flechePublicité

Test Army of Two : Le Cartel Du Diable (PS3, Xbox 360) : 5/10 sur JeuxVideo.fr

Sortie le 29 Mars 2013 sur PS3, Xbox 360

Les +

  • Un arsenal complet
  • Bien bourrin
  • Des décors réussis

Les -

  • Le système de couverture
  • Une mise en scène franchement ridicule
  • Des bugs
  • La disparition des mécaniques du coop'
  • Le mode online
La note de jeuxvideo.fr
5.0
moyen
La note des internautes
7.1

(58 votes)
Donner votre avis
Publiée le 03/04/2013 à 15:04, par Kevin

Partager ce test

Test de Army of Two : Le Cartel Du Diable

Un gameplay peu inspiré, une histoire insignifiante, Army Of Two revient dans un épisode qui manque clairement de panache pour se faire une place parmi les bons jeux d'action.

Ce n'est pas nouveau, Army Of Two a toujours été jugé comme une licence moyenne, et ce, malgré son postulat de base intéressant centré sur la coopération. Le nouvel épisode en date, baptisé « Le Cartel du Diable », reprend tous les ingrédients de la série, ou presque. Et pour cause, vous allez constater que la plupart des éléments relatifs à la coopération ont tout simplement disparu de la circulation. Pourquoi ? Bonne question. Par manque de temps, ou d'ambition sans doute. Car il ne faut pas se mentir, cet épisode a davantage été lancé pour combler un calendrier vide avant l'arrivée des consoles nouvelle génération...

Un TPS de plusRetour au sommaire
Army of Two : Le Cartel Du Diable
Cette fois-ci, l'action nous plonge en compagnie de Alpha et Bravo, deux nouveaux acolytes masqués. Des gros bras qui se retrouvent embarqués dans un conflit au Mexique. Comme son nom l'indique, Le Cartel du Diable est axé sur la lutte contre les trafiquants de drogue qui hantent les rues du pays. Kidnapping, trahison, complots, corruption, l'histoire n'est qu'un banal récital de tout ce qui se fait de plus médiocre dans le genre. Seule la dernière heure révèle quelques surprises, car pour le reste, on frise parfois avec le ridicule tant la mise en scène s'avère grossière. Les doublages de la version française sont juste inbuvables, sauf si l'on souhaite se payer des barres de rire. Si la trame scénaristique est donc bancale, avec des personnages qui manquent cruellement de charisme, elle sert davantage de prétexte pour introduire un décor « inédit » : le Mexique.

Au moins, ça change un peu des conflits au moyen orient... Hélas, les développeurs usent et abusent des clichés lourdingues. Le meilleur exemple étant les ennemis qui bénéficient tous - ou presque - de la tenue réglementaire : bandana, lunettes de soleil. On rencontre aussi quelques soldats d'élite, plus difficiles à éliminer, ainsi qu'une série de kamikazes un peu idiots qui vous sautent dessus à grand coup de machette. Tout ce petit monde se retrouve donc planqués face à notre duo de choc, sous le soleil plombant du Mexique.

Army of Two : Le Cartel Du Diable
Car pour rester honnête avec les équipes de EA, Army Of Two : Le Cartel du Diable puise principalement son potentiel dans son gameplay immédiat, efficace, brutal et explosif. Accessible, il se prend facilement en main dans la mesure où les mécaniques de jeu sont simples et connues depuis des années maintenant. Du grand classique en somme, sauf pour le système de couverture qui pose toujours autant de problèmes. Imprécis, il nous empêche bien souvent - sans justification - de nous planquer derrière un élément du décor. Toute cette cette lourdeur s'avère rapidement frustrante, surtout quand les ennemis déboulent en surnombre.

Army of Two : The Devil’s Cartel
Les habitués retrouveront aussi un système d'ordre basique, permettant de gérer les actions de son compère. Bien utile, il permet surtout de corriger les bévues d'une intelligence artificielle déroutante. Il n'est pas rare que votre coéquipier prenne des décisions insensées et que vous soyez donc obligé de le ranimer sans cesse.

La structure du jeu met surtout en avant des affrontements zone par zone, avec un but on ne peut plus simple : tout nettoyer. Le Cartel du Diable ne fait pas dans la demi mesure ; on parle ici d'action pure et dure, sans fioriture. La preuve avec l'Overkill : une « furie » qui rend invincible et qui permet surtout d'augmenter la puissance des balles pour tout démonter (même les décors). Si l'on ne peut pas lui reprocher son côté brutal, on regrette néanmoins que les situations soient bien trop répétitives.

La démo est disponible


Kill, Kill, Bang, BangRetour au sommaire
Army of Two : The Devil’s Cartel
La dernière production du géant américain souffre d'un manque de rythme évident. Si les trois dernières heures de jeu laissent échapper quelques moments plus intenses (notamment une séquence à bord d'un véhicule), le reste de l'épopée est assez plat, sans grand rebondissement. Le plus surprenant reste l'absence des mécaniques liées à la coopération. C'était pourtant l'un des points fort de la licence... Eh bien sachez que les développeurs ont limité cet aspect à quelques interactions inutiles, comme effectuer la courte échelle, enfoncer une porte à deux ou encore couvrir son partenaire en prenant un passage différent. Bref, rien de folichon et c'est vraiment dommage.

Dommage, déjà parce que cet épisode propose des décors plutôt bien foutus, favorisant la planque où les adversaires sont capables de vous prendre à tout moment par surprise. On apprécie également la possibilité d'acheter de nouvelles armes (en grand nombre) et de personnaliser le masque et la tenue complète de son personnage.

Army of Two : The Devil’s Cartel
Et puis, il offre aussi une bonne variété au niveau des environnements, alternant par exemple niveau coloré au cœur d'une ville et missions suicide au sein des catacombes. Sur le plan purement technique, le jeu reste fluide malgré du monde à l'écran et de belles explosions. Quant au mode en ligne, on revient des années en arrière avec un procédé complètement moisi qui oblige celui qui héberge la partie à recommencer le chapitre à zéro s'il reçoit un invité. Visiblement, les développeurs ne connaissant pas le drop in / drop out. Pourtant, nous sommes bien en 2013.

Army Of Two : Le Cartel du Diable ne restera pas dans les mémoires. Il s'agit simplement d'un TPS basique, sans grande ambition. On le prend, on le retourne, puis on le jette : 8 heures de petit plaisir dirons-nous. Mode coop' au rabais, scénario sans queue ni tête, système de couverture archaïque, cet épisode ne vaut clairement pas son prix, d'autant plus que le genre ne manque pas de références sur consoles.

Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 7.1
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Très bon
Army Of Two LCDD Army Of Two LCDD 3eme du nom de cette belle série. A complètement ete remastériser je parle pour les personnages (Salem et Rios même si ce ne sont pas eux les héros de ce nouvel opus) il y a aussi beaucoup de différence sur la qualité graphique du jeu car il s'agit du même moteur graphique que pour Battlefield qui est utilise,le gameplay est reste le même que sur les suite ...
Cet avis vous a-t-il été utile ? oui (1) / non (1)
1 BONNE RAISON DE NE PAS Y JOUER
L'avis de : The White Bull
Bof
j'ai tester la démo et je n'ai pas trouver super, les dégâts sont joli mais sa s?arrête là
Cet avis vous a-t-il été utile ? oui / non (1)
flechePublicité

Idées cadeaux JV

Partenaires Jeuxvideo.fr

Tests

Trials Fusion

Trials Fusion

Pour tous joueurs | Xbox One , Xbox 360 , PS4

Partenaires Jeuxvideo.fr

flechePublicité

Micromania

>Les meilleures offres jeux vidéo

flechePublicité