encore une fois, très agréable à jouer et nous mettant constamment sous pression, tout comme les précédents, ce mode de jeu nous met, l’espace de cinq minutes, dans la peau d’une proie traquée de toute part… génial !

Bande-annonce #16 - Le multijoueur

Bande-annonce du multijoueur d'Assassin's Creed : Brotherhood

Et le PC dans tout cela ?Retour au sommaire
Assassin s Creed : Brotherhood
Plusieurs mois après les versions PlayStation 3 et Xbox 360, Ubisoft nous propose enfin la mouture PC de son Brotherhood. Une mouture qui arrive tardivement donc, mais qui devrait malgré tout ravir nombre de joueurs évoluant sous Windows, car on ne peut pas dire que l'éditeur se soit moqué du monde. Tout d'abord, il est effectivement bon de souligner qu'Ubisoft semble en avoir terminé avec sa « protection-à-la-mord-moi-le-nœud » : s'il faut encore être connecté pour lancer le jeu, il n'est plus nécessaire d'avoir une connexion permanente durant la partie... Un premier pas dans la bonne direction donc. En outre, Ubisoft a intégré les trois contenus additionnels déjà sortis sur consoles (Animus 1.0, Animus 2.0 et La Disparition de Da Vinci).

Assassin s Creed : Brotherhood
Ce n'est pas un énorme cadeau, mais cela fait toujours plaisir d'autant que, techniquement parlant, Ubisoft s'en tire très honorablement. Il n'est pas question de profiter d'une version réellement améliorée pour le PC, mais la profondeur de champ semble un peu plus importante que sur consoles alors que la définition d'image est évidemment supérieure. L'ensemble tourne d'ailleurs très bien et ne nécessite pas un monstre de puissance (double-cœur 2,4 GHz, 2 Go de mémoire vive et GeForce 8800GT). Le plus intéressant est cependant à chercher dans une option que nous n'avons pas l'habitude d'encenser, mais qui ici fait vraiment merveille : le mode 3DVision. Soutenue par NVIDIA, cette technologie de 3D stéréoscopique profite merveilleusement bien de la structure « ville-ouverte » du jeu : les courses sur les toits sont saisissantes ! Cela dit, pour vraiment en profiter, il faudra pousser un peu la configuration de votre PC.

En fait, le seul véritable regret lié à cette version PC du jeu n'est hélas pas une véritable surprise : alors que le mode multijoueur est très amusant sur consoles, on regrette qu'Ubisoft ne soit pas allé plus loin côté PC. Une première mise à jour est déjà sortie, mais il faut encore faire avec quelques soucis pour rejoindre les parties alors que - plus gênant - les développeurs n'ont pas jugé bon d'intégrer un outil de serveur dédié. Dommage, le jeu se prêtait pourtant très bien à de petits affrontements entre amis.

Assassin s Creed : Brotherhood
Assassin s Creed : Brotherhood
Assassin s Creed : Brotherhood

La version PC du jeu se distingue principalement par l'excellente utilisation du 3DVision de NVIDIA

Perçu dès le jour de son annonce comme une simple mise à jour d’Assassin’s Creed 2, Brotherhood se révèle être au final bien plus que cela. En effet, Ubisoft a réussi le pari de nous proposer en un an une campagne solo digne de ce nom, que ce soit au niveau de la durée de vie, du scénario ou de la variété des objectifs proposés. Mais ce n’est pas tout, car arrive enfin, un mode multijoueur tout aussi agréable à jouer. Bien plus qu’un simple ajout, cette partie se révèle être le petit plus indispensable qui manquait aux épisodes précédents. Vous l’aurez sans doute compris, si à cela vous ajoutez un gameplay toujours aussi efficace, une réalisation de très bonne facture, alors vous avez devant vous l’un des excellents jeux de cette fin d’année… À posséder absolument !



Assassin s Creed : Brotherhood
Assassin s Creed : Brotherhood
Assassin s Creed : Brotherhood
Assassin s Creed : Brotherhood
Assassin s Creed : Brotherhood
Assassin s Creed : Brotherhood
Assassin s Creed : Brotherhood
Assassin s Creed : Brotherhood
Assassin s Creed : Brotherhood
Assassin s Creed : Brotherhood
Assassin s Creed : Brotherhood
Assassin s Creed : Brotherhood
Assassin s Creed : Brotherhood
Assassin s Creed : Brotherhood
Assassin s Creed : Brotherhood
Assassin s Creed : Brotherhood
Assassin s Creed : Brotherhood
Assassin s Creed : Brotherhood
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 8.7
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : player-forever
Très bon
Rien est vrai, Tout est permis. Assassin's Creed : Brotherhood, par où commencer et bien c'est vraiment un très très bon jeu. Déjà bien sûr c'est la suite direct du 2. Et on va pas se le cacher on a toujours: -Le même héros. -La même époque. -Les même graphisme. -La plupart de nos anciennes armes. -Les même allier -Les même Faction (voleurs, Mercenaires...) etc,etc et on se retrouve avec une seul suite ...
flechePublicité

LES OFFRES

Playlist Assassin's Creed : Brotherhood

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité