flechePublicité

Test Game Of Thrones (PC) : 0/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 07 Juin 2012 , PC , Plus de tests sur Xbox 360 , PS3
Publiée le 12/06/2012 à 00:06, par Yse

Test de Game Of Thrones : Le Trône de Fer

Certains ont connus le Trône de Fer en l’ayant lu, d’autres se sont laissés surprendre par la série diffusée sur HBO, véritable carton international. Enfin, quelques uns ont peut-être eu le malheur de s’initier à l’univers de George R.R. Martin en s’offrant le jeu de stratégie A Game of Thrones : Genesis. Cyanide Studio, soucieux de contenter tout ce petit monde, décide de développer Game of Thrones : Le Trône de Fer sous forme de RPG. Une bonne idée pour un résultat en demi-teinte, comme le prouve notre test.

Destins croisésRetour au sommaire
destins-croises
image 1
Afin de ne pas sombrer dans la faciliter en nous proposant de revivre les péripéties des héros du Trône de Fer, Cyanide a fait le choix de concocter des histoires parallèles aux évènements que les fans connaissent déjà. Ainsi, le studio français donne naissance non pas à un héros, mais deux. Le premier se nomme Mors, patrouilleur dans la Garde de Nuit depuis quinze ans maintenant, un furieux guerrier doublé d’un Zoman (un homme capable de contrôler son animal de compagnie). Notre second larron est Alester, l’aîné de la noble maisonnée Sarwyck. Porté disparu pendant près de quinze ans, l’homme réapparait dans sa ville natale de Puysaigue en tant que prêtre rouge de R’hllor. Si tous deux n’ont aucun lien de parenté et ne se connaissent pas, leurs quêtes respectives vont les pousser à visiter des lieux communs. Chaque chapitre du jeu alterne donc entre l’histoire de Mors et celle d’Alester, un choix idéal pour varier le gameplay puisque chacun ont accès à des spécialisations très différentes lors du lancement de la partie.

N/A
image 1
En effet, si l’on nous impose deux personnages aux allures, à l’histoire et au caractère prédéfini, nous auront toutefois le loisir de choisir leur style de combat, leur spécialisation, et même de distribuer des points de caractéristique, de compétence et de traits. RPG oblige, une petite dose de magie est également de la partie. Mors, par exemple, peut prendre le contrôle de son chien pour pister des odeurs, se faufiler dans des passages étroits ou encore sauter par surprise à la gorge des ennemis isolés. De son côté, Alester fait appel à la puissance du Maitre de la Lumière pour se rendre des points de vie, réanimer ses camarades ou brûler ses adversaires. Pourtant, les possibilités de personnalisation s’avèrent assez limitées puisqu’à terme, toutes les aptitudes des arbres de compétence sont débloquées. Vous comprenez donc que malgré l’apparente richesse de la création de personnage, Le Trône de Fer s’avère être un RPG de plus communs.

N/A
image 1
Cet aspect classique, on le retrouve notamment lors des affrontements. Pour les connaisseurs, le système de combat mélange certaines mécaniques de Dragon Age et de KOTOR. La pause semi-active (qui met l’action au ralenti), nous permet de planifier nos coups en définissant les trois prochaines actions de chacun de nos personnages. En relâchant la pause, nous pouvons ensuite voir notre stratégie se mettre en place avec plus ou moins d’efficacité. C’est aussi à ce moment qu’on remarque à quel point les combats manquent de nervosité. Les coups sont mous, l’impression de puissance quasi-inexistante, et les techniques souvent trop couteuses pour assurer un rythme soutenu sur les affrontements les plus longs. Du côté de l’équipement, on aurait apprécié un peu plus de diversité. Bien sûr, on retrouve divers objets épiques empruntant habilement d’illustres noms de la série (cape d’Ilyn Payne, bottes de Syrio Forel…), mais ces quelques clins d’œil ne permettent pas aux joueurs les plus exigeants d’équiper leurs protégés comme ils le voudraient.

Valar MorghulisRetour au sommaire
valar-morghulis
image 1
Pour redonner des couleurs à ce tableau bien sombre, on peut vous toucher quelques mots sur le scénario. Cyanide a fait le bon choix en prenant la décision de créer des histoires parallèles. Elles ne concernent certes pas les évènements majeurs de Westeros, mais ces scénarios nous permettent d’avoir un point de vue extérieur vis-à-vis du déroulement de l’intrigue. Alester, par exemple, sera amené à travailler pour la détestable Cersei Lannister tandis que Mors, bon ami du commandant Jeor Mormont, doit quitter Chateaunoir juste avant l’arrivée de Jon Snow. En termes de qualité pure, les scénarios se valent et font preuve d’assez d’originalité pour nous captiver tout au long des 15 chapitres du jeu. Les dialogues qui composent ces chapitres sont eux-mêmes d’assez bonne facture, proposant des doublages corrects que ce soit en français ou en anglais, et intégrant bien entendu des choix moraux impactant sur l’orientation de votre personnage (la plupart des choix importants nous gratifient d’un trait supplémentaire). Enfin, les quêtes secondaires sont belles et bien présentes. Peu nombreuses, elles se révèlent toutefois assez intéressante pour nous donner envie de les accomplir.

N/A
image 1
D’un point de vue technique, Le Trône de Fer accuse un retard dramatique. On apprécie bien sûr de pouvoir arpenter les rues crasseuses de Port-Réal et les dédales de La Mole, mais un simple zoom sur les murs et autres bâtiment dévoilent des textures d’une autre époque. Même topo pour la modélisation des personnages ainsi que leurs animations, bien loin des normes actuelles. Le pire restant cette impression d’enfermement que l’on retrouve même dans des environnements sensés être « ouverts ». Seule la bande-son ne souffre d’aucune tare puisque les thèmes choisis s’adaptent parfaitement à l’univers de George R.R. Martin selon l’environnement traversé.

Si vous cherchez un bon jeu de rôle occidental, il va falloir attendre ou vous rabattre sur une valeur sûre. Le Trône de Fer a beau proposer un scénario agréable ponctué de nombreux dialogues et d’un doublage de qualité, on regrette la platitude de ses combats et la personnalisation trop limitée de ses personnages, que ce soit en termes de création ou en termes d’équipement. Techniquement à la ramasse, le titre de Cyanide pourrait toutefois plaire aux fans des livres et de la série, notamment grâce à la présence de plusieurs personnages clefs du Trône de Fer.

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 7.6
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Azarid
Très bon
Super Bon Un exelant RPG comme en en fais plus Les +: Ambiance , Fidel au Livre , Choix Multiple , Les Perssonage jouable Les -: Pour le gros moin de ce jeu sont les grafissme si non rien de plus
1 BONNE RAISON DE NE PAS Y JOUER
L'avis de : Anonyme
A éviter
Aucun intérêt le système de combat est lent et très peu ergonomique. Quel dommage d'obtenir les droits d'adaptation d'une oeuvre aussi énorme pour en faire un jeu avec une jouabilité aussi mauvaise...
flechePublicité

LES OFFRES

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité