flechePublicité

Test A Golden Wake (PC, Mac) : 6/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 09 Octobre 2014 , PC , Plus de tests sur Mac

Les +

  • Scénario original et réussi
  • Authenticité de l'histoire
  • Jolie bande son
  • Gameplay bien calibré

Les -

  • À peine 4-5 heures de jeu
  • Difficulté minimaliste
  • Exclusivement en anglais
  • Techniquement limité
La note de jeuxvideo.fr
6.0
bon
La note des internautes
9.0

(2 votes)
Publiée le 20/10/2014 à 10:10, par Nerces

Test d'A Golden Wake : aventure sous le soleil de Floride

Dans le plus pur style point & click, A Golden Wake se distingue par le choix de son héros, mais peine à convaincre.

Spécialiste des jeux d'aventure point & click, Wadjet Eye Games travaille sur deux tableaux : il développe ses propres titres comme ce Blackwell Epiphany que nous testions en avril dernier, mais il en édite également pour le compte de plus petits studios. Ce fut l'occasion de découvrir de bonnes surprises comme, par exemple, Gemini Rue et Resonance. Aujourd'hui, Wadjet Eye nous propose A Golden Wake, conçu par Grundislav Games, et nous invite à enfiler le costume d'un agent immobilier... Plus glamour, tu meurs !

A Golden Wake
Côté scénario, difficile de faire plus original que A Golden Wake : le coup de l'agent immobilier, on ne nous l'avait encore jamais fait ! Mieux, c'est toute l'histoire du jeu qui change des standards habituels. Nous allons effectivement suivre 14 ans de la vie d'Alfie Banks alors qu'il décide de tenter sa chance en Floride, après avoir été viré de l'entreprise familiale à New York. En 1921, il décide donc de poser ses valises à proximité immédiate de Miami, dans la cité naissante de Coral Gables, et cherche à travailler pour le principal promoteur local, un certain George Merrick.

A Golden Wake
D'abord au bas de l'échelle, Alfie doit bien sûr faire ses preuves auprès de M. Merrick qui lui confie quelques tâches certes mineures, mais parfaites pour permettre au joueur de « se mettre en jambes ». Dans le plus pur style point & click, on se trouve donc à diriger Alfie Banks avec la souris au travers de différents tableaux, permettant de récupérer divers objets et de discuter avec un certain nombre de personnages non joueurs. Quelques énigmes sont à résoudre et quelques déductions sont à faire pour progresser, cependant l'ensemble se fait de manière assez directe.

Il n'est par exemple pas question de résoudre des puzzles complètement illogiques, ou de chercher des objets au pixel près dans des environnements peu lisibles. Autre bon point, A Golden Wake ne nous pousse pas à retourner sur d'anciens lieux déjà fouillés pour dénicher de nouveaux articles. Dans la même logique, les rares épreuves que l'on peut rater - les phases de persuasion - n'imposent jamais au joueur de réussir du premier coup : s'il échoue, pas de problème, une petite quête supplémentaire ou une petite astuce suffisent pour reprendre notre victorieuse progression.

Bande-annonce


Une aventure « historique »...Retour au sommaire
L'objectif de Grundislav Games n'est clairement pas de nous bloquer avec des casse-têtes bien trop complexes, et ce, afin de conserver un déroulement aussi fluide que possible. S'il n'est pas question de proposer un quelconque système de déplacement rapide, A Golden Wake évite également de nous pousser à de multiples aller-retour. Des atouts qui donnent davantage d'importance à l'histoire, et c'est d'autant plus intéressant que cette dernière se veut proche de la réalité : si Alfie Banks n'a jamais existé, George Merrick est bel et bien le fondateur de Coral Gables en 1925.

A Golden Wake
Certains événements que notre personne vit durant l'aventure ont eux aussi existé, comme le Grand Ouragan de 1926 ou la prohibition et la montée du crime organisé dans la région. Ce dernier point est d'ailleurs l'un des tournants du scénario d'A Golden Wake... mais nous n'en dirons pas plus. Comme d'habitude pour un jeu Wadjet Eye Games, l'ambiance sonore est particulièrement soignée, avec ici des musiques d'époque à l'influence très jazz et des doubleurs (seulement en anglais) parfaitement dans le ton. Hélas, il n'en va pas de même côté réalisation graphique... comme vous pouvez le voir sur nos captures.

A Golden Wake
De nombreuses animations tentent de donner vie aux différents tableaux, mais l'ensemble est particulièrement hétérogène, et même les meilleures planches ne volent pas bien haut. Plus que correct sur Blackwell Epiphany, le style pixel-art est ici bien moins heureux et pour de nombreux joueurs, il sera sans doute délicat d'entrer dans l'aventure. Reste que le principal problème du jeu est ailleurs : il est finalement à la fois trop simple et trop direct pour amuser les fans de point & click avertis. Les débutants et les amateurs d'aventure « plan-plan » semblent davantage la cible.

Loin d'être un mauvais jeu, A Golden Wake n'est toutefois pas au niveau des précédentes productions Wadjet Eye Games. La plupart des énigmes n'en ont que le nom, et l'aventure va finalement trop vite pour nous permettre de vraiment ressentir le caractère et l'évolution du personnage d'Alfie Banks, le héros. Si le scénario se suit avec plaisir - grâce notamment à son authenticité - il est surtout destiné aux débutants... s'ils maîtrisent la langue de Shakespeare, puisqu'aucune localisation n'est prévue pour le moment.

Test PC réalisé sur une machine à base de Core i7 4 GHz, 16 Go de mémoire vive et GeForce GTX 780 Ti. Le jeu semble à son aise à partir d'un processeur simple cœur 2 GHz épaulé par 1 Go de mémoire vive.

A Golden Wake
A Golden Wake

A Golden Wake
flechePublicité

Playlist A Golden Wake

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité