flechePublicité

Test Age Of Empires 2 : The Age Of Kings (PC) : 0/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 10 Novembre 1999 , PC
Publiée le 07/10/2001 à 00:10, par Fabio

Test de Age of Empires 2 : The Age Of Kings

Age of Kings (AOK) est une histoire, un mythe. Dans le genre RTS, rares sont les titres qui ont perduré autant de temps que celui-ci. Perdurer, un concept qui prend son sens par rapport à une communauté de joueurs. Un jeu qui perdure, c’est un jeu qui draine des milliers de joueurs pendant de longues années. AOK et Starcraft sont deux jeux qui ont marqué toute une génération de joueurs pendant quatre à cinq ans. Une éternité pour un jeu vidéo. Aujourd’hui, AOK est devenu un mythe. Moins joué, vieilli, il n’en reste pas moins une absolue référence. Pour Ensemble Studios c’est le volet de la maturité. De leur idée originale Age of Empires(AOE), AOK tire cette ambiance si particulière, ce cadre historique prononcé et ce gameplay si efficace. En route pour le Moyen Age…

Le temps des RoisRetour au sommaire
le-temps-rois
Le château, un batiment aussi grandiose que puissant. C'est dans ce bâtiment que vous produirez vos unités uniques.
le-temps-rois
Le paladin Francs est une des unités les plus fortes d'AOK
le-temps-rois
Les Britanniques ont des forums deux fois moins coûteux, un bonus idéal pour proliférer sur toute la carte.
Pour ceux qui ne connaissent strictement pas la série AOE, il est nécessaire de vous en faire un rapide topo. AOK est un jeu de stratégie en temps réel dans un univers historique médiéval. Il s’agit de choisir une civilisation, de bâtir un Empire et d’aller conquérir celui de votre adversaire. Si nous nous arrêtions là, nous penserions de suite à un city-builder ; Que nenni, AOK se veut une expérience dynamique, en temps réel. La construction de l’Empire se fait en quelques minutes, les combats durent quelques secondes. Il faudra réfléchir vite, développer une économie, choisir les unités appropriées puis et les mener au combat le plus efficacement possible.

Nouveau jeu, nouveau cadre historique. AOK vous transporte à l’époque médiévale pour 10 siècles de batailles du 5ème siècle au 15ème siècle (AOE se déroulait de la préhistoire à l’Antiquité).
Treize civilisations sont jouables : les Francs, les Goths, les Japonais, Britanniques, les Byzantins, les Celtes, les Chinois, les Vikings, les Teutons, les Mongols, les Perses, les Sarrasins et les Turcs.

13 civilisations qui possèdent chacune des spécificités, des unités uniques, des bonus économiques ou militaires mais aussi des carences, notamment dans leur arborescence technologique.
Sans proposer un gameplay complètement différent pour chaque civilisation (comme c’est le cas sur l’autre référence de l’époque Starcraft), Ensemble Studios a tenu à conférer à chaque civilisation une personnalité, une tendance stratégique.

On peut donner d’emblée comme exemple l’introduction d’une unité unique pour chaque civilisation : les Francs ont des lanceurs de haches, les Celtes ont les Guerriers de Guède, les Vikings possèdent des Drakkars, etc.
Ces unités se trouvent dans le château, temps des rois oblige ! Elles sont accessibles au troisième âge, l’Age des Châteaux justement.

Mais la palme de l’unité la plus impressionnante revient au « trébuchet », lui accessible à partir de l’Age Impérial. Machine à base de bois, semi-mobile, pièce d’artillerie à contrepoids, le trébuchet permet souvent de débloquer la partie. Sa puissance de frappe et son immense portée en font une arme décisive.

A coté du trébuchet, toutes les unités classiques de l’époque sont bien présentes : le chevalier, l’arbalétrier, les corps d’infanterie, les unités à poudre, etc, la liste est longue. Chaque peuple dispose d’une arborescence unique qui ne contient pas forcément toutes les unités citées ci dessus.

En plus de ces unités, chaque civilisation possède aussi des bonus personnels, de nature économique, technologique ou militaire. Ceci n’est pas une nouveauté par rapport à AOE. Pour exemple, les Celtes récoltent le bois plus rapidement (bonus économique), les Goths possèdent des unités d’infanterie moins coûteuses (bonus militaire) et les Francs ont la première amélioration du moulin gratuite (bonus technologique). En passant, les ressources récoltables sont les mêmes que sur son aîné, à savoir : le bois, la nourriture, l’or et la pierre.

L’espace progression est divisé en 4 âges (sombre, féodal, château et impérial), chacun donnant accès à des bâtiments et unités. Comme nous pouvons le remarquer aux vues de tous ces éléments, la touche historique a été soignée. Une encyclopédie est d’ailleurs présente dans le jeu pour s’instruire un peu sur les civilisations en question. Les noms des unités et des technologies s’inspirent aussi de la réalité historique, notamment pour les unités uniques qui représentent le symbole fort de ces civilisations.


Stratégie et spectacle : un gameplay très efficaceRetour au sommaire
strategie-spectacle-gameplay-tres-efficace
La micro-gestion des groupes comptera pour beaucoup dans la décision finale
strategie-spectacle-gameplay-tres-efficace
Une galère classique terrasse un navire de destruction, qui terrasse une galère incendiaire, qui elle terrasse la galère classique...
strategie-spectacle-gameplay-tres-efficace
Les férus d'Histoire ne seront pas en reste avec cette encyclopédie virtuelle!
Le gameplay est souvent le critère le plus « primordial » dans le genre du RTS. Ensemble Studios excellent dans ce domaine en proposant à la fois quelque chose de simple sans être pour autant superficiel.

Commençons par la gestion des unités. Par rapport à AOE, l’amélioration est considérable. Il est maintenant possible d’assigner un numéro à tous les éléments de son Empire (bâtiments ou unités). Il est aussi possible de constituer des formations dans un groupe (4 sont préétablies) ou encore de donner un caractère à vos unités (attitude agressive, défensive, très défensive ou faire face), de faire suivre une unité ou de la faire protéger. Ces options sont utilisables en un seul « clic » de souris dans le feu de l’action - à condition d’être un tant soi peu rapide et multitâche, ce qui n’est pas forcément évident au début.

La micro-gestion et la macro-gestion sont excellentes. AOK est une référence encore aujourd’hui en la matière. Amorcé sur Rise of Rome, le joueur a la possibilité de chaîner la production de ses unités (à l’infini cette fois pour peu que vous ayez les ressources nécessaires). Cette possibilité est étendue aussi aux améliorations technologiques. En gros, vous pouvez lancer l’amélioration de plusieurs technologies dans un même bâtiment.

Egalement amorcé sur Rise of Rome, le « couple unité-contre unité ». Chaque unité possède sa contre unité. Cet aspect s’est bien développé depuis AOE. Cinq types d’unités majeures coexistent : la cavalerie, les archers, l’infanterie, les unités maritimes et les unités de siège. Chaque type d’unité est regroupé dans un seul bâtiment. Dans chacun d’eux, nous trouvons deux ou trois sous-types d’unités : une unité agressive, une unité défensive, et une unité annexe. Dans l’écurie, l’unité agressive est le chevalier, l’unité défensive est le chameau et l’unité annexe, la cavalerie légère.
L’unité défensive – le chameau dans l’écurie - est l’exemple type de ce que nous venons de dire, à savoir qu’il est la « contre unité » du chevalier. Même rengaine chez les autres types d’unités.
En ce qui concerne l’unité annexe, elle tient un rôle encore différent. Par exemple, la cavalerie légère n’est ni une unité de percussion, ni une unité de défense. C’est plutôt une unité de « raid économique ». Tactiquement, l’apport de ce troisième sous-type d’unité est très intéressante et apporte un réel plus en terme de choix, donc de stratégie.

Nouveauté suivante, qui est d’ailleurs une révolution d’efficacité : le bouton pour trouver les paysans inactifs ! Fini les 35 heures !. En passant, il semble qu’Ensemble Studios ait reconnu que les femmes pouvaient aussi bien travailler que les hommes, ils ont donc introduit des villageoises !

Autre point, la possibilité de rentrer ses unités en garnison dans certains de vos bâtiments (forums, tours). Cette capacité est vraiment utile pour vos villageois harcelés par une meute ennemie. Cet aspect va néanmoins desservir le jeu en compétition à cause de bâtiments trop résistants (certains joueurs frustrés ont renommé AOK, « Age of Buildings », nul besoin de traduire).

La liste mériterait d’être plus exhaustive mais nous nous arrêterons sur cet élément : la prise en compte du relief. Un aspect qui contribue à la profondeur du jeu et à l’intérêt tactique. Un archer du haut d’une colline possédera un indéniable avantage (cadence de tirs, portée) sur celui qui est en bas de cette même colline.


Des graphismes correctsRetour au sommaire
des-graphismes-corrects
Comme sur Age of Empires, les civilisations possèdent chacune leur propre style architectural
Sans être fabuleux, les graphismes sont plutôt corrects. La vue est la même que sur AOE, à savoir une vue isométrique en 2D. AOK se rattrape avec la grande finesse des textures et la variété de ses détails. Les unités sont reconnaissables en un seul coup d’œil, dès la première partie.
Vos unités changeront d’ailleurs de « look » (armures notamment) avec leur prise de grade. Les animations sont assez nombreuses et bien réalisées (faune et flore, mouvements des unités au repos, bâtiments en destruction ou en construction).

Un mot sur l’interface, qui est aussi intuitive que claire : Une « mini carte », l’affichage des indices économiques et les boutons habituels (menu, dialogue…).

Parce que nous parlons souvent de la bande son dans la partie graphismes (oui, j’ai remarqué ça), abordons-la ici. Chaque civilisation est pourvue d’un dialecte qui lui est propre (5 à 6 phrases différente). Les villageois Francs ont par exemple l’habitude de crier un « belêou » ou un « bûcheron » lorsque vous les sollicitez. Les sons environnementaux sont également fouillés, le sanglier grommelle lorsque vous le chassez, le mouton bêle quand il se déplace, etc.


Une communauté considérableRetour au sommaire
une-communaute-considerable
L'écran des réalisations est toujours pratique pour se comparer à l'adversaire
une-communaute-considerable
Une partie multijoueurs peut héberger jusqu'à 8 joueurs simultanément, soit 800 unités potentielles dans l'aire de jeu...
AOK offre 4 modes de jeu différents. Pour les solitaires, le mode solo prend principalement son intérêt dans la partie Campagne. La quarantaine de missions disponibles assure une durée de vie tout à fait convenable. Vous incarnerez un grand personnage de l’Histoire dans une des 4 épopées que l’on vous propose (William Wallace, Gengis Khan, Barberousse, Saladin ou Jeanne D’arc).

Les autres modes de jeu sont plutôt conçus pour le multijoueurs (Escarmouche, Combat à mort et Régicide). Un mot quand même sur le mode Régicide qui est plutôt sympathique, où le but est de tuer le roi adverse (qui court très vite !). Pour être complet, n’oublions pas me créateur de scénarios.

Question multijoueurs – qui est l’essence même d’un RTS digne de ce nom- AOK a longtemps été hébergé sur les serveurs de la Zone. Depuis mai 2006, la communauté se trouve sur les serveurs d’Empires Legacy. Rappelons aussi qu’AOK a figuré trois ans de suite au menu de la plus grande compétition mondiale du Sport Electronique : les World Cyber Games.
Des RTS qui peuvent se targuer de la même longévité dans l’événementiel international, nous les comptons sur les doigts de la main (en fait, seulement Starcraft et Warcraft 3 ont fait mieux avec plus de trois participations). L’événementiel à ce niveau est réellement témoin de la qualité d’un jeu. D’une communauté gigantesque, il n’en reste qu’une toute petite partie certes, mais une petite partie tout de même. Jouer sur Internet est donc encore possible.

Dernière point, relatif au domaine Multi, AOK offre la possibilité de sauvegarder ses parties (Starcraft le faisait déjà). Ludique et pédagogique, cette fonction a marqué profondément les joueurs réguliers qui pouvaient enfin voir leurs erreurs et surtout, admirer les grands talents en action.


Si vous ne deviez en acheter qu’un, vous n’hésiteriez pas : ce serait Starcraft si vous aimez la science-fiction et Age of Kings si vous aimez l’Histoire. Deux incontournables, deux communautés, deux façons de jouer, deux histoires.

Age of Kings est une référence du RTS. Doté d'un gameplay efficace, d'un cadre dépaysant, d'une communauté de joueurs immortelle, AOK reste encore aujourd'hui un opus d'une qualité rare.

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 8.8
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Très bon
1 BONNE RAISON DE NE PAS Y JOUER
L'avis de : Anonyme
A éviter
qsqssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss
flechePublicité

LES OFFRES

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité